Il est bien connu que la partie la plus profonde de la Terre soit principalement constituée de de fer à environ 85 %, de nickel à hauteur d’environ 10 %, et les 5 % restants demeurent un véritable mystère. Mais récemment, des scientifiques pensent avoir découvert « l’élément manquant » composant le noyau terrestre : le silicium.

Cela fait maintenant des décennies qu’une équipe de recherche japonaise se penche sur la question et pense à présent savoir de quels éléments sont constitués les 5 % manquants. En effet, l’équipe soumet l’hypothèse qu’il s’agirait d’un alliage composé de fer et de silicium. Les résultats de la recherche ont été présentés lors de la réunion automnale de l’Union géophysique américaine (AGU), à San Francisco.

Il faut savoir que le noyau terrestre se situe à environ 3000 kilomètres au-dessous de la surface, et possède un rayon d’environ 1200 kilomètres. Comme le noyau est si profond, il est littéralement impossible de le tester directement pour découvrir de quoi il est réellement composé. À titre de comparaison, les mines les plus profondes au monde atteignent uniquement les 4 kilomètres de profondeur.

Le silicium a longtemps été considéré comme un potentiel candidat pour être l’élément manquant au sein du noyau terrestre. De plus, les chercheurs savaient que l’élément manquant en question devait être léger. C’est notamment pour cette raison que le silicium a été proposé comme candidat idéal de nombreuses fois, en raison de ses propriétés, telle que sa capacité à se lier avec les métaux par exemple.

Donc, au lieu de creuser sur des milliers de mètres, l’équipe de l’Université de Tohoku a décidé de créer une miniature de la croûte, du manteau ainsi que du noyau terrestre en laboratoire afin d’effectuer toute une série de tests. Dans un premier temps, les scientifiques ont créé des alliages de fer et de nickel et les ont mélangés avec du silicium, puis les ont soumis à des pressions et à des températures extrêmes, qui existent dans le noyau (la température est d’environ 6000 degrés Celsius). Ces conditions correspondent aux données sismiques du noyau de la Terre, soit les informations des ondes sismiques proches du centre de la planète.

Les résultats ont apporté suffisamment de preuves à l’équipe que le silicum était très probablement l’élément manquant. « Ces expériences sont difficiles et vraiment excitantes car elles peuvent fournir une vision de ce que l’intérieur de la Terre a été peu de temps après sa formation, lorsque le noyau a commencé à se séparer des parties rocheuses de la planète. Il a récemment été suggéré que les taux d’oxygène pourraient également être importants au sein du noyau ! », explique Simon Redfern, professeur de physique minérale à l’Université de Cambridge.

En apprendre davantage sur ce qui compose exactement le noyau terrestre, pourrait aider les scientifiques a déterminer quelles conditions ont contribué à la formation de la Terre, il y a 4,5 milliards d’années.

Source : American Geophysical Union
Image de titre : Vadim Sadovski

Une réponse

  1. Delenne sylvain

    Et je vous parie qu’ils va y avoir des couillons qui vont faire des projets pour récupérer ce matériaux quelques soit les risques.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share