En ce moment, il y a beaucoup de spéculations quant au fait que la récente explosion de SpaceX, pourrait être due à un sabotage. En effet, une activité suspecte a été remarquée sur le toit d’un bâtiment proche du site de lancement.

Des rumeurs circulent (lien en bas de page), comme quoi SpaceX serait actuellement en train d’effectuer des enquêtes quant à un éventuel sabotage lors du lancement du Falcon 9 et de l’explosion ayant eu lieu au début du mois de septembre.

Lors d’un examen des images de l’explosion inexpliquée, les responsables d’une entreprise restée anonyme, rapportent que SpaceX a constaté « une ombre étrange, puis un point blanc » sur le toit d’un immeuble situé à proximité de la zone de lancement, juste avant l’explosion. Cet immeuble appartient à un concurrent de longue date : United Launch Alliance (ULA).

Ces images sont actuellement indisponibles pour le public. Dans le Washington Post, Christian Davenport explique qu’un employé de SpaceX a souhaité entrer dans le bâtiment de l’ULA afin de mener l’enquête quant aux éléments étranges s’étant passés sur leur toit, mais l’accès lui a tout simplement été refusé. ULA a annoncé que les enquêteurs de l’US Air Force ont déjà inspecté les lieux et qu’il n’y avait rien de suspect.

Pour l’instant, SpaceX n’a pas confirmé que l’entreprise était en train d’enquêter sur cette possibilité de sabotage, donc il ne s’agit pas (pas encore?) d’une information officielle. Cependant la semaine dernière, lors du Congrès astronautique international (IAC) qui a eu lieu au Mexique, Elon Musk annonçait que la raison de l’explosion restait un mystère, qu’il ne savait pas pourquoi cette explosion avait eu lieu. Il avait également expliqué sur Twitter que l’explosion était « l’échec le plus difficile et le plus complexe que nous ayons eu en 14 ans ».

« Nous avons éliminé toutes les possibilités évidentes concernant ce qui s’est passé (l’explosion) », a-t-il annoncé lors de l’IAC, la semaine dernière. « Ce qui reste donc comme possibilités, ce sont des réponses moins probables ».

Ce qu’il faut savoir, c’est que le mystère de cette explosion, est qu’elle a eu lieu lors d’un remplissage de routine du réservoir et que les moteurs étaient à ce moment-là, tous éteints. SpaceX n’a depuis pas été en mesure d’identifier une quelconque source de chaleur ayant pu provoquer cet accident. Elon Musk a publiquement demandé de l’aide à la NASA, à l’Armée de l’Air ainsi qu’à la US Federal Aviation Administration (FAA), ceci afin d’enquêter sur le sujet.


Bien entendu, tout cela ne signifie pas qu’il y a eu un sabotage, que ce soit de la part d’ULA ou autre(s). Et/ou qu’un sabotage soit forcément à l’origine de cette explosion : ce ne sont que des spéculations, avec aucune confirmation ni déni officiel.

Ce qui est tout de même certain, c’est qu’il y a eu une activité suspecte sur le toit d’un bâtiment appartenant à l’entreprise ULA et que celui-ci se situe à peine à plus de 1600 mètres du lieu de lancement de SpaceX, possédant une vue dégagée sur le site, selon le Washington Post. De plus, il faut savoir que l’entreprise ULA, qui est la copropriété de Lockheed Martin et Boeing, est en concurrence directe avec SpaceX. En effet, jusqu’en 2014, ULA avait le monopole sur les contrats de sécurité du gouvernement des États-Unis, valant donc des centaines de millions de dollars, et était le seul fournisseur de lancement certifié par l’Armée de l’Air. Mais il y a deux ans, SpaceX a intenté un procès contre ULA afin d’avoir un droit de concurrence, et SpaceX a gagné. Cela a donc permis à l’entreprise de proposer des offres concurrentielles concernant, entre autres, la Station Spatiale Internationale.

Maintenant, suite à l’explosion du Falcon 9, le directeur général d’ULA Tory Bruno (qui a été spécifiquement engagé pour concurrencer SpaceX), a écrit une lettre au Pentagon, leur demandant officiellement de reconsidérer l’utilisation de SpaceX, bien que plus abordable, au profit de la sécurité et de la fiabilité… (soit eux, ULA). Pour en rajouter une couche, la semaine dernière, « 10 membres de la Republican House, dont beaucoup apprécient fortement l’ULA, ont exprimé à la NASA que SpaceX ne devrait pas mener une quelconque enquête à l’encontre d’ULA et que tout ceci devrait être reglé par le gouvernement fédéral ». Depuis, il n’y a pas eu de commentaires de la part de l’Air Force, ni d’ULA.

Encore une fois, pour le moment rien n’est sûr. Des enquêtes auront bien lieu concernant cette activité suspecte sur le toit d’ULA. Par qui et comment cela a été orchestré, ça reste encore à observer. À présent, seul le temps nous le dira.

Sources : Washington Post (spéculations), LA Times (lettre au Pentagone)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.