Colin O’Brady, un aventurier américain de 33 ans, vient de devenir la toute première personne à avoir traversé l’Antarctique seul et sans aide aucune. Ce dernier a terminé son parcours de 1500 kilomètres en 54 jours, mercredi dernier, après avoir atteint la barrière de Ross (ou plate-forme de Ross). Son traîneau, qui pesait 180 kilogrammes au départ, contenait principalement de la nourriture. O’Brady a déclaré qu’il consommait les mêmes aliments tous les jours, ce qui lui apportait au total environ 7000 calories.

Âgé de 33 ans, ce skieur a parcouru 1500 kilomètres à travers le sud du continent en 54 jours sans être réapprovisionné, ce qui l’obligeait à transporter tout ce dont il avait besoin pendant son voyage, en traîneau. Tous ceux qui ont essayé d’accomplir cet exploit avant O’Brady ont abandonné, ou sont morts.


Mais O’Brady a parcouru l’Antarctique à une vitesse impressionnante, achevant ainsi son parcours bien avant son objectif de 70 jours. Cela lui a permis de battre l’explorateur britannique Louis Rudd, qui tentait également d’établir ce record. À compter de jeudi après-midi, Rudd se trouvait à environ 80 kilomètres de sa ligne d’arrivée au glacier de Leverett.

Quand O’Brady est parti, son traîneau pesait 180 kg et contenait une tente, un sac de couchage, des caméras, un téléphone satellite et du carburant pour cuisiner. Cependant, la majeure partie du poids du traîneau provenait des 100 kg de nourriture. Une quantité qui a été suffisante pour la survie d’O’Brady. « C’est une grosse équation mathématique, car chaque calorie que vous ajoutez à votre traîneau ajoute du poids. Vous voulez les calories les plus efficaces, mais dans les emballages les plus légers », a déclaré O’Brady.

Vous aimerez également : Des données satellitaires révèlent des reliques de continents perdus se cachant sous l’Antarctique !

Comme l’aventurier devait absolument garder un poids de paquetage aussi faible que possible, son régime semblait également peu appétissant. Il se composait principalement de flocons d’avoine, de plats lyophilisés, de soupes et de « barres Colin », que son sponsor Standard Process Supplements lui a préparé.

O’Brady a déclaré qu’il n’y avait pas de place pour de la variété ou de la nourriture fraîche pendant un trek de ce type. « Je mange littéralement la même chose dans le même ordre, tous les jours », a-t-il déclaré en novembre.

O’Brady a déclaré qu’il commençait chaque jour par faire bouillir de l’eau, dans laquelle il mélangeait l’avoine, de la poudre de protéine et de l’huile supplémentaire comme source de graisse. Après cela, il mangerait environ 500 calories de « barres Colin » toutes les 90 minutes.

Chaque barre contenait un mélange de noix, de graines, d’huile de noix de coco et d’autres compléments alimentaires. Il faut savoir que ces barres étaient la source de la majorité de son énergie. « Chaque petit gramme que j’ai mis dans mon traîneau doit en valoir la peine », a déclaré O’Brady, avant de se lancer dans sa randonnée.

En milieu de journée, c’est des ramen que mangeait O’Brady, en ajoutant du sel et quelques portions de protéines végétales. Puis, plus tard, avant l’une de ses quatre options de dîner lyophilisées (son préféré étant le piment), l’aventurier mangeait également quatre tasses de soupe au poulet et aux nouilles. Au total, O’Brady mangeait l’équivalent de quelques 7000 calories par jour.

Le 16 décembre, seulement 10 jours avant la fin de sa randonnée, O’Brady a écrit qu’il avait « juste assez » de nourriture pour pouvoir « espérer » arriver jusqu’au bout. Il a également noté qu’il avait perdu beaucoup de poids.

L’explorateur de 1m83 pèse normalement environ 75 kg, mais avant ce trek, il avait pris du poids pour atteindre les 84 kg. Cependant, cette masse musculaire n’a pas survécu au treck. En effet, « mes mollets ressemblent plus à mes bras à ce stade », a déclaré O’Brady. « Ma montre commence à glisser de mon poignet et je dois resserrer ma ceinture. Cependant, j’ai réussi une autre journée de plus de 30 km avec ces jambes maigres », a-t-il ajouté.

traversee antarctique glace froid treck randonnee preparation condition physique avoine survie

Sur cette photo, Colin O’Brady s’entraîne en vue de son périple à travers l’Antarctique. Crédits : Colin O’Brady.

O’Brady a déclaré (dans l’un de ses posts, sur Instagram) au cours de la randonnée, que la réalisation de cet objectif n’aurait pas été possible sans un corps et un esprit en bonne santé.

En dépit de son état de santé affaibli et de ses disponibilités alimentaires limitées, il a décidé de parcourir les 80 derniers kilomètres du voyage sans s’arrêter plus d’une pause-repas ou d’un repos de courte durée. Cela lui a pris plus de 32 heures.

Après avoir finalement réussi à atteindre sa ligne d’arrivée, mercredi dernier, O’Brady a publié une photo de lui-même en train d’appeler sa femme, Jenna Besaw, les larmes aux yeux. « Bien que les 32 dernières heures aient été parmi celles les plus difficiles de ma vie, elles ont franchement été l’un des meilleurs moments de ma vie », a-t-il écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.