Australie : les vols internationaux devraient rester suspendus pour 2021

australie vols internationaux suspendus 2021
| Getty

Comme de nombreux pays du monde, l’Australie est elle aussi touchée par la pandémie de COVID-19. Si le pays avait déjà déployé d’importantes mesures de restriction en 2020, ces mesures devraient être conservées pour l’année à venir. Bien que l’Australie ait prévu de débuter sa campagne de vaccination dès février, les autorités ont déclaré que les vols internationaux à destination et depuis l’Australie continueraient d’être suspendus en 2021 en raison du maintien des restrictions sanitaires concernant les frontières.

Il est peu probable que les voyages internationaux recommencent à destination et en provenance de l’Australie cette année, même si une grande partie de la population est vaccinée, déclare le directeur du département de la Santé, Brendan Murphy. Le professeur Murphy, qui était le médecin-chef au début de la pandémie, a indiqué qu’il pensait que les frontières et la quarantaine obligatoire des hôtels resteraient encore quelque temps.

Lorsqu’il lui a été demandé quelle était la probabilité que la frontière internationale rouvre cette année, il a reconnu que c’était une question ouverte. « Je pense que la réponse est probablement non. Je pense que nous passerons la majeure partie de cette année avec des restrictions encore substantielles aux frontières, même si une grande partie de la population est vaccinée. Nous ne savons pas si cela empêchera la transmission du virus ».

graphique cas infection journaliers cumules
Graphique indiquant le nombre de cas d’infection journaliers et cumulés en Australie. © Health Department

Le professeur Murphy a également ajouté que la pandémie et le virus étaient si turbulents que les décisions étaient prises au fur et à mesure. « Je ne veux pas prédire plus de deux ou trois mois à l’avance. Le monde change. Je pense que pour le moment, nous voyons cette lumière au bout du tunnel — le vaccin —, donc nous allons aussi vite que possible faire vacciner notre population et ensuite nous examinerons ce qui se produit ».

À LIRE AUSSI :
COVID : un test d'anticorps bon marché révèle si vous êtes immunisé en 5 minutes

Vaccin anti-COVID de Pfizer et décès en Norvège

Le secrétaire du département de la Santé a également déclaré qu’il n’était pas véritablement préoccupé par le premier vaccin anti-COVID disponible en Australie, après qu’environ 30 décès dans des maisons de retraite norvégiennes ont été liés au vaccin de Pfizer. « Ce groupe de personnes qui ont eu ces effets indésirables, et dont malheureusement certaines sont mortes, étaient très, très vieilles et fragiles ».

La Therapeutic Goods Administration (TGA) d’Australie cherche à obtenir plus d’informations sur les décès. Mais en Norvège, cela n’a déclenché qu’un petit ajustement de la manière dont les vaccinations sont administrées. La TGA a confirmé avoir reçu des rapports faisant état d’environ 30 décès de personnes dans des maisons de retraite médicalisées ayant reçu le vaccin, bien qu’environ 400 personnes décèdent ordinairement en une semaine dans les maisons de retraite norvégiennes.

Steinar Madsen, directeur médical de l’Agence norvégienne des médicaments (NOMA), a déclaré que le déploiement du vaccin de Pfizer se poursuivait malgré les décès. « Mais nous avons fait quelques ajustements, ce qu’il faut dire aux médecins. Tous ces patients sont des patients en maison de retraite – s’ils ont une espérance de vie très courte, s’ils sont en phase terminale, il devrait être envisagé de ne pas les vacciner ».

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Un communiqué de Pfizer a déclaré que la société était au courant des décès signalés et travaillait avec la NOMA pour collecter toutes les informations pertinentes. « Les autorités norvégiennes ont donné la priorité à la vaccination des résidents des maisons de retraite médicalisés, dont la plupart sont très âgés avec des conditions médicales sous-jacentes, et certains sont en phase terminale. La NOMA confirme que le nombre d’incidents à ce jour n’est pas alarmant et conforme aux attentes. Tous les décès signalés seront soigneusement évalués par la NOMA pour déterminer si ces incidents sont liés au vaccin ».

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs observent des bactéries réparer de l'ADN endommagé en temps réel

Rassurer la population sur l’innocuité du vaccin

La professeure Catherine Bennett, titulaire de la chaire d’épidémiologie à l’Université Deakin, déclare que les gens devraient être rassurés de ne pas se voir proposer le vaccin en Australie s’il n’est pas sûr. « Je pense que les gens devraient être très rassurés, nous avons un très bon processus de réglementation, très approfondi. Nous avons pu attendre que toutes les données de sécurité proviennent des essais de phase 3 et maintenant nous avons l’avantage d’apprendre de l’expérience des pays ayant déjà déployé le vaccin ».

Madsen a indiqué qu’environ 45’000 patients avaient été vaccinés jusqu’à présent en Norvège, la plupart dans des maisons de retraite. L’Australie est sur la bonne voie pour lancer son propre déploiement de vaccination de masse avec le vaccin Pfizer en février.

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.