Lors d’une nouvelle étude, une équipe de scientifiques a produit un anticorps capable de tuer jusqu’à 99% des souches du VIH. La protéine est constituée de trois anticorps dits neutralisants, et les scientifiques affirment qu’elle est bien plus efficace que tous les anticorps naturels découverts à ce jour.

Les recherches ont été menées par l’US National Institutes of Health (NIH) en collaboration avec l’entreprise pharmaceutique Sanofi, et ont permis de développer un anticorps capable d’attaquer 99% des souches du VIH. The International Aids Society a annoncé que cette découverte était une véritable « percée prometteuse et passionnante ».

Le corps humain lutte difficilement contre le VIH, en raison de la manière donc ce dernier change et mute : un seul patient peut avoir de nombreuses souches d’infection présentes dans son corps, simultanément.

Cependant, une faible minorité de personnes souffrant du VIH est parvenue à développer un moyen de lutter contre la maladie, grâce à une forme spéciale d’anticorps neutralisants. Ce sont des protéines capables de tuer de nombreuses souches de VIH, en une fois. C’est pour cette raison que les scientifiques, par le biais de cette étude conjointe, ont souhaité trouver un moyen d’exploiter ce système de défense naturel.

Dans ce but, ils ont donc combiné trois anticorps uniques pour produire un anticorps dit tri-spécifique. Tandis que les anticorps naturels les plus efficaces ne peuvent cibler que 90 % des souches du VIH, les scientifiques ont observé que cet anticorps tri-spécifique pouvait en attaquer jusqu’à 99 %. Ce dernier est également efficace à de faibles concentrations.

Les chercheurs ont mené une expérience dans laquelle 24 singes se sont vus administrer ces anticorps avant de se faire injecter le virus, qui n’a finalement pas entraîné d’infections (pas une seule). « Les anticorps tri-spécifiques sont plus puissants et ont une étendue plus vaste que tous les anticorps naturels, qui n’ont jamais été découverts », explique Gary Nabel, de l’entreprise Sanofi.

La prochaine étape pour les scientifiques sera d’effectuer des essais cliniques avec ce puissant anticorps, qui devraient débuter en 2018. Au cours de ces dernières décennies, nous avons pu effectuer d’énormes progrès dans la lutte contre le VIH. Il faut savoir qu’à la fin de l’année 2015, 36,7 millions de personnes à travers le monde vivaient avec le VIH. Ce nouveau projet de recherche (ainsi que d’autres comme celui-ci) apportent donc un véritable espoir dans la lutte contre ce puissant virus.

Source : Science

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share