La Chine est en pleine campagne de lutte massive contre la pollution, qui engendre des problèmes catastrophiques et a nécessité la fermeture de dizaines de milliers d’usines à travers le pays. Les estimations suggèrent que jusqu’à 40% des usines chinoises ont été temporairement fermées par des inspecteurs de sécurité. Actuellement, les responsables de plus de 80’000 usines sont accusés d’infractions criminelles pour avoir dépassé les limites d’émissions.

La campagne durant depuis des mois, coïncide avec l’annonce de cette semaine par la Chine, lors de son congrès du Parti communiste, de réduire la concentration de particules fines et dangereuses (appelées PM2.5) de 47 microgrammes par mètre cube en 2016 à 35 microgrammes pour 2035. « Il sera très difficile d’atteindre cet objectif, et nous devons faire davantage d’efforts pour y parvenir », a déclaré le ministre de la protection de l’environnement, Li Ganjie, lundi dernier.

Les efforts modernes de la Chine pour lutter contre la pollution remontent à 2013, lorsque la nation a annoncé 10 mesures dans le but d’assainir l’air du pays, comprenant la réduction des émissions des industries fortement polluantes de 30% d’ici la fin de l’année 2017.

Afin d’y parvenir, la Chine a accéléré les inspections des usines et des centrales électriques au cours des deux dernières années, pour s’assurer que des milliers d’entreprises ne violent pas les lois sur les émissions. « Basiquement, vous voyez ces inspecteurs se rendre dans les usines pour des inspections surprise », a déclaré Gary Huang, consultant en chaîne d’approvisionnement de l’entreprise 80/20 Sourcing. « Ils imposent des amendes journalières, et parfois – dans les cas les plus graves – des poursuites pénales. Des personnes sont mises en prison », ajoute-t-il.

La Chine espère qu’en s’attaquant ainsi aux pollueurs, l’eau sera également plus propre sur le long terme et que le pays pourra profiter à nouveau d’une plus vaste gamme d’avantages écologiques. En plus de pouvoir respirer un air plus sain. « Pour les zones qui ont subi des dommages écologiques, leurs dirigeants et cadres en seront tenus pour responsables, à vie. Les gens pourront voir les étoiles la nuit et entendre les oiseaux chanter à nouveau », a déclaré Yang Weimin, directeur adjoint du Groupe central du Parti communiste des affaires économiques et financières.

Au cours des précédents hivers, les autorités municipales ont dû imposer des fermetures pour quelques semaines seulement, mais avec les objectifs de fin d’année 2017 (qui se termine dans quelques mois seulement), la Chine ferme les entreprises polluantes à un rythme que Li qualifie de « sans précédent ». « Ces campagnes spéciales ne sont pas une opération ponctuelle, mais plutôt l’exploration de mécanismes à long terme », a annoncé Li cette semaine. « Elles se sont révélées efficaces, donc nous allons continuer avec ces mesures », a-t-il ajouté. Ce que cela représente pour le secteur industriel en Chine au-delà de 2017, n’est pas encore totalement clair.

Tandis que des milliers d’entreprises et d’usines éprouvent des difficultés à l’heure actuelle vis-à-vis de l’application du régime environnemental, le but est pour elles de pouvoir mieux s’adapter sur le long terme, et surtout, de manière plus intelligente et plus sûre. Le but est de ne pas mettre à risque la qualité de l’air chinois, ou celui de la planète dans son ensemble. « C’est quelque chose de sérieux. Je pense que beaucoup d’entre nous ici pensent que cela deviendra la nouvelle norme », a déclaré Michael Crotty, de MKT & Associates, basée en Chine. « Les consommateurs chinois ne veulent pas de rivières polluées, ils ne veulent pas voir un ciel gris tous les jours », a-t-il ajouté.

Sources : CPC National Congress, NPR

Une réponse

  1. Es

    Ne nous leurrons pas. Nous en ressentons déjà les effets en Europe sur certaines matieres premières devenues rares ou introuvables …. effets économiques à la clef . Mais c’est un mal pour un bien me semble t il.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share