Dans un parc national de Namibie en Afrique australe, plus de 100 hippopotames ont été retrouvés morts. Le gouvernement local soupçonne une épidémie de fièvre charbonneuse. Également appelée maladie du charbon, il s’agit d’une maladie infectieuse aiguë causée par la bactérie Bacillus anthracis. Cette bactérie est commune aux animaux et à l’homme (bien qu’elle soit très rare chez l’homme, elle s’observe le plus souvent chez les animaux herbivores).

La bactérie Bacillus anthracis est une arme bactériologique potentielle depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et a été particulièrement médiatisée à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Malgré son nom anglais « anthrax », cette maladie ne doit pas être confondue avec l’anthrax, qui en français, désigne une staphylococcie cutanée.

La première victime de l’épidémie dans le parc national de Bwabwata a été aperçue par les autorités du parc le dimanche 1er octobre. Cependant, en moins de quinze jours, l’infection s’est rapidement propagée, décimant près de 109 hippopotames. « Plus de 100 hippopotames sont morts la semaine dernière. La cause de la mort est inconnue mais les signes, jusqu’à présent, montrent que cela pourrait être la fièvre charbonneuse », a déclaré le ministre namibien de l’environnement, Pohamba Shifeta. « Nos services vétérinaires travaillent actuellement sur place pour déterminer la cause du décès. Une fois que nous aurons les résultats, nous pourrons décider de la marche à suivre », a-t-il ajouté.

S’il s’avère qu’il s’agit réellement de la maladie du charbon, qui aurait provoqué la mort de tous ces hippopotames (retrouvés couchés sur le flanc et dans les eaux fluviales), alors il se pourrait qu’ils ne soient pas les seuls à être les victimes de cette maladie. Un certain nombre de buffles d’eau morts auraient également été découverts. De plus, les crocodiles qui se nourrissent d’hippopotames morts pourraient également être infectés par la bactérie Bacillus anthracis.

hippopotames morts namibie maladie fièvre charbonneuse charbon

Crédits : Namibian Broadcasting Corporation/YouTube

Les habitants locaux et les autorités namibiennes soupçonnent les épidémies de fièvre charbonneuse comme étant responsables de la mort de 300 personnes en 2004 (après qu’elles aient bu de l’eau contaminée), ainsi qu’un autre incident moins grave, survenu en 2010. « Il s’agit d’une situation que nous avons déjà vu auparavant. Cela est déjà arrivé en Zambie, et cela se produit principalement lorsque le niveau de la rivière est bas », a expliqué Colgar Sikopo, directeur des parcs et de la gestion de la faune de la Namibie.

Hormis les épidémies de fièvre charbonneuse, les scientifiques ont également, récemment, enquêté sur une autre souche mystérieuse et hybride de l’agent pathogène, liée à la mort de chimpanzés, de gorilles et d’éléphants.

Cette souche serait responsable de près de 40% des décès d’animaux du parc national de Taï, en Côte d’Ivoire, au cours de la période d’étude des scientifiques. Cependant, il n’y a aucune preuve que cette souche particulière soit à l’origine des décès des hippopotames. Les responsables du parc espèrent que l’éloignement de ce dernier, puisse empêcher la propagation de la bactérie à d’autres espèces sauvages de la région.

En plus de la faune sauvage, il y a environ 5500 personnes qui vivent dans la région du parc national de Bwabwata. Actuellement, les autorités les avertissent de se méfier de la zone touchée et surtout de ne pas consommer de la chair d’hippopotame. « Nous conseillons fortement de ne pas consommer cette viande. Nous faisons de notre mieux pour brûler chaque carcasse afin de prévenir la propagation de la maladie, mais aussi pour nous assurer qu’aucune personne n’atteigne ces animaux et n’exploite leur viande », a déclaré Sikopo New Era.

Nous ne savons pas encore quel impact cette tragédie aura sur la population locale d’hippopotames. L’espèce est classée comme « vulnérable » par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) et environ 1300 individus vivaient en Namibie avant l’épidémie. Actuellement, nous ne pouvons pas non plus prédire combien d’autres victimes seront comptées parmi les hippopotames (et potentiellement d’autres espèces). « Il n’y a pas grand-chose à faire. Nous ne pouvons pas déplacer la faune », a déclaré Johnson Ndokosho, directeur par intérim du ministère de l’Environnement et du Tourisme.

Source : National Geographic

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share
Share