Des chercheurs ont réexaminé les données capturées en 1986 par la sonde Voyager 2 et pensent avoir découvert les preuves concernant deux lunes encore jamais observées auparavant, cachées dans les anneaux d’Uranus.

Uranus est la troisième plus grande planète de notre Système solaire et possède à ce jour, déjà 27 lunes. Mais ces deux nouvelles lunes apparaissent plus proches de la planète que les autres satellites naturels et seraient à l’origine des motifs ondulés dans ses anneaux les plus proches.

Bien que Saturne soit la plus célèbre des planètes possédant des anneaux, elle n’est pas la seule. En effet, Jupiter, Uranus et Neptune (toutes des planètes gazeuses) possèdent également leurs propres systèmes d’anneaux.

Sachant qu’Uranus est située environ 20 fois plus loin du Soleil que la Terre, nous n’avons jusqu’à présent pas eu beaucoup d’opportunités d’étudier cette planète et une grande partie des informations que nous possédons la concernant, provient des données récoltées par la sonde Voyager 2, il y a 30 ans déjà.

voyager 2 système solaire uranus anneaux

Voici Voyager 2, lancée le 20 août 1977. Depuis, la sonde a parcouru quelques 25’860’000’000 kilomètres (soit 173 ua, situation au 16 janvier 2015). Crédits : NASA

C’est un duo de planétologues de l’Université de l’Idaho qui ont réexaminé les données de la sonde, pour démontrer qu’il y avait quelque chose d’inhabituel dans deux des treize anneaux d’Uranus, appelés Alpha et Beta. Ces deux anneaux présentent des motifs ondulés, ce qui suggère vivement la présence de ces deux lunes. « Ces motifs (ondulés) peuvent être dus aux petites lunes orbitant près des anneaux », expliquent les chercheurs dans leur étude prépubliée sur le site arXiv.org.

Alors pourquoi est-ce que la sonde Voyager 2 n’a pas vu ces deux lunes lorsqu’elle est passée près d’Uranus ? Les chercheurs suggèrent que ces lunes sont si minuscules et si sombres, qu’elles auraient très bien pu passer inaperçues à l’époque. Un objet « sombre » signifie qu’il ne reflète pas ou très peu de lumière, comme cela est le cas pour la plupart des lunes dans la région d’Uranus les rendant donc difficiles à détecter. Notez que pour la même raison, ses anneaux ne sont que très peu visibles.

Mais les deux chercheurs, Rob Chancia et Matthew Hedman, sont persuadés que les motifs qu’ils ont détecté dans les anneaux Alpha et Beta sont semblables à ceux de Cordelia et Ophelia : deux autres anneaux d’Uranus, marqués par des motifs ondulés causés par la présence des lunes d’Uranus.

Les deux nouvelles lunes mesureraient entre 4 et 14 kilomètres de diamètre. À présent, l’équipe se prépare à inspecter Uranus avec le télescope spatial Hubble afin d’en savoir plus sur ces mystérieux satellites.

Mark Showalter, un scientifique de l’institut SETI en Californie qui a précédemment découvert des lunes d’Uranus (mais qui n’a pas été impliqué dans cette recherche), s’est exclamé que l’existence de ces lunes était « certainement une possibilité très plausible ». Il a également expliqué qu’utiliser le télescope spatial Hubble était la « meilleure option » afin de tenter de découvrir ces nouveaux satellites d’Uranus et que si les tentatives d’observation venaient à échouer, il serait selon lui peut-être temps de penser à une mission concernant Uranus et ses environs !

Plus d’articles sur les récentes découvertes concernant le Système solaire :

Sources : Cornell University, NewScientist

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share