Cette animation mets en lumière les centaines de mondes qui pourraient se cacher au-delà de Pluton !

Vous connaissez sans doute les huit planètes de notre système solaire : Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Puis il y a cette planète naine, Pluton.

Est-ce que ce monde glacé n’en est qu’un parmi tant d’autres, qui se cacheraient plus loin, dans la région appelée la ceinture de Kuiper ?

Comme le suggère cette animation, il se pourrait qu’il y ait 100 voire 1000 fois plus de planètes naines que de planètes ordinaires.

D’où provient cette simulation ? 

Cette animation a été postée sur Reddit par l’utilisateur Nobilitie. Dan Dixon y confirme qu’il s’agit d’un enregistrement du jeu de simulation basé sur l’astrophysique, appelé Universe Sandbox 2, qu’il a créé.

Dans celle-ci, il faut savoir que chaque anneau représente l’orbite d’un objet, et tous les anneaux en désordre au-delà des 8 anneaux de base (des planètes du système solaire), sont des orbites appartenant à des planètes naines.

Dixon a déclaré que les mondes potentiels ainsi que les orbites générées par la simulation, se basent sur une liste constamment mise à jour par Mike Brown, un astronome de Caltech. « C’est une belle illustration de ce qui se trouve là (dans l’espace) ! La différence entre les planètes géantes ordonnées et le hasard des planètes naines est tout à fait apparente », explique Brown.

Mike Brown est également à l’origine de la découverte d’Éris, un dixième objet du Système solaire, qui est environ 27 % plus massif que Pluton. C’est sa découverte qui a fini par déclassifier Pluton en tant que planète en 2006 : c’est à ce moment-là que de milliers d’astronomes ont préféré la nouvelle terminologie, classant ce monde comme une « planète naine », aux côtés d’Éris.

eris planète naine

Vue d’artiste de la planète naine Éris. Crédits : ESO/L. Calçada/Nick Risinger

La liste régulièrement mise à jour de Brown, trie les objets détectés dans l’espace profond en fonction de la probabilité de leur existence. Les objets intérieurs plus grands ont tendance à être plus « certains » tandis que les objets plus lointains le sont moins.

Selon Brown, il existe 10 objets (dont Pluton, Éris et Cérès) qui répondent aux critères de « quasi certitude » : en d’autres termes, ils sont très certainement des planètes naines, et non des comètes ou un d’autres objets astronomiques. Trente objets sont « très probablement » des planètes naines, 75 le sont « probablement », et près de 850 autres objets sont « possiblement » des planètes naines.

Brown estime à environ 2000, voire plus, le nombre de planètes naines qui pourraient se trouver aux abords du système solaire. Mais il se pourrait que ce nombre soit bien plus important au final. Dans l’illustration ci-dessous, l’orbite de Pluton est représentée en jaune, et les points situés au-delà, sont les objets de la ceinture de Kuiper.

systeme solaire pluton orbite ceinture kuiper

Crédits : NASA

« Comme vous pouvez voir (dans l’animation), certains de ces objets sont sur des orbites extrêmement elliptiques. Ils vont donc passer la plupart de leur temps sur le bord extérieur de leur orbite, de ce fait ils sont difficiles à voir. Il pourrait y avoir un facteur d’environ 5 par rapport à d’autres objets que nous ne connaissons pas ! », explique Brown.

Mais Brown ne pense pas que des vaisseaux spatiaux tels que New Horizons (actuellement en mission vers la ceinture de Kuiper), et qui peuvent durer des décénnies, découvriront la plupart de ces mondes cachés. « Le fait qu’il y ait tant de ces objets, montre vraiment que l’avenir de leur exploration va s’appuyer principalement sur les télescopes », explique-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.