Curieuse découverte : deux équipes indépendantes de chercheurs ont annoncé ce lundi la découverte d’un nouveau spécimen d’araignée datant de 100 millions d’années, piégée dans de l’ambre en Birmanie et possédant une queue couverte de poils.

Quatre fossiles d’araignées ayant été piégées dans de l’ambre il y a 100 millions d’années en Birmanie, ont été découverts par des chercheurs. Très bien conservés, les spécimens font l’objet de deux publications différentes dans la revue Nature Ecology & Evolution. Chaque fossile mesure environ 7 à 8 millimètres de long, en comptant 5 millimètres pour la queue.

En plus des caractéristiques habituelles des araignées, ces spécimens possèdent une queue couverte de poils courts. Cet appendice rappelle celui des scorpions : selon Paul Selden de l’Institut de paléontologie et du Département de géologie de l’Université du Kansas, coauteur de l’une des études, il aurait permis aux araignées de « détecter l’environnement » dans lequel elles se trouvaient.

araignée scorpion queue découverte ambre birmanie arachnide

Crédits : Bo Wang

L’espèce nouvellement découverte a été nommée Chimerarachne yingi (araignée chimère, en latin). Pour Paul Selden, Chimerarachne yingi se situerait entre les araignées modernes, dotées de filières mais sans queue, et les très anciennes Uraraneida (un ordre d’arachnides éteint, les cousines des araignées) qui vivaient il y a 380 à 250 millions d’années et possédaient aussi une queue, mais pas de filières.

Le chercheur suggère qu’il serait peut être possible que certaines de ses descendantes à queue, soient encore présentes dans les profondeurs des forêts birmanes. Mais pour l’équipe de Gonzalo Giridet, de l’Université d’Harvard, à l’origine de l’autre étude, Chimerarachne yingi serait elle-même une Uraraneida et se serait donc éteinte sans laisser de descendance.

illustration araignée scorpion queue découverte ambre birmanie arachnide

Crédits : University of Kansas

À savoir que les araignées sont apparues il y a plus de 300 millions d’années et qu’elles sont maintenant présentes sur l’ensemble du globe, divisées en de nombreuses espèces différentes (pas moins de 47’000 !).

Les analyses des araignées piégées dans l’ambre ont permis aux scientifiques d’avoir une vision vraiment claire de l’anatomie de l’organisme. Comme rapporté dans Nature Ecology and Evolution : « Le degré de conservation est excellent, et l’anatomie des fossiles est facile à interpréter », expliquent les chercheurs.

Sources : Nature Ecology & Evolution (1 & 2), University of Kansas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.