Une équipe internationale d’astronomes confirme la découverte de près de 100 nouvelles exoplanètes grâce aux données capturées dans le cadre de la mission K2, du télescope Kepler de la NASA.

L’équipe d’astronomes a analysé le premier lot de données de K2 et vient d’annoncer la découverte de 95 nouvelles exoplanètes : cela porte le nombre total d’exoplanètes découvertes par K2 à près de 300. « Nous avons commencé à analyser 275 candidats dont 149 ont été validés comme de véritables exoplanètes. À leur tour, 95 de ces planètes se sont révélées être de nouvelles découvertes », a déclaré Andrew Mayo, de l’Institut National de l’Espace au Danemark, et auteur principal du projet.

La mission du télescope spatial Kepler a débuté en 2009. Depuis, elle a suivi l’orbite terrestre autour du Soleil à la recherche d’exoplanètes, en utilisant la méthode de transit : c’est-à-dire en photographiant les étoiles au fil du temps et en recherchant des changements dans la luminosité. En effet, si une étoile faiblit puis brille plus intensément de façon intermittente et régulière, cela signifie très probablement qu’un corps assez grand orbite autour d’elle, bloquant au moins une partie de sa lumière.

Cette méthode nécessite un travail minutieux, analysant scrupuleusement toutes les données disponibles afin de trouver les périodes d’obscurité, puis les confirmer. Cela ne fonctionne également que si la planète est en orbite entre l’observateur (nous, ou plutôt le télescope Kepler) et son étoile. Néanmoins, il s’agit d’une technique très efficace. La mission principale de Kepler a permis d’identifier 2341 exoplanètes, et toutes ont été confirmées, selon la NASA.

Malheureusement, en 2013, la deuxième des quatre roues de réaction du télescope a échoué et le vaisseau spatial nécessite trois roues fonctionnelles pour être opérationnel. La mission a finalement pu être relancée, nommée K2, lorsque la NASA a trouvé le moyen d’utiliser les propulseurs de Kepler comme roue de réaction de fortune, conservant ainsi la capacité de réorienter le télescope pour observer différentes zones du ciel. Heureusement, il est encore fonctionnel à ce jour.

Les données utilisées pour l’analyse de l’équipe de Mayo ont été collectées en 2014. Les chercheurs devaient scruter minutieusement ces données afin de s’assurer que les changements de luminosité des étoiles n’étaient pas dus à d’autres facteurs. « Nous avons découvert que certains des signaux étaient causés par de multiples systèmes d’étoiles ou par le bruit de l’engin spatial, mais nous avons également détecté des planètes allant de la taille de la Terre jusqu’à celle de Jupiter, et plus », a déclaré Mayo. « Nous avons validé une planète située sur une orbite de 10 jours autour d’une étoile appelée HD 212657 (à environ 254 années-lumière), qui est à présent l’étoile la plus brillante jamais découverte par les missions Kepler et K2 hébergeant une planète validée », a-t-il ajouté.

Plus l’étoile hôte est lumineuse, plus nous pouvons déterminer les caractéristiques de la planète qui l’orbite et peut-être plus encore lorsque la prochaine génération de télescopes spatiaux à résolution plus élevée sera lancée.

Jusqu’à ce jour et à elles deux, les missions Kepler et K2 ont permis de découvrir plus de 5100 exoplanètes. C’est en partie dans le cadre de la recherche de vie extraterrestre, mais également pour collecter des données statistiques sur l’univers qui nous entoure : comme par exemple le nombre de planètes qu’il y a dans certaines régions, le nombre moyen de planètes par système ou encore le nombre de planètes rocheuses et gazeuses. Toutes ces données peuvent nous en apprendre davantage sur la manière dont notre propre système solaire fonctionne et à quel point il est typique (ou non), et comment il s’intègre dans l’Univers.

Sources : Astronomical Journal, NASA Exoplanet Science Institute

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share
Share

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (données anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies sont également utiles à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous pouvons vous garantir une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.