Le premier survol de Jupiter a été effectué avec succès par Juno. Pour le moment, la sonde nous livre ce très beau cliché. Bientôt, elle devrait également nous offrir un ensemble phénoménal de données recueillies par l’ensemble de ses instruments.

La sonde Juno de la NASA a frôlé pour la première fois l’épais manteau de nuages de Jupiter. Elle est passée à une distance de seulement 4200 kilomètres et ce à la vitesse folle de 208’000 km/h lors du premier des 36 flyby prévus (passages rapprochés) qui caractérisent la première partie de sa mission, qui devrait se terminer en février 2018.

Juno n’avait encore jamais approché la planète de si près. La manœuvre d’insertion orbitale avait en fait été effectuée 460 kilomètres plus haut et d’ailleurs ne reviendra plus à des distances aussi courtes. Mais ce qu’il faut savoir avant tout, c’est que cela était la première fois que tous les instruments de la sonde étaient allumés, fonctionnels et axés sur la géante gazeuse. « Les premières données de télémétrie indiquent que tout a fonctionné comme prévu », a déclaré Rick Nybakken de la NASA.

« Nous recevons des premières données très intéressantes », nous annonce Scott Bolton, chef de la mission. « Cependant, il faudra compter quelques jours pour télécharger toutes les données recueillies au cours des flyby et encore beaucoup d’autres jours avant de comprendre ce que Juno essaie de nous dire. »

Les plus attendues sont les images à haute résolution de l’atmosphère, prises par la caméra JunoCam. En attendant, Juno nous a envoyé un premier avant-goût : une vue sur le pôle nord de Jupiter, capturée lors de la manœuvre d’approche à une distance d’environ 703’000 kilomètres.

Juno permettra de sonder la structure profonde de Jupiter, la circulation atmosphérique et d’étudier la physique des hautes énergies de son environnement magnétique. Elle permet ainsi de nous fournir des indices importants sur la formation et l’évolution de la géante du système solaire. Ces indices pourront nous aider à nous forger une meilleure compréhension de la naissance de notre système planétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share