La Polynésie française a signé un accord avec le Seasteading Institude pour effectuer les études de développement pour la première ville flottante au monde. Si le niveau des océans continue d’augmenter au rythme actuel, la Polynésie française risque de perdre jusqu’à deux tiers de ses terres. À présent, le gouvernement local a décidé qu’il était temps d’explorer la possibilité de déplacer ses citoyens sur une ville flottante.

La semaine dernière, le 13 janvier 2016, un ministre représentant la Polynésie française, a signé à San Francisco un protocole d’accord avec le Seasteading Institute portant sur un projet innovant d’îles flottantes. Le protocole va permettre la mise en œuvre d’études de faisabilité d’un tel projet. Les études qui seront menées par le Seasteading Institute porteront sur les divers aspects juridiques, fiscaux, techniques et environnementaux. Si tout se passe comme prévu, la construction débutera en 2019.

Le Seasteading Institute, l’entreprise chargée de construire cet habitat futuriste, a mis sur pied plusieurs concepts de villes flottantes et a désormais reçu le feu vert pour en ériger dans les eaux polynésiennes. « Le gouvernement de la Polynésie française a officiellement signé un accord afin d’élaborer une législation concernant le projet d’îles flottantes, avec le Seasteading Institute. Le projet est destiné à faire face à la hausse du niveau de la mer, ainsi qu’à promouvoir la croissance technologique et économique », a expliqué le Seasteading Institute.

ile ville flottanteSeasteading Institute titre

Crédits : Seasteading Institute

Crédits : Seasteading Institute

ile ville flottanteSeasteading Institute titre

Crédits : Seasteading Institute

C’est après avoir vu les concepts du Seasteading Institute, qu’un ancien ministre du gouvernement de la Polynésie française s’est adressé à l’entreprise l’année dernière. L’accord, signé par le ministre représentant la Polynésie française, Jean-Christophe Bouissou, stipule que les plans seront achevés cette année et incorporés dans les projets de loi.

Selon le directeur exécutif du Seasteading Institute, Randolph Hencken, le projet permettra non seulement de sauver les habitants des îles comme Tahiti (l’île la plus peuplée du collectif de la Polynésie française), qui n’auront pas à fuir leurs habitations au cours des prochaines décennies, mais également à offrir une expérience touristique unique, représentant de ce fait une aide économique non négligeable pour la Polynésie française. « Nous envisageons de créer une nouvelle industrie d’îles flottantes qui permettra aux gens de rester attachés à leur souveraineté par opposition à avoir à fuir vers d’autres pays. Voilà pourquoi les Tahitiens s’intéressent à notre entreprise. Ils veulent la résilience environnementale ainsi que les opportunités économiques », a expliqué Randolph Hencken.

L’entreprise affirme que les eaux de la Polynésie française sont relativement calmes et peu profondes, et donc qu’il s’agit de l’endroit idéal pour ériger un habitat flottant permanent. Dans un premier temps, l’entreprise prévoit de construire des petits abris pour les dizaines de premiers résidents et que, si tout se passe comme prévu, en faire de même pour « des centaines et des milliers de personnes ».

Bien que le gouvernement polynésien français apprécie fortement l’apparence des concepts actuels du Seasteading Institute, ces derniers risquent encore de changer avant d’être définitivement adoptés. Le SI insiste sur le fait que la ville flottante sera durable, mais les plans reçoivent également de nombreuses critiques : certains habitants sont très méfiants quant au projet.

Marc Collins, un homme d’affaires tahitien et ancien ministre du tourisme, a déclaré qu’une réaction négative de la part de la population à l’encontre du projet était à prévoir : « Les Tahitiens sont fatigués d’entendre parler de ces méga projets massifs qui ne mènent nulle part. Il y a une prédisposition de la population à la prudence », a-t-il expliqué.

Nous allons donc devoir attendre afin de voir si les choses se déroulent comme prévu au cours des prochains mois, et si des concepts d’habitats seront validés définitivement. En attendant, voici encore d’autres images du concept existant, de la potentielle première ville flottante sur l’eau au monde :

ile ville flottanteSeasteading Institute

Crédits : Seasteading Institute

ile ville flottanteSeasteading Institute

Crédits : Seasteading Institute

ile ville flottanteSeasteading Institute

Crédits : Seasteading Institute

VIDÉO : Le concept de ville flottante sur l’eau !

Sources : Seasteading InstituteScienceDaily

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share