Une équipe de chercheurs a annoncé la découverte de 63 quasars ! Ces entités cosmiques sont connues pour être les plus lumineuses de toutes, mais également les plus lointaines. Une véritable mine d’informations sur le tout premier milliard d’années de l’univers, après sa création avec le Big Bang.

Un quasar est la région compacte entourant un trou noir supermassif, posté au centre d’une galaxie massive. Il s’agit là de la plus grande découverte de quasars à ce jour ! En effet, l’étude qui est en cours de publication dans la fameuse revue Astrophysical Journal, annonce la découverte de 63 quasars. Ceux-ci font partie des objets cosmiques connus les plus éloignés et leur incroyable luminosité provient du disque d’accrétion entourant le trou noir.

En raison du petit nombre de quasars connus à ce jour, la capacité des scientifiques à obtenir des informations sur ces anciens objets cosmiques, était jusqu’à présent très limitée. L’un des défis de la communauté scientifique est précisément d’identifier de nouveaux quasars lointains, ce qui est extrêmement rare (un peu comme « chercher une aiguille dans une botte de foin »). Mais une fois découverts, comme c’est le cas ici, ces quasars deviennent de véritables sources d’informations concernant l’Univers et son premier milliard d’année.

En effet, l’un des plus grands mystères de l’univers est la formation et l’évolution des sources lumineuses à son début. Grâce à cette découverte exceptionnelle, les chercheurs possèdent enfin les moyens pour tenter de mieux comprendre l’univers primitif. « Ils (les quasars) illuminent littéralement notre savoir concernant l’univers primitif », s’exclame Eduardo Bañados, chef de l’équipe de chercheurs ayant fait la découverte des quasars. « Les quasars très lumineux comme ceux que nous avons découverts durant cette étude, sont les meilleurs outils pour nous aider à sonder l’univers primitif ! Car  jusqu’à présent, les résultats concluants ont été très limités de par le manque d’éléments, ou car quasars dont nous avions connaissance étaient trop petits », a-t-il ajouté.

Les prochaines années verront donc une grande amélioration des connaissances quant à l’univers primitif et les quasars. Il y a encore beaucoup de choses que la science ne peut expliquer sur le début de l’univers, ainsi que les quasars, donc pouvoir les étudier amènera beaucoup d’éléments de réponses et ne pourra qu’aider les scientifiques à comprendre ce qui est arrivé durant ce premier milliard d’années après le Big Bang.

Plus d’articles sur les mystères de l’univers :

Source : Carnegie Science
Crédit image de titre : ESO/M. Kornmesser

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share