Pour la toute première fois, des chercheurs ont trouvé des preuves que les écosystèmes sous-marins possèdent des pollinisateurs qui exécutent les mêmes tâches que les abeilles sur terre.

Tout comme à la surface de la Terre, les graminées sous-marines déversent du pollen pour se reproduire. Jusqu’à présent, les biologistes supposaient que les plantes marines s’appuyaient uniquement sur les courants d’eau pour répandre leurs gènes, et ainsi fertiliser d’autres plantes. Mais la récente découverte des « abeilles de mer », prouve le contraire.

Des chercheurs de l’Université nationale autonome du Mexique ont filmé au cours de plusieurs années (de 2009 à 2012) les pérégrinations nocturnes printanières des crustacés, parmi les bancs de la tortue. C’est en analysant leurs vidéos, qu’ils ont découvert que les herbiers marins produisant le plus de pollen, étaient les plus visités par les invertébrés, tout comme les plantes productrices de pollen sur la terre ferme sont visitées par les abeilles (ou autres pollinisateurs). « Nous avons vu tous ces animaux s’y poser, puis nous avons pu en observer certains transportant du pollen », explique Brigitta van Tussenbroak, chercheuse principale de l’étude.

Comme il s’agit d’un tout nouveau concept, les chercheurs ont inventé un nouveau terme pour le décrire : zoobenthophilous pollination. Avant cette découverte, aucun chercheur n’avait prédit que des animaux seraient impliqués dans la pollinisation sous-marine.

D’après l’étude de l’équipe, il est fort probable que ces invertébrés pollinisateurs soient attirés par le pollen collant produit par les herbiers mâles sous-marins. Ces derniers se nourrissent et en même temps, le pollen s’accroche à leurs corps et leurs pattes, puis, celui-ci est transféré à d’autres fleurs lorsque les invertébrés se déplacent pour se nourrir. Tout comme le font les abeilles sur la terre ferme.

Les chercheurs ont prouvé cette relation de pollinisateurs avec l’herbe à tortue (Thalassia testudinum), qui possède de grandes fleurs. Reste encore à déterminer si les autres 60 espèces d’herbiers marins s’appuient également sur les « abeilles de mer » pour transporter leur pollen. « Le fait que la pollinisation par les animaux puisse se produire (dans un environnement sous-marin) ajoute un tout nouveau niveau de complexité au système, qui décrit une interaction animal-animal très intéressante, qui n’a jamais été décrite auparavant », explique Kelly Darnell, du groupe de recherche The Water Institude.

En effet, les herbiers marins sont des écosystèmes extrêmement importants : ils abritent diverses communautés d’animaux (allant des très petits crustacés aux grands mammifères marins), leurs racines permettent également de préserver les sédiments et de prévenir l’érosion. Ces écosystèmes bleus sont malheureusement cachés sous les vagues et donc, souvent négligés. Pourtant, mieux comprendre comment les communautés de plantes et d’animaux interagissent dans cet environnement sous-marin est crucial si nous souhaitons pouvoir le préserver sur le long terme.

VIDÉO : Les pollinisateurs sous-marins.

Sources : Nature Communications, Nicholas Institute ReportMarine Ecology, Anthropocene, The Water Institute, Ocean Portal

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share