Le grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN est l’accélérateur de particules le plus puissant jamais construit et il vient d’identifier 5 nouvelles particules subatomiques.

Le LHC a été construit dans un tunnel circulaire de presque 27 kilomètres de circonférence et accélère des protons (de la famille des hadrons) pour produire des collisions.

Dans cet accélérateur, deux faisceaux de particules à haute énergie sont forcés à se heurter, en provenance de directions opposées et à des vitesses proches de celle de la lumière. Les densités d’énergie générées lors des collisions produisent la fusion de la matière ordinaire en ses parties constituantes : en quarks et en gluons. Cela nous permet d’en apprendre davantage sur les constituants de base de la matière, les particules fondamentales du modèle standard.

Il faut savoir qu’actuellement, plus de 10’000 scientifiques et ingénieurs travaillent ensemble au LHC pour nous aider à mieux connaître les propriétés fondamentales de la physique. Et jusqu’à présent, tous ces scientifiques ont effectué des découvertes impressionnantes : l’équipe du LHC est notamment à l’origine de la découverte (et donc de la confirmation de l’existence) du boson de Higgs, et de la découverte de nombreuses nouvelles particules.

À présent, une nouvelle étude a prouvé que ça n’allait pas s’arrêter là. L’équipe du LHCb (Large Hadron Collider beauty experiment), qui vise à explorer ce qui s’est passé après le Big Bang pour permettre à la matière de survivre et de construire l’Univers que nous connaissons aujourd’hui, a annoncé la découverte d’un nouveau système de 5 particules subatomiques en une seule analyse.

Il s’avère que chacune de ces cinq particules sont des états excités d’Oméga-c-zéro, une particule avec trois quarks. Ces états de particules ont été nommés selon la convention standard : Ωc(3000)0, Ωc(3050)0, Ωc(3066)0, Ωc(3090)0 et Ωc(3119)0.


Maintenant, les chercheurs doivent déterminer le nombre quantique de ces nouvelles particules, ainsi que leur signification théorique. Cette découverte va nous permettre d’améliorer notre compréhension quant à la corrélation entre les quarks et les états multi-quarks, ce qui renforcera nos connaissances concernant l’Univers et la théorie quantique en général.

Le CERN a qualifié cette découverte de « foyer de résultats physiques nouveaux et exceptionnels ». Et ce n’est que le début ! Plus d’expériences et de résultats sont déjà produits en ce moment. C’est pourquoi l’importance des collaborations internationales ne doit pas être sous-estimée. Le LHC est la plus grande collaboration scientifique internationale de l’histoire : des scientifiques de plus de 85 pays participent aux expériences du LHC et du CERN.

Au cours des mois et des années à venir, le LHC prévoit d’utiliser son incroyable quantité d’énergie pour s’aventurer dans le « secteur sombre de la physique », afin de révéler des particules actuellement inconnues et aider à résoudre certains des plus grands mystères cosmiques, notamment en ce qui concerne la matière noire, les potentielles dimensions parallèles et ce qui aurait pu se passer lors des premiers instants après le Big Bang.

Source : CERN

3 Réponses

  1. douak

    La matiere que vous publier m’intéresse,et je vous serrai reconnaissant de m’envoyer vos numéros
    Merci

    Répondre
  2. Marcel Laurin

    Ce peut-il qu’ils créent des particules qui en fait n’ont jamais existées? Si c’est particules origines du même point, donc du big bang, elles sont parties une à la suite de l’autre sans jamais avoir eu de chance de se collisionner mais plutôt d’additionner leur force vectorielle une à l’autre !!! Qu’elles sont les entitées dans l’univers qui sont si proches l’une de l’autre et qui émettent avec autant d’énergie que celle de la lumière de sorte qu’elles vont générer des collisions de particules de l’ordre de ce que le LHC peut reproduire ? Sauf s’ils travaillent à déterminer les possibilitées, rien n’indique que ce qu’ils découvrent a déjà réellement existé !

    Répondre
    • Franck P.

      Marcel Laurin, le big bang n’est pas parti d’un point, cet article vous en dira beaucoup plus, et c’est vraiment passionnant: https://fr.wikipedia.org/wiki/Big_Bang

      Et ce que peut produire le LHC n’est rien par rapport à ce qui se passe au coeur des étoile, des trous noirs, et au moment du big bang, surtout au moment où il était si dense et chaud qu’aucun rayonnement lumineux n’était possible…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.