Pour faire ricocher une pierre plusieurs fois sur l’eau, vous devez déjà choisir la bonne, mais aussi trouver le meilleur angle de lancement. Voici les conseils de la science pour essayer de battre votre record. Ou au moins impressionner vos ami(e)s.

Que ce soit sur la mer, sur une rivière ou sur un lac, tout le monde a déjà essayé de faire ricocher une pierre sur l’eau.

Si vous avez réussi et que vous vous sentez fiers d’avoir fait rebondir votre pierre quelques fois, vous devez alors savoir que le record mondial à battre, réalisé en 2013, est absolument impressionnant (et décourageant ?) : 88 ricochets d’affilée !

Voici maintenant quelques conseils scientifiques, dans le cas où vous auriez l’intention de tenter de battre ce record ! Bon, vous pouvez également lire ce qui suit pour votre culture générale tout simplement.

Les forces en jeu

La physique peut nous aider à comprendre comment faire rebondir un galet sur une surface d’eau. Une fois lancé, le galet est soumis à la force de gravité qui va alors le « pousser » vers le bas. Au moment de l’impact cependant, l’eau agira comme une surface d’impact solide. Au point de contact donc, une poussée résultante se fera de bas en haut. Si la seconde prévaut sur la première (gravité), votre pierre ricochera avec succès.

La pierre

La poussée est proportionnelle à la surface de la pierre et au carré de sa vitesse. Pour ces raisons, la forme, la masse, mais aussi les modes de lancée affectent le résultat final. Les scientifiques, par conséquent, vous conseillent d’utiliser une pierre plate, large et légère. Mais la chose dont vous avez besoin de prêter le plus d’attention est l’angle d’incidence avec lequel vous ferez entrer en contact votre galet avec l’eau.

Le lancé

Les scientifiques ont calculé que l’angle d’incidence idéal est de 20°, pour éviter le contact avec la surface de l’eau avant l’impact final, ce qui déstabiliserait la trajectoire et réduirait l’énergie cinétique initiale. Les chercheurs ont également suggéré une petite astuce supplémentaire, pour ceux qui aimeraient essayer plus sérieusement ce jeu : quand vous lancez, rappelez-vous d’attribuer une légère rotation (sur lui-même) au galet. L’effet gyroscopique permettra à ce dernier de rester en équilibre et de poursuivre avec un mouvement rectiligne et uniforme.

Attention toutefois : après un certain nombre de tours sur lui-même, l’effet n’aura plus d’influence. En d’autres termes, il s’agit de savoir comment bien doser tous les éléments impliqués. En effet, toute la difficulté de ce petit jeu réside dans le fait de trouver le meilleur équilibre possible entre tous ces petits facteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share