article placeholder

nebuleuse-vent-pulsar

La nébuleuse de vent de pulsar serait agitée par les ondes de choc résultant de l'interaction entre les vents du pulsar et le média interstellaire, et produisant un rayonnement synchrotron dans les infrarouges. Crédits : Nahks Tr'Ehnl
article placeholder

pulsar-disque-rotation

L'étoile à neutrons pourrait être entouré d'un disque de débris en coalescence issu de la supernova qui, en interagissant avec le pulsar, provoquerait une émission située exclusivement dans les infrarouges. Crédits : Nahks Tr'Ehnl, Penn State
article placeholder

decalage-schema-interference

Si, lors de la recombinaison des deux faisceaux, un décalage est présent dans le schéma d'interférence, alors une onde gravitationnelle a bien été détectée. Crédits : NASA
article placeholder

schema-interference

Graphique montrant les reconstructions des motifs d'interférence des quatre événements gravitationnels confirmés et d'un candidat (LVT151012), détectés par LIGO et Virgo en 2017.
article placeholder

propagation-onde-graviattionnelle

Au cours de sa propagation, une onde gravitationnelle étire et contracte l'espace dans des directions perpendiculaires correspondant à sa polarisation. Crédits : M. Possel
article placeholder

pulsar-infrarouge

Image infrarouge du pulsar RX J0806.4-4123 et de sa zone étendue, obtenue par le télescope Hubble. Le cercle bleu indique la position du pulsar dans le rayonnement X (obtenue grâce au télescope Chandra) et la croix indique la position du pulsar dans les Uvs et le visible (obtenue par Hubble). Crédits : Bettina Posselt, Penn State
article placeholder

distances-al

Quelques distances en années-lumière et dans ses sous-multiples. Crédits : Bob King/Adapté par Thomas Boisson