L’Anomalie magnétique de l’Atlantique Sud serait en train de se diviser en deux

division anomalie magnetique
| Division of Geomagnetism, DTU Space

L’Anomalie de l’Atlantique Sud désigne une région du monde au sein de laquelle l’intensité du champ magnétique terrestre est notablement réduite par rapport à son intensité moyenne sur le reste du globe. Les processus à l’origine de cette diminution d’intensité demeurent inconnus. Cependant, les géophysiciens suivent son évolution depuis plusieurs décennies, et des données satellitaires récentes ont montré qu’elle était en passe de se diviser en deux. 

De nouvelles données satellitaires de l’Agence spatiale européenne (ESA) révèlent que la mystérieuse anomalie affaiblissant le champ magnétique terrestre continue d’évoluer, les observations les plus récentes montrant que plusieurs de ces phénomènes pourraient apparaître simultanément. L’anomalie de l’Atlantique Sud est une vaste zone d’intensité magnétique réduite dans le champ magnétique terrestre, s’étendant de l’Amérique du Sud au sud-ouest de l’Afrique.

Étant donné que le champ magnétique de notre planète agit comme une sorte de bouclier — protégeant la Terre des vents solaires et du rayonnement cosmique, en plus de déterminer l’emplacement des pôles magnétiques — toute réduction de son intensité est un événement important que nous devons surveiller de près, car ces changements pourraient finalement avoir des implications importantes pour notre planète.

Champ magnétique terrestre : une tendance à la baisse

À l’heure actuelle, il n’y a rien à craindre. L’ESA note que les effets les plus importants sont largement limités aux dysfonctionnements techniques à bord des satellites et des engins spatiaux, qui peuvent être exposés à une plus grande quantité de particules chargées en orbite terrestre basse lors de leur passage à travers l’anomalie de l’Atlantique Sud, dans le ciel au-dessus de l’Amérique du Sud et de l’océan Atlantique Sud.

À LIRE AUSSI :
En 25 ans, la Grande Barrière de corail a diminué de moitié

Cependant, l’ampleur de l’anomalie ne doit pas être ignorée. Au cours des deux derniers siècles, le champ magnétique terrestre a perdu environ 9% de sa force en moyenne, selon l’ESA, combinée à une baisse de l’intensité minimale du champ dans l’anomalie de l’Atlantique Sud, passant d’environ 24’000 nanoteslas à 22’000 nanoteslas au cours des 50 dernières années.

Cette vidéo montre l’évolution de l’Anomalie de l’Atlantique Sud depuis 2018 :

La raison exacte pour laquelle cela se produit reste un mystère. Le champ magnétique terrestre est généré par des courants électriques produits par une masse tourbillonnante de fer liquide dans le noyau externe de notre planète, mais bien que ce phénomène semble stable à un instant donné, sur de vastes échelles de temps, il ne l’est jamais vraiment. Les études ont montré que le champ magnétique de la Terre est constamment dans un état de flux, et toutes les quelques centaines de milliers d’années, le champ magnétique de la Terre bascule, les pôles magnétiques nord et sud changeant de place.

Une anomalie magnétique sur le point de se diviser

Ce processus pourrait en fait se produire plus fréquemment qu’on ne le pense, mais alors que les géophysiciens débattent continuellement sur la date prochaine de cet événement, l’anomalie de l’Atlantique Sud n’est pas immobile. En effet, depuis 1970, l’anomalie a pris de l’ampleur et s’est déplacée vers l’ouest à un rythme d’environ 20 kilomètres par an.

Sur le même sujet : Une anomalie située sous l’Afrique affaiblit rapidement le champ magnétique terrestre

releve swarm
Ce relevé de 2020 effectué par les satellites Swarm montre la formation d’une seconde cellule en marge de la première. Crédits : Division of Geomagnetism, DTU Space

De nouvelles données fournies par les satellites Swarm de l’ESA montrent qu’au cours des cinq dernières années, un deuxième centre d’intensité minimale a commencé à s’ouvrir au sein de l’anomalie. Cela suggère que le tout pourrait même être en train de se diviser en deux cellules distinctes — l’original étant centré au-dessus du centre de l’Amérique du Sud, et la nouvelle cellule émergente apparaissant à l’est, planant au large des côtes du sud-ouest de l’Afrique.

« Le nouveau minimum oriental de l’anomalie de l’Atlantique Sud est apparu au cours de la dernière décennie, et se développe vigoureusement ces dernières années. Le défi consiste maintenant à comprendre les processus au cœur de la Terre qui entraînent ces changements », explique le géophysicien Jürgen Matzka du Centre allemand de recherche en géosciences. On ne sait pas exactement comment l’anomalie se développera, mais des recherches antérieures ont suggéré que des perturbations du champ magnétique comme celle-ci pourraient être des événements récurrents qui se produisent tous les quelques centaines d’années.

À LIRE AUSSI :
Une enquête australienne révèle l’ampleur de la censure scientifique
Sources : ESA

Plus d'articles
astronomes decouvrent planete pi taille terre orbite 3 14 jours
Découverte d’une « planète Pi » de la taille de la Terre avec une période orbitale de 3,14 jours !