Le pergélisol des régions de l’hémisphère nord dissimulaient une surprise très désagréable : des quantités impressionnantes de mercure. Près de deux fois plus que le reste du mercure naturel de la planète.

Des chercheurs de l’US Geological Survey ont étudié des échantillons de glace provenant du pergélisol d’Alaska et leurs estimations montrent que 793 millions de kilogrammes de mercure ont été piégés dans le pergélisol de l’hémisphère nord, depuis la dernière période glaciaire.

Si le pergélisol vient à fondre, alors cela aura de lourdes conséquences. Et la fonte a déjà commencé à travers le monde. Que ce soit en Arctique, où la fonte du pergélisol a révélé un virus (heureusement « endormi ») vieux de plusieurs milliers d’années. Ou encore en Sibérie, où la déforestation a engendré la fonte du pergélisol, provoquant à son tour l’effondrement de toute une région, créant un cratère géant.

À présent, nous devons également prendre en compte le problème du mercure. Si le pergélisol continue à fondre, il pourrait libérer une énorme quantité de mercure, ce qui aurait à son tour un impact sur les écosystèmes du monde entier. « Il n’y aurait pas de problème environnemental si tout restait gelé, mais nous savons que la Terre se réchauffe », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Paul Schuster, hydrologue de l’US Geological Survey. « Même si la mesure du taux de dégel du pergélisol ne faisait pas partie de cette étude, le pergélisol qui se dégèle offre un potentiel de libération de mercure – ce n’est que de la physique », a-t-il ajouté.

Le mercure naturel entre dans le pergélisol depuis l’atmosphère. Dans le cadre du cycle du mercure, la vapeur de mercure atmosphérique se lie à la matière organique dans le sol, qui est ensuite enfouie dans les sédiments. Au fil du temps, il est gelé dans le pergélisol.

pergélisol mercure monde environnement glaces fonte réchauffement

Ces cartes montrent la concentration de mercure en microgrammes par mètre carré, et pour quatre profondeurs de sol. Crédits : Schuster et al./GRL/AGU

Pour évaluer les niveaux de mercure dans le pergélisol, Schuster et son équipe ont effectué 13 forages pour récupérer des échantillons de glace entre 2004 et 2012, à partir de différents sites autour de l’Alaska, des zones sélectionnées pour leurs diverses caractéristiques de sol, dans le but de représenter l’ensemble de l’hémisphère nord.

Les mesures prises par l’équipe étaient cohérentes avec les résultats publiés pour d’autres sols de toundra, ainsi qu’avec 11’000 mesures effectuées sur 4926 autres sites (de non-pergélisol) à travers le monde.

Selon les calculs de l’équipe, il y a 793 gigagrammes (793 millions de kilogrammes) de mercure congelé dans le pergélisol de l’hémisphère nord. Soit, selon les chercheurs, environ 10 fois la quantité de toutes les émissions de mercure provoquées par l’homme au cours de ces 30 dernières années.

Si nous incluons les zones de sols non pergélisolés dans les régions de pergélisol, il y a 1656 gigagrammes de mercure. C’est presque deux fois plus que dans les régions non pergélisolées, les océans et l’atmosphère, combinés. Et si le mercure venait à s’infiltrer dans les cours d’eau, cela pourrait avoir de graves conséquences.

En effet, le mercure inorganique peut être transformé par des microbes en méthylmercure, une puissante neurotoxine. Des cas d’empoisonnement au méthylmercure se sont déjà produits chez des humains, après qu’ils aient mangé des poissons qui vivaient dans de l’eau contaminée par du méthylmercure. Cette neurotoxine peut causer des dommages au système nerveux central, ainsi que des malformations congénitales.

« Il y a un aspect important de la santé humaine et sociale dans cette étude », a déclaré Steve Sebestyen, un chercheur hydrologue de l’USDA Forest Service à Grand Rapids, au Minnesota (USA). Sebestyen n’était pas impliqué dans l’étude. « Les conséquences de ce rejet de mercure dans l’environnement sont potentiellement énormes parce que le mercure a des effets sur la santé des organismes et peut remonter la chaîne alimentaire, affectant négativement les communautés autochtones et autres », a-t-il ajouté.

Et si le mercure pénètre dans l’atmosphère, alors il pourrait voyager à travers le monde entier. La prochaine étape de la recherche de Schuster, est de modéliser comment le changement climatique pourrait entraîner la libération du mercure par le pergélisol, ainsi que sa propagation dans le monde entier. « 24% de tout le sol au-dessus de l’équateur est du pergélisol, et il y a cet énorme bassin de mercure emprisonné. Que se passera-t-il si le pergélisol dégèle ? Jusqu’où le mercure remonterait-il dans la chaîne alimentaire ? Ce sont d’importantes questions auxquelles nous nous devons de répondre », explique-t-il.

Sources : Geophysical Research Letters, Advancing Earth and Space Science

Une réponse

  1. himmelgien

    Ces scientifiques viennent ( sans le faire exprès !…) d’authentifier la théorie des « Anciens Astronautes » !… Dans les années 50, le chercheur « marginal » Jacques Bergier conçut que notre planète ( et les civilisations de l’époque ) avait reçu à plusieurs reprises des « visites » venues de l’ Extérieur !…
    Cette accumulation hallucinante de mercure est l’indice que des gisements d’or ont été industriellement exploités à une époque imprécise de la Préhistoire !… Cet indice est aujourd’hui corroboré par cette accumulation phénoménale ( et à terme mortelle ! ) de mercure , en le « croisant » avec les travaux de Zacharia Sitchin sur les « Annunakis », ces « dieux » sumériens très friands en or, ainsi que la mise en perspective avec les travaux de Freeman Dyson, qui estime qu’une civilisation comme la nôtre finira par envisager de s’approprier 100% de l’énergie émise par son étoile et donc de créer un « ballon » de captage ( surnommé « Sphère de Dyson  » ) en « démontant » le système solaire et en édifiant une enveloppe composée d’un alliage contenant notamment de l’or , à cause de ses vertus inaltérables et réfléchissantes !…
    Cependant, ces bâtisseurs se seraient retrouvés en pénurie de matière première ( théorie de Sitchin ) et été contraints d’aller extraire de l’or sur d’autres planètes d’autres systèmes solaires !… Ils auraient ainsi pillé les gisements de la Terre, réduisant au passage l’humanité primitive comme main d’oeuvre servile !.. Puis seraient repartis , laissant des continents entiers pollués par le mercure, et recouvrant sommairement leurs « chantiers » sous des entassements de déblais !… Si on compare la boule de notre planète à une tête, on constate que le « visage » est défiguré par de nombreuses brûlures … beaucoup plus graves que les quelques pollutions que notre civilisation lui a infligé en 200 ans d’activité industrielle !… ( Pour vérifier cette théorie, il suffira d’analyser la teneur de mercure au sein des autres déserts de la planète ( Sahara, Gobi, Sud-Ouest étasuniens , etc …) .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share
Share

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (données anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies sont également utiles à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous pouvons vous garantir une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.