989 Partages

La garde côtière américaine a annoncé jeudi qu’elle arrivait enfin à contenir et à récupérer le pétrole d’un déversement massif qui a commencé il y a 14 ans dans le golfe du Mexique : soit le plus long désastre en mer de ce type de toute l’histoire des États-Unis.

Plus de 110’000 litres de pétrole ont pu être collectés en quelques semaines, grâce et depuis l’installation d’un système de confinement, situé à environ 3 kilomètres au large des côtes de la Louisiane.

La Capt. Kristi Luttrell, qui supervise les travaux exécutés par un sous-traitant, le groupe Couvillion, a qualifié ce confinement de « jalon important qui pourrait réduire considérablement l’impact du déversement ». Un déversement qui entrera dans sa 15e année en septembre 2019.

En effet, c’était en 2004 déjà que l’ouragan Ivan avait déstabilisé la plate-forme pétrolière de l’entreprise Taylor Energy, qui s’écroula dans l’océan et qui libère des centaines de barils de pétrole par jour dans l’eau. Pendant de nombreuses années, les autorités et l’entreprise vont simplement constater et surveiller les fuites sans réellement intervenir pour y remédier. À présent, l’ampleur totale des fuites est si grande que la catastrophe pourrait dépasser celle de Deepwater Horizon de la compagnie pétrolière britannique BP.

petrole contenu

Du pétrole collecté sur le site de fuite de l’entreprise Taylor Energy. Crédits : U.S. Coast Guard.

C’est pour cette raison que Luttrell a décidé de signer un contrat avec l’entreprise Couvillion l’an dernier, après que la société responsable du déversement, Taylor Energy, n’ait pas suivi ses ordres et n’ait rien fait de concret pour contenir le déversement.

À présent, le succès du système de Couvillion pourrait constituer un sérieux contretemps pour l’entreprise Taylor Energy, qui tente en vain de contenir les litres de pétrole par elle-même. En décembre dernier, Taylor Energy a même lancé une poursuite fédérale contre Couvillion, affirmant que l’entreprise n’avait pas l’expertise nécessaire pour installer un tel système permettant de capter les fuites de pétrole de ses puits.

Dans un procès séparé, Taylor Energy a également affirmé que l’ordre de Luttrell de mettre en place une réaction plus agressive face à la marée noire était irréfléchi. À noter que cela s’est produit un jour après qu’une analyse d’experts contredise les affirmations de Taylor Energy, selon lesquelles presque aucun pétrole n’était présent sur le site.

taylor maree noire

Image issue de Google Earth montrant la localisation de la plate-forme de Taylor Energy et le front de la marée noire se déversant depuis les puits pétrolifères fissurés. Crédits : Earth Justice

C’est l’analyse d’Oscar Garcia-Pineda, un consultant en géosciences spécialisé dans les impacts des marées noires, qui a permis de mettre en lumière le fait qu’environ 1.5 à 3.5 millions de barils se sont déversés dans le golfe, à partir du site de Taylor Energy, et ce en plus de 14 ans.

Faisant suite à cette constatation, ainsi qu’à d’autres rapports scientifiques, la garde côtière a lancé à Taylor Energy un ultimatum visant à engager une entreprise pour la construction d’un dispositif destiné à contenir le pétrole, ou à une amende pouvant aller jusqu’à 40’000 dollars USD (environ 35’000 euros) par jour.

petrole

Un bateau surveille le déversement de pétrole de la fuite de Taylor Energy. Crédits : Healthy Gulf

« Des semaines de surveillance ont montré que le système de confinement de Couvillion fonctionne », a déclaré Luttrell. À noter que le système est pleinement opérationnel depuis le 29 avril 2019, mais que l’entreprise Couvillion avait déjà commencé à collecter du pétrole 12 jours auparavant.

À présent, le pétrole est pompé directement des réservoirs de stockage en eau profonde vers un navire qui l’amène à terre pour le séparer de l’eau. Le pétrole qui peut être récupéré est envoyé à une installation réceptrice agréée, le reste étant recyclé ou éliminé. « Le pétrole récupéré est une propriété américaine et le produit de sa vente est crédité sur la facture de Couvillion », a déclaré Luttrell.

