L’un des principaux écueils que doit aujourd’hui affronter la médecine moderne est la résistance grandissante des bactéries aux antibiotiques. Sans cesse, les biochimistes doivent synthétiser de nouvelles molécules antibiotiques pour contourner ces résistances, mais ces dernières semblent se propager beaucoup trop rapidement. Récemment, la situation s’est encore aggravée avec la découverte d’un nouveau gène bactérien conférant une résistance accrue à la colistine, l’un des antibiotiques utilisés en dernier ressort lorsque tous les autres ont échoué.

En analysant le génome bactérien de la salmonelle, des scientifiques de l’Université Cornell spécialisés en alimentation ont découvert le mcr-9, un nouveau gène furtif et dynamique, tellement robuste qu’il résiste à l’un des rares antibiotiques au monde utilisé en dernier recours.

Les médecins utilisent l’antibiotique colistine lorsque toutes les autres options de lutte contre les infections sont épuisées. Mais la résistance à la colistine est apparue dans le monde entier, menaçant son efficacité.

gene bacterien mcr9

Image illustrant la structure du gène mcr-9, avec ses différentes chaînes protéiques (rubans colorés solides) et ses protéines de surface (filets colorés). Crédits : Ahmed Gaballa

« Cet antibiotique de dernier recours a été qualifié d’antibiotique de priorité absolue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) des Nations Unies, et le gène mcr-9 provoque la résistance des bactéries à ce dernier » déclare Martin Wiedmann, professeur de sécurité alimentaire et auteur principal de l’étude, publiée dans la revue mBio. « Dans les traitements, si la colistine ne fonctionne pas, cela peut littéralement signifier la mort des patients. Si la résistance à la colistine se propage, beaucoup de personnes mourront ».

Cliquez ici pour supprimer les publicités.

Des gènes bactériens spécifiques à l’origine de la résistance à la colistine

Mcr-9 est le dernier né de cette nouvelle série de gènes de « résistance mobilisée à la colistine » — découverts pour la première fois en 2015. Le Centre national d’information sur la biotechnologie, qui fait partie des Instituts nationaux de la santé, a ajouté des détails sur ce nouveau gène à sa base de données.

Les professionnels de la santé et d’autres personnes peuvent maintenant utiliser ces informations pour identifier mcr-9 dans des bactéries isolées de produits alimentaires et chez l’Homme.

genes resistance colistine

Les structures des différents gènes bactériens mcr (1 à 9) conférant la résistance à la colistine. Crédits : Laura M. Carroll, et al. 2019

Sur le même sujet : La résistance aux antibiotiques se propage plus rapidement que prévu, et voici comment

Les détails sur mcr-9 dans les bases de données nationales et internationales permettent aux scientifiques de développer une meilleure prévention et un meilleur traitement. « Cela améliore notre capacité à donner des alertes précoces » déclare Wiedmann. Les bactéries isolées à partir de produits alimentaires peuvent maintenant être testées pour la présence de mcr-9, et les patients peuvent être recherchés pour les bactéries résistantes à la colistine, qui possèdent le gène mcr-9.

« Si vous allez dans un hôpital et que ce gène est en liberté, cela peut être un problème. Le gène est amovible. Il saute. En milieu hospitalier, le fait de dépister un patient en cas de résistance permet aux médecins et aux infirmières d’isoler le patient et de maintenir la biosécurité » conclut Wiedmann.

Source : mBio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.