C’est à travers l’épais brouillard de notre propre galaxie que des astronomes ont pu découvrir l’une des plus grandes structures connues de l’Univers. Un superamas de galaxies, nommé superamas Vela.

Le superamas a été nommé d’après la constellation Vela, au sein de laquelle il a été découvert : il s’agit d’un groupe massif de plusieurs amas de galaxies, chacune contenant des centaines ou des milliers de galaxies. « Je ne pouvais pas croire qu’une telle structure majeure puisse apparaître de la sorte », a déclaré Renée Kraan-Korteweg, astrophysicienne à l’Université de Cape Town en Afrique du Sud. Kraan-Korteweg et son équipe ont publié la découverte du superamas Vela dans le Monthly Notices Letters of the Royal Astronomical Society de l’Oxford Journals.

Le superamas Vela, un géant se cachant derrière la Voie lactée.

superamas galactique galaxie

Vous pouvez voir le superamas Vela (VSC – Vela supercluster) et son environnement galactique. Au centre se situe la zone d’évitement (avec ses champs stellaires et ses couches de poussière représentées en gris), la zone occultée par notre propre galaxie, obscurcissant toutes les structures se situant derrière elle. L’ellipse VSC montre l’étendue approximative du superamas Vela. Notons également les deux galaxies satellites de la Voie lactée, LMC et SMC, situées au sud du plan galactique. Crédits : Thomas Jarrett (UCT)

Bien qu’il soit difficile de concevoir qu’un objet possédant une telle masse puisse passer inaperçu, il ne faut pas oublier où nous nous situons : dans la Voie lactée, qui abrite plus de 100 milliards d’étoiles, des milliards de planètes et des nuages de gaz et de poussière. De ce fait, observer ce qui se situe au-delà de la Voie lactée, derrière la zone d’évitement (la zone du ciel occultée par notre propre galaxie), est très compliqué car la poussière, le gaz et les étoiles situées dans ce plan galactique obstruent d’environ 20% notre vue sur ce qui se situe derrière.

voie lactee galaxie zone evitement

Diagramme de la Voie lactée : la zone d’évitement est représentée par le cône plus clair. Crédits : Rursus/CC BY-SA 3.0

De notre point de vue, les objets situés derrière la zone d’évitement, nous font regarder à travers 100’000 années-lumière. Cette coupe transversale du disque d’étoiles, de gaz et de poussière de la Voie lactée représente ce que nous voyons lorsque nous regardons dans le ciel dans un endroit très sombre et dégagé :

voie lactée ciel nocturne

La Voie lactée dans le ciel nocturne. Crédits : Picsaboutspace

Afin de pouvoir observer au-delà de la zone d’évitement, Kraan-Korteweg et ses collègues ont combiné les observations de plusieurs télescopes : le télescope sud-africain récemment rénové (SALT), situé près de Cape Town, le télescope anglo-australien (AAT), situé près de Sydney et les relevés de rayons X du plan galactique. C’est en utilisant toutes ces données que les chercheurs ont pu calculer à quelle vitesse chaque galaxie qu’ils voyaient s’éloigne de la Terre. Selon les résultats, les galaxies observées semblent toutes se déplacer ensemble, indiquant donc qu’un grand nombre d’entre elles pourraient ne pas être vues. « Cela devenait évident : nous avons découvert un réseau massif de galaxies, s’étendant bien au-delà de ce que nous attendions », explique Michelle Cluver, une astrophysicienne de l’Université de Cape Town en Afrique du Sud.

D’après les estimations des chercheurs, le superamas Vela posséderait une masse similaire au superamas Shapley, qui compte environ 8’600 galaxies et se situe à environ 650 millions d’années-lumière. En sachant qu’une galaxie type possède environ 100 milliards d’étoiles, les scientifiques estiment que Vela contiendrait entre 1000 et 10’000 trillions d’étoiles. Les calculs démontrent également que le superamas Vela se situe à environ 800 millions d’années-lumière et s’éloigne de notre galaxie à une vitesse d’environ 64’400’000 km/h (soit 18’000 kilomètres par seconde).

Sources : Oxford JournalsMax Planck Institute, JPL, ESO, UCSB ScienceLine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.