La robotisation des industries est en plein essor et dans une telle lancée, elle ne peut que s’accentuer. De plus en plus de postes occupés par des personnes physiques sont remplacés par des machines. D’ici 2020, 15 des plus grosses puissances économiques (dont la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Chine, les USA, l’Australie, l’Inde, l’Italie et le Japon) verront plus de sept millions d’emplois supprimés pour laisser la place aux robots nous annonce le forum économique mondial, organisé à Davos tous les ans. Le début d’une ère où les machines seront vos principaux rivaux lors de vos demandes d’emploi est à craindre !

Il est évident que dans un monde où les nouvelles technologies font facilement la une des journaux, où les industries se rivent sur des défis tels que la diminution des frais fixes (tenez-donc, les salaires en font partie) tout en voulant voir croître leurs bénéfices, «automatisation» se marie alors parfaitement avec « industrialisation ». Qui dit automatisation dit bien entendu robotisation, et par robotisation, nous ne parlons pas encore, rassurez-vous, de robots humanoïdes tels que vous les avez vus dans le film iRobot. Donc non, leur but sera encore loin de l’extermination des humains. Ce qu’ils pourraient exploser par contre, dans un avenir plus ou moins proche, ce sont les scores des taux de chômage !

Mais quelles sont les technologies responsables ? Elles sont bien nombreuses mais pour la plupart, elles existent depuis bien longtemps mais leur perfectionnement les pousse naturellement à se propager, petit à petit, dans un nombre croissant d’entreprises de taille moyenne ou de grande taille. Pour les technologies plus maitrisées, nous avons par exemple les fameux bras robotisés qu’il nous est facile d’imaginer lorsque l’on parle de robotisation industrielle. En voici un exemple ci-dessous (ligne de montage automobile).

bras robotique chaine montage emplois perte automobile

Certaines entreprises chinoises par exemple, investissent de plus en plus dans des technologies robotiques, en préparant l’intégration de bras robotiques fonctionnant sur 6 axes différents ! La liberté de travail ainsi que la précision de ces machines sont tellement élevées que les applications peuvent être très variées. Il n’est donc pas étonnant que de telles technologies se développent de plus en plus sachant qu’elles en deviennent en conséquence plus faciles à vendre.

D’autres technologies, plus jeunes mais très prometteuses comme l’impression 3D ou les nanotechnologies viendront également remplacer quelques emplois d’ici là…

 

D’où proviennent ces résultats ?

Pour en arriver à de tels résultats, des experts de 15 pays différents ont été interrogés par les auteurs du rapport du World Economic Forum (WEF). Ont donc répondu à l’appel : des spécialistes en développement et en économie ainsi que des spécialistes en ressources humaines. Les conclusions tirées par les experts sont catégoriques : les entreprises vont se passer de plus en plus de l’humain et cela, étonnement, surtout pour les tâches administratives, qui peuvent également se retrouver répétitives. Les « responsables » de cette évolution dans ce domaine sont ici en partie les systèmes d’information (solutions informatiques) tels que les systèmes GED (gestion électronique des documents), permettant également d’effectuer certaines tâches administratives répétitives de manière entièrement automatique. Pour en revenir aux chiffres, d’ici 2020, nous allons perdre environ 7 millions de postes pour une création d’emploi prévue atteignant seulement les 2,1 millions. Pour ce qui en est des emplois des milieux de l’informatique, de la finance ou de l’architecture, ceux-ci vont connaître une certaine expansion.

« Sans une réponse rapide et ciblée pour gérer la transition à très court terme et construire des forces de travail qualifiées, les gouvernements seront confrontés à un chômage grandissant et à des inégalités croissantes, alors que les entreprises verront leurs marchés de consommation se contracter », prévient Klaus Schwab, fondateur et organisateur du Forum économique de Davos.

 

Une chose en tout cas est certaine, compte tenu de la problématique grandissante liée à l’augmentation des taux de chômage dans de nombreux pays par ces temps de crise, ce genre d’avancées technologiques perdent de leur intérêt. Au contraire, de telles annonces donnent lieu à des débats politiques majeurs. L’évolution de nos technologies est primordiale, mais il faut s’efforcer, même si cela n’est vraiment pas évident, de surveiller l’harmonie entre ces évolutions technologiques et le marché du travail. Des mesures sont alors à prendre au plus vite si nous voulons éviter au maximum les retombées négatives sur le monde professionnel de demain.

Et pour votre part, que feriez-vous pour tenter de maitriser une telle évolution ? Quelles sont les mesures que vous adopteriez ? N’hésitez pas à réagir en commentant cet article !

 

Bonus : À quoi ressembleront nos entretiens d’embauche ?

La rédaction de Trust My Science imagine pour vous quelques questions/réponses qui deviendront probablement un standard pour réussir ses entretiens d’embauche dès 2030-2040.

– Employeur : Pourquoi vous, Monsieur Falange ? Qu’avez vous de différent d’un autre employé ?

– Vous : Heum… Je peux travailler 8-10h par jour sans subir de panne !

 

– Employeur : Et sinon, quels bénéfices pourriez-vous apporter à notre entreprise, concrètement ?

– Vous : Des économies en huile mécanique par exemple…non ?

 

– Employeur : Maintenant, une question un peu plus poussée Monsieur Falange. Par rapport au nouvel algorithme qui est venu équiper nos robots de production pour machines de décolletage, pensez-vous toujours être plus rapide que nos robots ?

– Vous : Oui ! Dans la mesure où j’ai étudié tous les schémas programmés dans l’algorithme en question, j’ai suivi le cours spécialisé nommé « soyez plus forts que la machine » qui me permet de trouver de meilleures combinaisons que vos robots afin de réduire le temps de production total..Et d’ailleurs de plus je..

– Employeur : Monsieur, très bien nous avons compris, calmez-vous s’il vous plait.

 

Chers lecteurs…à vous d’imaginer cette affreuse suite…

 

Source : Techinsider

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.