Qu’il s’agisse d’une intervention chirurgicale, d’un accident ou de tout autre événement ayant marqué votre peau de manière définitive. Nous avons tous des cicatrices dont nous voudrions nous débarrasser.

Tandis qu’il n’y a plus grand chose à faire concernant les cicatrices déjà existantes, en 2017, des chercheurs ont découvert comment faire en sorte que des plaies récentes guérissent sans laisser de cicatrices. Chose qui était auparavant totalement impensable chez les mammifères. « Nous pouvons manipuler la cicatrisation de la plaie afin qu’elle mène à une régénération de la peau plutôt qu’à une cicatrisation », a déclaré l’un des membres de l’équipe, George Cotsarelis, président du département de dermatologie de l’Université de Pennsylvanie (USA). « Le secret est de régénérer les follicules pileux dans un premier temps. Après quoi, la graisse va se régénérer en réponse aux signaux de ces follicules », a-t-il ajouté.

Il faut savoir que si le tissu cicatriciel est si différent de la peau normale, c’est parce qu’il ne contient pas de cellules graisseuses ou de follicules pileux.

Le type de peau qui se régénère sur une petite coupe superficielle est rempli de cellules adipeuses appelées adipocytes, tout comme la peau avec laquelle vous êtes né, ce qui signifie que les deux finiront par se mélanger, une fois la plaie guérie. Mais le tissu cicatriciel, quant à lui, est constitué presque entièrement de cellules appelées myofibroblastes et ne contient aucune cellule graisseuse. Donc, au lieu de se fondre dans la peau environnante une fois que la plaie a complètement guéri, cette dernière laisse place à une cicatrice permanente à l’aspect différent de la peau dite normale.

Il en va de même pour le vieillissement de la peau : en effet, lors de ce processus naturel, nous perdons nos adipocytes, ce qui entraîne une décoloration ainsi que des rides profondes et irréversibles.

Mais les scientifiques ont découvert que les myofibroblastes existants peuvent être convertis en adipocytes, ce qui suggère que la cicatrisation pourrait permettre de transformer les tissus cicatriciels en peau régénérée, ce qui, jusqu’à présent et selon les scientifiques, n’était possible que chez les poissons et les amphibiens : « Les résultats montrent que nous avons une opportunité, après avoir été blessés, d’influencer le tissu à se régénérer plutôt que de cicatriser », a déclaré l’un des membres de l’équipe, Maksim Plikus, de l’Université de Californie à Irvine (USA).

Des recherches antérieures du groupe de scientifiques, ont démontré que les cellules graisseuses et les follicules pileux se développent séparément dans la peau en régénération, mais pas de façon indépendante, et que les follicules pileux se développent toujours en premier.

Les chercheurs suggèrent que la croissance des follicules pileux aide réellement au développement des cellules graisseuses lors du processus de régénération de la peau. De ce fait, ils ont souhaité savoir ce qui se passerait si des follicules pileux se développaient dans les tissus cicatriciels nouvellement formés chez la souris, ainsi que dans des échantillons de peau humaine.

Bien entendu, dans la nature, c’est n’est pas quelque chose qui pourrait se produire sans apport externe, étant donné que le tissu cicatriciel ne possède pas de follicules pileux. Lors de leur expérience, les scientifiques ont découvert que les follicules pileux libéraient une protéine de signalisation appelée Bone Morphogenetic Protein (BMP – ou protéine osseuse morphogénétique) dès qu’ils commençaient à se former, ce qui transformait les myofibroblastes de la cicatrice, en adipocytes.

De ce fait, si des follicules pileux étaient induits afin de se développer là où une plaie était en train de cicatriser, la peau résultante était indiscernable d’une peau préexistante. Ne présentant alors aucune cicatrice. « Les myofibroblastes étaient considérés comme incapables à devenir un type de cellule différent », explique Cotsarelis. « Mais notre travail montre que nous avons la capacité d’influencer ces cellules, et qu’elles peuvent être converties en adipocytes de manière efficace et stable », ajoute-t-il.

peau cellule peau régénération blessure plaie cicatrice

Crédits : Maksim V. Plikus et. al./Science

Il est important de garder à l’esprit qu’à ce stade, l’expérience est juste une preuve de concept : il a été démontré que cela fonctionne sur des souris ainsi que sur des échantillons de peau humaine, mais cela reste très différent d’obtenir une croissance de follicule pileux dans une blessure se trouvant sur un être humain vivant.

Cela n’en reste pas moins une découverte très importante, car jusqu’à récemment, les scientifiques pensaient que ce type de conversion des myofibroblastes en adipocytes, était biologiquement impossible chez les mammifères.

Si l’équipe venait à reproduire les résultats chez des êtres humains vivants (en trouvant le moyen de manipuler la BMP dans le tissu cicatriciel, par exemple), cela pourrait conduire à de nouvelles méthodes de cicatrisation qui seraient indiscernables, une fois la blessure guérie. Quoi qu’il en soit, nous avons encore beaucoup à apprendre sur la peau et les différents processus biologiques liés.

Source : Science

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.