Une étude visant à démontrer que des virus pourraient s’attaquer aux tumeurs cérébrales a fourni les preuves désirées, et bien plus encore. En effet, le virus étudié peut réellement s’attaquer au cancer dans le cerveau et permet également de stimuler notre système immunitaire afin qu’il puisse le combattre plus efficacement.

Non seulement le virus en question a atteint sa cible, mais il a également stimulé le système immunitaire du patient, qui a ensuite aussi attaqué la tumeur. Des expériences pré-cliniques effectuées chez les souris, suivies par des essais cliniques chez neuf patients humains, ont démontré qu’un virus naturel offre un véritable potentiel pour créer un nouveau type de thérapie anticancéreuse, qui pourrait être utilisée conjointement avec d’autres traitements.

Le virus qu’ils ont utilisé avait déjà montré un potentiel énorme concernant le traitement du cancer : il s’agit d’un virus oncolytique. Plus précisément d’un orthoreovirus de type 3 de mammifère, de la famille des Reoviridae, qui a déjà démontré qu’il pouvait tuer les cellules tumorales sans endommager les cellules saines.

Des expériences antérieures ont déjà démontré l’efficacité de ce mécanisme, mais les chercheurs de l’Université de Leeds sont les premiers à le faire concernant les tumeurs cérébrales. En effet, jusqu’à présent, les chercheurs pensaient qu’il était peu probable que le virus de la famille des Reoviridae soit capable de franchir la barrière hémato-encéphalique du cerveau, une membrane protégeant l’organe contre les agents pathogènes.

« C’est la première fois qu’un virus de ce type est capable de traverser la barrière hémato-encéphalique, ce qui ouvre la possibilité que ce type d’immunothérapie puisse être utilisé pour traiter davantage de personnes atteintes de cancers agressifs du cerveau », explique Adel Samson, co-auteur principal de l’étude.

Neuf patients humains ont été sélectionnés afin de recevoir une injection du virus via une perfusion intraveineuse à dose unique. Tous, avaient soit des tumeurs cérébrales qui s’étaient propagées à d’autres parties du corps, soit des gliomes à croissance rapide – un type de tumeur cérébrale difficile à traiter et de très mauvais pronostic. Il était prévu pour tous ces patients d’enlever chirurgicalement ces tumeurs cérébrales, quelques jours après l’expérience avec le virus.

Les chercheurs ont prélevé des échantillons de leurs tumeurs après leur extraction et les ont comparés aux tumeurs des patients ayant également subi une chirurgie du cerveau, mais qui n’avaient pas mené d’expérience avec le virus auparavant. L’équipe a alors découvert la présence du virus dans les échantillons tumoraux des patients de l’essai clinique, démontrant clairement que ce dernier avait réussi à atteindre le cancer.

Mais les chercheurs ont également trouvé un niveau élevé d’interférons (IFN), des protéines qui activent notre système immunitaire. L’équipe explique que ces interférons attiraient des globules blancs pour combattre la tumeur. « Nos systèmes immunitaires ne sont pas très efficaces pour « voir » les cancers – en partie parce que les cellules cancéreuses ressemblent aux cellules de notre corps, et aussi parce que les cancers sont doués pour dire aux cellules immunitaires de « fermer les yeux ». Mais, nos systèmes immunitaires sont très efficaces lorsqu’il s’agit d’identifier des virus ! », a déclaré l’auteur principal, Alan Melcher. « Dans notre étude, nous avons pu montrer que le réovirus pouvait infecter les cellules cancéreuses dans le cerveau et, surtout, les tumeurs cérébrales infectées par le réovirus devenaient bien plus visibles pour le système immunitaire », a-t-il ajouté.

Et ces résultats sont déjà appliqués dans un essai clinique, où les patients reçoivent le traitement par virus en plus de la chimiothérapie et de la radiothérapie. De plus, le traitement d’un patient est déjà en cours : il a déjà reçu 16 doses du virus, pour traiter son glioblastome. La raison pour laquelle il reçoit autant de doses, est due à la manière dont le virus active le système immunitaire : cet essai clinique déterminera dans quelle mesure les patients cancéreux peuvent tolérer le traitement, car le virus engendre des effets secondaires semblables à ceux de la grippe. Cet essai permettra également de déterminer s’il rend les traitements standards plus efficaces.

« La présence du cancer dans le cerveau, affaiblit le système immunitaire du corps. La présence du virus le contrecarre et pousse le système de défense à agir », a déclaré l’un des chercheurs, l’oncologue Susan Short, qui dirige également l’essai clinique. « Notre espoir est que l’effet supplémentaire du virus sur l’amélioration de la réponse immunitaire de l’organisme à la tumeur, va permettre d’augmenter la quantité de cellules tumorales qui sont tuées par le traitement standard, la radiothérapie et la chimiothérapie », a-t-elle ajouté.

Sources : Science Translational Medicine, Leeds University

2 Réponses

  1. Valeau

    Comment un champignon hallucinogène peut réinitialiser des circuits cérébraux .Quand on sait que celui-ci nait d’une moisissure

    Répondre
  2. JeanMarc

    Pour les personnes souffrant de très fortes crampes dues à la chimio, un traitement naturel de ces crampes est disponible. Cherchez sur Google « éliminer les crampes après la chimio ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies servent également à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous vous garantissons une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.