Durant ces 30 dernières années, le visage de la Terre a changé de manière incommensurable. Que ce soit dû à des catastrophes naturelles, ou à l’expansion des zones urbaines… Nombreux sont les facteurs remodelant à jamais le paysage naturel de la planète.

C’est grâce aux 5 millions d’images satellites prises de 1984 à 2016, que la nouvelle mise à jour du Time-lapse de Google Earth vous permet d’aller observer les changements absolument partout sur la planète Terre. Vous pouvez donc aller voir comment votre quartier ou votre maison ont changé durant ces 30 dernières années, ou encore constater l’assèchement de certaines mers.

« En utilisant Google Earth Engine nous avons parcouru environ 3 quadrillions de pixels (c’est à dire : 3’000’000’000’000’000), à partir de plus de 5 millions d’images satellites. Pour cette dernière mise à jour, nous avons eu accès à d’autres images du passé, grâce au programme Landsat Global Archive Consolidation et aux nouvelles images de deux nouveaux satellites, Landsat 8 et Sentinel-2 », explique Chris Herwig, responsable du programme Google Earth Engine.

Google a posté hier des vidéos time-lapse provenant de plusieurs lieux à travers le monde, disponibles sur YouTube. En voici quelques-unes :

La construction du Al Khiran Pearl City, au Koweït :

Le Grand Lac Salé de l’Utah (USA), se vidant peu à peu :

La ville de Dubaï, s’étirant au-dessus du désert côtier, avec des îles fleurissant dans la mer :

La petite province de Nuflo de Chavez, en Bolivie :

Le Caire et le Nouveau Caire, en Égypte :

Le Fort McMurray à Alberta, Canada :

La mer d’Aral, située entre la partie sud du Kazakhstan et la partie nord de l’Ouzbekistant. Cette dernière à presque totalement disparu au cours de ces trente dernières années :

La rivière Ucayali, qui se créé son propre chemin, au Pérou :

Si vous souhaitez observer plus de timelapses partout à travers le monde, nous vous conseillons de découvrir Google Earth Engine Timelapse.

Sources : Google, YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.