Tout comme la Terre, Mars possède de nombreux volcans et abrite même le plus grand volcan connu du Système solaire, Olympus Mons. Des scientifiques ont trouvé la preuve qu’un ancien volcan martien, a été continuellement en éruption pendant 2 milliards d’années.

Des chercheurs viennent de découvrir la preuve que, en plus d’être géants, les volcans martiens diffèrent de ceux situés sur Terre dans la durée de leurs éruptions. En 2012, une météorite inhabituelle a été trouvée en Algérie : elle est assez petite pour tenir dans la paume d’une main et pèse 200 grammes. Les scientifiques l’ont appelée Afrique du Nord-Ouest (NWA) 7635, et bien qu’elle soit très petite, cette météorite a révélé quelques informations intrigantes concernant les volcans martiens.

Grâce aux analyses de la roche, les scientifiques ont déduit qu’elle avait environ 2,4 milliards d’années. C’est un fait surprenant car sur les 100 météorites identifiées comme provenant de Mars, seulement une dizaine d’autres se retrouvent dans le même groupe que NWA 7635, et les scientifiques estiment leur âge à environ 500 millions d’années. « Nous n’avons jamais rien vu de tel sur Terre », a déclaré Marc Caffee, professeur de physique et d’astronomie à l’Université Purdue et membre de l’équipe de recherche.

meteorite NWA 7635

La météorite martienne NWA 7635, découverte en Algérie en 2012, a permis à une équipe internationale de scientifiques d’acquérir de nouvelles connaissances sur l’histoire géologique de Mars. Crédits : Mohammed Hmani

Les 11 météorites du groupe, NWA 7635 comprise, ont toutes été exposées aux rayons cosmiques pendant environ 1,1 million d’années. Mais l’écart d’âge entre les 10 autres et NWA 7635 signifie qu’il y avait une période d’au moins 2 milliards d’années durant laquelle un volcan en particulier était en éruption. « Cela signifie que pendant 2 milliards d’années, il y a eu une sorte de panache de magma stable à un endroit spécifique, à la surface de Mars. Nous n’avons rien de comparable sur la Terre, où quelque chose aurait été stable pendant 2 milliards d’années, à un emplacement donné », explique Caffee.

Toutefois, les chercheurs ne sont pas certains si les météorites proviennent de l’Olympus Mons ou d’un autre volcan martien, mais il s’agit d’un bon candidat : l’Olympus Mons fait 23 km de haut et possède une empreinte faisant presque la taille de l’Allemagne.

Si les volcans peuvent devenir si énormes sur Mars, c’est car il n’y a pas de tectonique des plaques comme il y en a sur Terre. Selon la NASA, il y a fort longtemps, Mars était bien plus semblable à la Terre qu’elle ne l’est aujourd’hui. La tectonique des plaques aurait été présente sur Mars à ses débuts, formant les cratères et les volcans. Puis, à un moment de son histoire, Mars s’est refroidie et ainsi, la roche fondue sous les plaques s’est solidifiée, et la formation des plaques tectoniques se serait arrêtée.

À présent que la planète ne semble avoir aucuns mouvements géologiques, il y a moins de chances que les éruptions soient interrompues par la croûte qui se répand. Bien que les astronautes n’aient jamais marché sur Mars, grâce à ces météorites, ils peuvent indirectement étudier la surface de la planète rouge. De plus, Mars possède une force gravitationnelle faible et une atmosphère mince, ce qui facilite aux fragments de roches libérés lors d’impacts, de voler hors de la surface de la planète.

Mais, ces fragments ne se dirigent pas directement vers la Terre. Au lieu de cela, ils peuvent orbiter dans l’espace durant des centaines de milliers, voir parfois des millions d’années, jusqu’à ce que d’autres éléments dans l’espace interrompent leur voyage. Puis, ils peuvent encore errer durant plusieurs milliers d’années supplémentaires ou heurter d’autres fragments avant de se retrouver sur Terre.

Quoi qu’il en soit, ces petites météorites ont voyagé très longtemps avant d’arriver sur notre planète, et elles nous révèlent à chaque fois des informations surprenantes.

Sources : Science Advances, Université de Purdue, NASA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.