La gestion de la nourriture est un élément fondamental des futurs voyages spatiaux habités. Les voyageurs comme les colons auront nécessairement besoin de faire pousser leurs aliments au sein d’environnements peu propices à la culture et dans des conditions extrêmes. C’est pourquoi les scientifiques développent de nouveaux moyens de culture s’affranchissant des techniques classiques d’agriculture. Récemment, des chercheurs ont réussi à faire pousser plusieurs légumes hors du sol et sans lumière du jour, dans les conditions hostiles de l’Antarctique.

L’expérience s’est déroulée dans la station scientifique allemande Neumayer III située en Antarctique. Les biologistes ont fait pousser et « cueilli » une salade verte de 3.8 kg, 18 concombres et 70 radis. Ceux-ci ont été cultivés dans le laboratoire EDEN-ISS sans poussière, sans terre, sans pesticides et sans lumière du jour. L’objectif principal de l’EDEN-ISS étant le développement de nouvelles technologies agricoles destinées à la production saine de nourriture dans l’espace.

Les scientifiques de l’EDEN-ISS ont récolté plusieurs légumes, parmi lesquels 18 concombres. Crédits : DLR

Pour ce faire, les scientifiques ont eu recours à un circuit fermé d’eau réutilisable et à un système d’apport en nutriments et sels minéraux, le tout étant contrôlé par un éclairage optimisé à LED avec une surveillance minutieuse du dioxyde de carbone, et placé dans une structure hydroponique. L’hydroponie est une technique de culture végétale hors-sol basée sur un substrat irrigué par une solution nutritive.

hydroponie

Dans l’EDEN-ISS, les légumes sont cultivés par hydroponie, hors-sol et sans lumière du jour. Crédits : DLR

« Après avoir semé les graines courant mi-février, j’ai dû faire face à certains problèmes inattendus, comme quelques pannes mineures du système et la plus puissante tempête en plus d’un an » explique Paul Zabel, un bio-ingénieur impliqué dans le projet. « Heureusement, nous avons surmonté et réglé ces quelques problèmes ».

C’est également le tout début de la récolte. Le Centre Aérospatial Allemand, qui coordonne le projet, a révélé qu’à partir de mai, les scientifiques espèrent pouvoir récolter entre 4 et 5 kg de légumes par semaine. « Étant ingénieur, j’ai dû commencer par apprendre les connaissances de base en botanique, notamment pour savoir si les plantes fleurissaient en avance ou non » confiait Zabel en 2016 avant le lancement du projet.

Ce n’est toutefois pas la première fois que des scientifiques tentent ce genre d’expérience. Déjà, en 2015, les astronautes de la Station Spatiale Internationale (ISS) avaient réussi à faire pousser une salade consommable. Cependant, la particularité de ce projet est la grande variété de légumes cultivés (radis, salades, tomates, concombres, poivre, etc). En outre, les conditions extrêmes de l’Antarctique, avec des températures pouvant atteindre -89 °C, représentent un véritable challenge scientifique.

Les radis récoltés par les scientifiques. Crédits : DLR

Après les légumes, ces « agriculteurs de l’extrême » envisagent de faire pousser quelques fruits rouges en guise de dessert. « La culture des fraises demande de la patience. Pour le moment, nous attendons toujours que les semailles prennent correctement » conclut Daniel Schubert, directeur du projet.

Source : EDEN-ISS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share
Share

Ce site utilise des cookies

La publicité étant notre principale source de revenu (sans elle, nous n'existerions pas), nous utilisons des cookies afin de l'adapter. Ces derniers nous permettent également de faire des analyses statistiques (données anonymes) dans le but d'améliorer notre site. Les cookies sont également utiles à conserver vos préférences si vous êtes logués. Ainsi, nous pouvons vous garantir une meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez nos modalités relatives aux cookies.