Depuis 2004, de larges couches de pétrole sont visibles dans l’océan depuis le ciel. Crédits : Earth Justice

Timmy Couvillion, le propriétaire et directeur général de la société Couvillion, a déclaré que l’entreprise collectait jusqu’à 3700 litres de pétrole par jour : « Nous sommes absolument fiers de ce que nous avons accompli », a-t-il déclaré.

Lors de l’installation du système de l’entreprise Couvillier, une centaine de travailleurs ont lutté contre les intempéries et les eaux agitées. Parfois, ils étaient totalement recouverts de pétrole et devaient éviter à tout prix de le faire pénétrer dans leurs quartiers de travail. Mais cette extrême quantité de pétrole « n’était pas une surprise, étant donné la quantité à la surface du golfe et son odeur aiguë », a déclaré Couvillion.

À la suite du travail effectué par l’entreprise Couvillion, la couche de pétrole dans l’eau a presque disparu, « mais pas le pétrole en soit », ajoute-t-il. « Cela rappelle que ces fuites doivent être bouchées… conformément aux normes du gouvernement fédéral », a-t-il expliqué. Ce dernier a également qualifié le confinement de « solution temporaire à un problème en évolution. Nous avons contenu le pétrole, mais il est toujours rejeté dans l’environnement ».

petrole deversement

Un plongeur travaille sur l’installation de confinement au milieu des panaches de pétrole, sur le site de déversement de l’entreprise Taylor Energy. Crédits : U.S. Coast Guard

Au cours d’une procédure devant la cour fédérale de la Nouvelle-Orléans, où l’affaire Taylor Energy a été entendue, le juge de district américain Ivan Lemelle a posé des questions intéressantes à la garde côtière et à Taylor Energy concernant les raisons pour lesquelles le nettoyage prenait autant de temps.

Lemelle a notamment demandé à l’avocate de la garde côtière, lors d’une audience en mars, pourquoi les efforts de confinement avaient duré 14 ans : « Cela s’est passé en 2004. Combien de temps faut-il au gouvernement pour décider quoi faire ? », demandait alors Lemelle. L’avocate en question, Erica Zilioli, a déclaré que de nouvelles données montrent que le site rejette plus de pétrole dans l’environnement qu’on ne le pensait auparavant. Et jusqu’à présent, le gouvernement s’est largement appuyé sur les rapports des entrepreneurs engagés par Taylor Energy pour estimer l’ampleur du déversement.

Sur le même thème : Des champs de pétrole au Texas se soulèvent et s’effondrent de manière extrême

Le juge a également demandé à Taylor Energy pourquoi l’entreprise cherchait à bloquer l’action de confinement. L’avocat de la société, Carl Rosenblum, a réitéré sa conviction que le système de Couvillion ne fonctionnerait pas. De ce fait, Lemelle s’est directement adressé à ce dernier : « Vous avez essayé. Mais ça continue toujours après tout ce temps. Laissons quelqu’un d’autre s’en occuper ».

Sur la base des résultats rapportés par la garde côtière, les avocats préparent à présent une requête visant à déclarer que les demandes de Taylor Energy sont plus que discutables, et à demander le rejet de l’affaire. Ils prévoient également de déposer la motion d’ici vendredi de la semaine prochaine.

Le groupe Healthy Gulf, qui a été autorisé à se joindre au nom de la garde côtière dans le procès en cours, a applaudi la révélation du succès du système de confinement : « Après 14 ans, nous sommes heureux de voir que la garde côtière prend des mesures pour contenir cette marée noire », a déclaré Dustin Renaud, porte-parole du groupe Healthy Gulf. « Nous devons maintenant veiller à ce qu’ils appliquent une solution permanente et à ce qu’un déversement comme celui-ci ne se produise plus jamais », a-t-il ajouté.

Sources : Louisiana Environmental Action Network, GCaptain, Earth Justice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

989 Partages
989 Partages
Partager via