Pour la toute première fois, les scientifiques ont pu observer quelque chose de tout simplement étonnant : l’évolution d’une nouvelle espèce, à l’état sauvage et en temps réel. Le tout en quelques années seulement.

C’est officiel : le séquençage génomique et l’analyse des caractéristiques physiques ont confirmé la nouvelle espèce de pinson de Darwin, endémique d’une petite île appelée Daphne Major dans les îles Galápagos. Ses découvreurs l’ont surnommé « Big Bird » (grand oiseau).

Il existe au moins 15 espèces différentes de pinsons de Darwin, ainsi nommées car leur diversité a aidé Charles Darwin à comprendre sa théorie de l’évolution par la sélection naturelle, c’est-à-dire que les mutations peuvent aider les espèces à mieux s’adapter à leur environnement et être transmises entre générations. Dans le cas de la nouvelle espèce, il s’agit de deux de ces espèces qui se sont réunies dans ce que l’on appelle l’hybridation des espèces, pour en créer une entièrement nouvelle.

galapagos big bird oiseau nouvelle espece

Voici ce à quoi ressemble « Big Bird ». Crédits : P. R. Grant

Lors d’une expédition sur l’île Daphne Major, Peter et B. Rosemary Grant, biologistes à l’Université de Princeton (USA) ont remarqué la présence d’un intru non autochtone, Geospiza conirostris. À savoir qu’il est également connu sous le nom de géospize à bec conique, et est originaire d’autres îles des Galapagos, à savoir Española, Genovesa, Darwin et Wolf.

Étant l’une des plus grandes espèces de pinsons de Darwin et avec une locution différente de celle des trois espèces indigènes de l’ìle Daphne Major, ce nouveau venu se démarque bien : « Nous ne l’avons pas vu arriver en volant, mais nous l’avons remarqué peu après son arrivée. Il était si différent des autres oiseaux que nous savions qu’il ne provenait pas d’un œuf éclot sur Daphne Major », a déclaré Peter Grant.

Mais par la suite, il s’est accouplé avec deux femelles d’une de ces espèces indigènes, Geospiza fortis, le géospize à bec moyen. De cet accouplement est ensuite née une progéniture. À savoir que l’accouplement entre différentes espèces qui donne naissance à une progéniture n’est pas inhabituel. Des exemples célèbres incluent des mules (produit de l’accouplement entre un âne mâle et une jument). Il y a aussi des ligers, un croisement entre un lion mâle et un tigre femelle.

Cependant, les espèces hybrides sont souvent stériles, ou se reproduisent difficilement. Mais cela ne s’est pas avéré être le cas avec ces nouveaux oiseaux ! Une nouvelle lignée est née. Ces oiseaux possèdent une locution différente de G. fortis, et la taille ainsi que la forme de leur bec est également différente (c’est cet élément que les pinsons exploitent pour attirer leurs partenaires).

galapagos iles oiseau big bird espece nouvelle

G. conirostris (à gauche) et G. fortis (à droite). Crédits : K. T. Grant/B. R. Grant

Cette nouvelle espèce était alors complètement « isolée » car elle devait s’accoupler avec son propre genre pour survivre, ce qui n’a pas été chose aisée : durant les sécheresses sur l’île en 2002-2003, lorsque la nouvelle lignée était dans sa quatrième génération, presque tous les oiseaux de l’espèce sont morts, sauf deux. « Quand les pluies sont revenues, le frère et la soeur se sont accouplés et ont produit 26 petits », a déclaré Rosemary Grant dans une interview l’année dernière. « Hormis 9 décès, tous les autres ont survécu pour se reproduire à nouveau. Un fils s’est reproduit avec sa mère, une fille s’est reproduite avec son père, et le reste d’entre eux se sont reproduits les uns avec les autres – produisant une lignée terriblement consanguine », a-t-il ajouté.

Comme les pinsons hybrides étaient plus gros que les populations indigènes, ils ont pu accéder à des choix alimentaires auparavant inexploités, et survivre. Lors de la dernière visite des chercheurs sur l’île, en 2012, ils ont recensé 23 individus et 8 couples reproducteurs. Selon les chercheurs, ce succès signifie que l’hybridation aurait pu se produire à plusieurs reprises chez les pinsons de Darwin par le passé, résultant en de nouvelles espèces qui ont disparu ou ont évolué pour devenir l’espèce que nous connaissons aujourd’hui.

« Un naturaliste qui serait venu sur Daphne Major sans savoir que cette lignée est apparue très récemment l’aurait reconnue comme étant l’une des quatre espèces de l’île », a déclaré Leif Andersson de l’Université d’Uppsala (Suède), qui a mené l’analyse génétique. « Cela démontre clairement la valeur des études de terrain de longue durée », a-t-il ajouté.

Sources : Science, PhysOrgThe Break of the Finch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share