Joanie Simpson, une retraitée de 62 ans, s’est réveillée très tôt un matin avec un mal de dos terrible, puis sa poitrine a commencé à la faire souffrir. Moins de 20 minutes plus tard, elle était dans une salle d’urgence locale. Elle a ensuite été transportée par avion vers un hôpital de Houston, où les médecins pensaient recevoir une patiente présentant des signes classiques de crise cardiaque.

Mais les tests médicaux effectués au Memorial Hermann Heart & Vascular Institute du Texas Medical Center ont révélé quelque chose de très différent : les médecins ont diagnostiqué un syndrome de takotsubo (littéralement en japonais « piège à poulpe », également appelé syndrome des cœurs brisés), qui présente des symptômes similaires à ceux des crises cardiaques. Cela se produit généralement à la suite d’un événement émotionnel tel que la perte d’un être très proche.

Dans le cas de Simpson, l’événement qui l’a marquée était la mort récente de son chien, un Yorkshire Terrier, Meha. « J’étais presque inconsolable. Je l’ai vraiment très, très mal supporté », a expliqué Simpson. L’expérience de Simpson, datant de 2016, a été décrite cette semaine dans le New England Journal of Medicine. Selon l’un de ses médecins, Abhishek Maiti, ce serait non pas à cause du rôle du chien, mais pour le fait que cette expérience a été un « cas très concis et élégant » d’une maladie intéressante, qui est tout à fait réelle et sérieuse, voire parfois fatale.

Le médecin a profité de souligner que le deuil des animaux de compagnie peut être parfois aussi douloureux que la perte d’être chers (humains). Un nombre croissant de recherches appuient cette notion, qui a été reprise dans une étude récente selon laquelle les propriétaires d’animaux atteints d’une maladie chronique présentent des niveaux plus élevés de stress et d’anxiété. Au moment des faits, Simpson était déjà dans une période compliquée : son fils faisait face à une opération au dos, son beau-fils avait perdu son travail, et une vente immobilière s’est avérée plus compliquée et plus longue que prévu. Et pendant ce temps, Meha, 9 ans, souffrait d’insuffisance cardiaque congestive.

Simpson a déclaré que son chien était comme sa fille pour elle et son mari. « Nos enfants étaient adultes (…), alors elle était comme notre petite fille », a ajouté Simpson, 62 ans et retraitée. Mais en mai 2016, les choses se sont compliquées pour Meha : elle était assez malade pour que Simpson prenne rendez-vous afin de la faire euthanasier. Pourtant, quand le jour est venu, le chien semblait en bonne santé, et Simpson a annulé le rendez-vous. Meha est morte le lendemain et non sans complications. « C’était une chose tellement horrible à voir », a expliqué Simpson.

Une fois Simpon arrivée au Memorial Hermann, elle a été transportée au laboratoire de cathétérisme cardiaque. Le cardiologue Abhijeet Dhoble a rapidement enfilé un mince tube dans un vaisseau sanguin dans l’aine de Simpson et ce, jusqu’à son cœur. L’équipe de médecins s’attendait à ce que les rayons X montrent des artères bloquées, mais ces dernières étaient limpides. Des tests supplémentaires ont indiqué qu’il s’agissait d’un cas de syndrome de takotsubo, (qui est le plus fréquent chez les femmes ménopausées).

Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine en 2005 est parmi celles qui ont confirmé qu’un flot d’hormones de stress peut être capable d’étourdir le cœur pour produire des spasmes chez des personnes en bonne santé. Une fois que les médicaments ont permis de stabiliser l’état de Simpson, celle-ci a été renvoyée chez elle après deux jours d’observation. Aujourd’hui la patiente se porte bien et possède un nouvel animal de compagnie, un chat nommé Buster.

Source : New England Journal of Medicine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share