Des scientifiques ont trouvé l’une des exoplanètes les plus excentriques jamais découvertes : cette immense géante gazeuse effectue l’orbite de son étoile en 36 heures seulement et possède une surface plus chaude que la plupart des étoiles !

La planète est en orbite autour d’une étoile appelée KELT-9, qui se situe à quelques 650 années-lumière de la Terre. Il s’agit de la première fois que des astronomes détectent une planète près d’une étoile aux températures aussi élevées. De plus, cette planète est différente de tout ce qu’ils ont pu voir auparavant.

En effet, l’exoplanète nommée KELT-9b, possède des températures extrêmement chaudes : sa surface atteint une température de jour d’environ 4326 degrés Celsius. À titre de comparaison, la surface du Soleil est d’environ 5526°C, et même la planète la plus proche du Soleil, Mercure, n’atteint que 426°C à sa surface. La raison de cette chaleur extrême est la proximité de la géante gazeuse par rapport à son étoile hôte, qui est elle-même l’une des étoiles les plus chaudes que nous connaissons. Elle atteint des températures d’environ 9896°C.

nasa planete chaud temperature extreme etoile orbite nasa 3

Crédits : NASA/JPL-Caltech

« Il serait correct de dire que cette planète est plus chaude qu’au moins 80 pour cent de toutes les étoiles connues, ce qui est tout simplement impressionnant », a déclaré l’astronome Jonti Horner de l’Université du Queensland du Sud, qui n’a pas participé à la recherche. « La planète écume essentiellement la surface de son étoile, et l’étoile elle-même est beaucoup plus lumineuse et beaucoup plus chaude que notre Soleil. [Cela représente] la planète la plus chaude que nous avons découvert à ce jour, et avec une très grande marge; de plus d’un millier de degrés », a-t-il ajouté.

La géante gazeuse KELT-9b est 2,8 fois plus massive que Jupiter, mais seulement à moitié aussi dense, car son atmosphère est constamment déchirée par son étoile hôte. « C’est une planète par l’une des définitions typiques basées sur la masse, mais son atmosphère est certainement différente de toute autre planète connue, juste en raison de sa température de jour », explique l’un des chercheurs, l’astronome Scott Gaudi de l’Université de l’Ohio.

En fait, la planète possède une température si intense, que les chercheurs sont surpris de son existence même. « Je suis sincèrement surpris de voir cette planète », déclare un astronome de l’Université de Swinburne, Alan Duffy, qui ne faisait pas partie de l’équipe de recherche. « Car lorsque vous avez une étoile très massive et très brillante, la force de son rayonnement est si intense qu’il peut littéralement faire exploser sa propre matière. Il ne reste alors pas beaucoup de gaz et de poussière pour former ces planètes », ajoute-t-il.

Les conditions difficiles dans le voisinage de KELT-9 sont susceptibles de rendre la vie de cette planète à la fois courte et cruelle : l’équipe estime que la planète perd au moins 10 millions de kilogrammes de masse par seconde en raison du rayonnement ultraviolet de l’étoile, ce qui génère une véritable queue de gaz incandescent, similaire à celles que l’on peut voir chez les étoiles filantes.

nasa planete chaud temperature extreme etoile orbite nasa gif

Crédits : NASA/JPL-Caltech

Cela signifie donc qu’il ne faudra probablement pas longtemps avant que la planète ne disparaisse totalement, laissant apparaître son noyau rocheux solide (si bien entendu ce type de planète, comme KELT-9b, en possèdent un, chose que nous ne savons pas encore).

L’étude a été co-écrite par une équipe internationale de chercheurs et d’astronomes amateurs, et selon Horner, cette dernière a impliqué des observations vraiment compliquées. « Cela augmente les possibilités d’action de ce que nous pouvons effectuer technologiquement, ainsi que ce que nous savons sur ce qui pourrait s’y trouver. C’est révolutionnaire en de nombreuses façons », explique-t-il. La communauté astronomique se concentre généralement sur la recherche d’exoplanètes situées autour d’étoiles plus petites, semblables au Soleil, car elles sont plus faciles à repérer et promettent de découvrir des planètes potentiellement habitables à l’extérieur de notre galaxie.

Mais ce nouvel aperçu de la planète KELT-9b élargit notre compréhension de ce qui se trouve dans notre vaste univers, et pourrait nous aider à comprendre comment de telles planètes sont nées, et détruites. « Cela signifie que nous pouvons peut-être être encore plus audacieux et imaginer qu’il est possible de découvrir des planètes autour d’étoiles encore plus grandes et plus brillantes que celles que nous avons jamais espéré découvrir », explique Duffy.

À présent que l’équipe a effectué cette découverte fascinante, les chercheurs espèrent bientôt pouvoir mieux analyser et observer KELT-9b grâce à d’autres télescopes, y compris le puissant James Webb Space Telescope que la NASA va lancer l’année prochaine.

Source : Nature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share