Des scientifiques à la recherche de signes de vie extraterrestre à travers l’Univers ont détecté 15 signaux radio en l’espace de cinq heures seulement, tous issus d’une petite galaxie située à 3 milliards d’années-lumière de la Terre.

Par le passé, nous avions déjà détecté des signaux répétés en provenance de cette même galaxie, mais ceux-ci, connus sous le nom de « rafales de signaux radio rapides », n’avaient jamais été détectés de manière aussi fréquente. Cela a amené les chercheurs à demander à d’autres scientifiques de s’intégrer à l’équipe afin de tenter de comprendre ce qui les cause.

« Des signaux de ce type n’ont jamais été observés à une fréquence si élevée », explique Andrew Siemion, le directeur de Breakthrough Listen, un projet de recherche basé à l’Université de Californie à Berkeley (USA), qui a détecté les signaux. La mission Breakthrough Listen a pour objectif de rechercher à travers l’Univers, des preuves quant à des formes de vies extraterrestres.

Ci-dessous, vous pouvez voir 14 des 15 signaux détectés.

rafales de signaux radios distante galaxie

Crédits : Breakthrough Listen

La raison pour laquelle les chercheurs sont si enthousiastes, est car ces rafales de signaux radio rapides font partie des phénomènes les plus étranges que nous ayons pu détecter dans l’Univers : en effet, ils peuvent générer autant d’énergie que 500 millions de Soleils, et ce, en quelques millisecondes seulement. Pourtant, nous n’avons encore que très peu d’informations sur ce qui les cause et sur leur provenance exacte.

À l’heure actuelle, les chercheurs ne connaissent donc pas la provenance de ces signaux ni ce qui les génère, mais ils suggèrent qu’il est probable que ces derniers possèdent une origine astronomique.

Certaines hypothèses suggèrent que la cause de ces signaux répétitifs sont les magnétars, des objets hautement magnétiques : il s’agit d’un type d’étoile à neutrons entourée d’un champ magnétique extrêmement intense, qui émet des radiations électromagnétiques de haute énergie (comme les rayons X et gamma). Les signaux pourraient également être produits par de jeunes étoiles à neutrons qui émettent des impulsions radio régulières, lorsqu’elles tournent sur elles-mêmes.

Les scientifiques n’excluent pas l’idée que la source des signaux pourrait être d’origine extraterrestre : plus tôt cette année, une équipe de chercheurs de Harvard a suggéré que ces rafales intenses et rapides pourraient être utilisées pour alimenter des engins spatiaux extraterrestres.

Depuis 2007 (lorsque ce type de signal a été détecté pour la toute première fois) et ce pendant 8 ans, les astronomes n’ont confirmé que quelques-uns de ces événements. Tous ceux qui l’ont été, provenaient pourtant d’endroits bien différents de l’Univers, rendant l’analyse de ces signaux compliquée à comprendre et analyser.

Mais tout a changé en 2015 lorsque des chercheurs ont confirmé des rafales de signaux radio rapides répétées provenant du même endroit : une source appelée FRB 121102. Il s’agit de la seule source de rafales de signaux radio rapides récurrente jamais détectée. Les scientifiques ont depuis déterminé que quelle que soit la source de ces signaux radio, elle se situe dans une galaxie naine à 3 milliards d’années-lumière de la Terre.

Mais malgré le fait d’avoir détecté plus de 150 rafales de signaux radio rapides provenant de FRB 121102, les scientifiques ne sont toujours pas certains de comprendre ce qui les produit.

C’est pourquoi l’enregistrement de ces 15 derniers signaux est si important. Ils ont été collectés le samedi 26 août dernier, par le Green Bank Telescope en Virginie-Occidentale (USA), qui regardait en direction de FRB 121102. Sur une période de cinq heures, l’instrument a enregistré 400 téraoctets de données et lorsque les chercheurs de Breakthrough Listen ont analysé ces dernières, ils ont été surpris de découvrir ces 15 rafales de signaux, provenant de la même source. Afin de mettre cela en perspective, il faut savoir qu’il aura fallu aux chercheurs 83 heures de temps d’observation, sur six mois, pour de détecter seulement 9 rafales en provenance de FRB 121102 en 2016.

C’est grâce à l’analyse de la dispersion des signaux (un élément permettant de déterminer quelle distance un signal a effectué avant de nous atteindre), que les chercheurs ont pu confirmer qu’ils provenaient tous de la même galaxie naine.

Non seulement ces signaux nous parviennent de manière extrêmement rapide, mais ils ont également été émis à une fréquence bien plus élevée que les signaux précédemment observés par les scientifiques. « Ces observations peuvent indiquer que FRB 121102 est actuellement dans un état d’activité accrue, et des observations supplémentaires sont vivement encouragées, en particulier à des fréquences radio plus élevées », a déclaré l’équipe.

« En plus de confirmer que la source est dans un état nouvellement actif, la haute résolution des données obtenues par l’instrument d’écoute permettra de mesurer les propriétés de ces mystérieuses rafales avec bien plus de précision qu’auparavant », explique Vishal Gajjar, un membre de l’équipe Breakthrough Listen, qui a détecté en premier cette activité accrue.

Alors, que nous apprennent les dernières données collectées à propos les potentielles sources de ces rafales de signaux radio rapides ? La succession rapide de ces derniers rend improbable le fait qu’ils soient causés par des événements cataclysmiques (tels que des trous noirs mourants par exemple). En clair, cela n’exclut pas la possibilité que des événements dramatiques de ce type produisent des rafales de signaux radio rapides simples (mais ces signaux répétitifs pourraient avoir une source entièrement différente).

De plus, l’équipe Breakthrough Listen souligne le fait que lorsque les signaux ont quitté leur galaxie hôte, notre système solaire avait alors moins de 2 milliards d’années (soit un milliard d’années avant même que la vie multicellulaire la plus simple n’ait commencé à apparaître sur Terre).

Grâce à des études supplémentaires, les scientifiques espèrent pouvoir se rapprocher de la vérité concernant la source des signaux dans un premier temps : « Que les rafales de signaux de radio rapides se révèlent être des signatures d’une quelconque technologie extraterrestre, ou que ce ne soit pas le cas, Breakthrough Listen aide à repousser les frontières qui sont déjà en pleine expansion de notre compréhension de l’Univers qui nous entoure », a déclaré Siemion.

L’équipe a signalé ses observations dans l’Astronomer’s Telegram, et est actuellement en train de rédiger les résultats de la recherche de manière plus détaillée, afin de la soumettre à un journal dans le but d’être évaluée par les pairs.

Sources : Astronomer’s Telegram, UC BerkeleyAstrophysical Journal

2 Réponses

  1. Tupinier

    il y a beaucoup de boulot a faire pour comprendre l’Univers qui nous entoure ! hélas bon courage a tous sue qui cherche des réponses !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share