Depuis maintenant plus de vingt ans, plus de 3’500 planètes de tous types (petites et grandes, gazeuses ou rocheuses, brûlantes ou glacées…) ont été détectées autour d’autres étoiles que notre Soleil. Mais la découverte de Proxima b, marque un réel tournant dans ces recherches.

Proxima b est une exoplanète découverte récemment par une équipe internationale d’astronomes au terme d’une campagne de deux années de recherche appelée « Pale Red Dot » (clin d’œil volontaire au « Pale Blue Dot », se référant alors à la Terre, lors de la mission Voyager 1 en 1990). Proxima b orbite autour de Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche du Soleil (puisque celle-ci est distante de « seulement » 4,2 années-lumière) !

 

Une exoplanète proche et similaire à la Terre

Mais il y a encore mieux ! Les chercheurs l’expliquent dans la revue Nature : Proxima b a une taille légèrement supérieure à celle de la Terre, ce qui implique qu’elle est très certainement rocheuse et non pas gazeuse, et est comme notre Terre, dotée d’une température ni trop froide ni trop chaude permettant donc l’existence d’eau liquide à sa surface.  Cette exoplanète possède une masse minimale de 1,3 fois celle de la Terre et tourne à 7,5 millions de kilomètres de son étoile (soit environ 20 fois plus près que ne l’est la Terre du Soleil).

Mais Proxima du Centaure, à la différence du Soleil, n’est plus qu’une petite naine rouge… Une vieille étoile qui n’a plus la force d’émettre beaucoup de lumière et de chaleur. De plus, afin que la planète puisse potentiellement être habitable, elle devrait posséder une atmosphère qui lui permette de l’être. Cependant « l’activité magnétique de son étoile, plus forte que celle de notre soleil, risque d’avoir érodé l’atmosphère autour de Proxima b », souligne le co-auteur de l’article dans la revue Nature. D’après lui, le principal défi des recherches à venir sera de déterminer si cette exoplanète a réussi à préserver son atmosphère, ou non.

Proxima b possède également un autre élément qui pourrait la rendre impropre à la vie. Contrairement à la Terre, elle ne montre probablement qu’une seule face à son étoile… L’autre se retrouve donc plongée dans une nuit éternelle. Tous ces éléments font que son environnement est clairement plus hostile que celui de notre Terre. Il est tout de même important et intéressant de relever le fait qu’elle sera sans doute la première vraie planète potentiellement habitable, surtout du fait que toutes les autres exoplanètes découvertes se trouvent bien plus loin dans l’espace…

N’oublions donc pas le positif ! La bonne nouvelle c’est que Proxima b est l’exoplanète la plus proche de la Terre que nous connaissons à l’heure actuelle. « Il sera possible d’obtenir des images de la planète directement d’ici quelques années ou décennies », affirme Ansgar Reiners, l’un des coauteurs de l’étude. « Des télescopes de plus de 30 mètres de diamètre actuellement en construction pourraient permettre d’observer la planète », ajoute Jean Schneider, astrophysicien français. « Cette découverte est importante car c’est l’étoile la plus proche de nous. Il y a la perspective de pouvoir l’explorer avec des robots dans les décennies à venir », ajoute-t-il.

 

Source : Nature, Pale Red Dot
Crédit image de titre : IAU (vision d’artiste).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share