L’administration Biden souhaite prioriser la science climatique, au détriment de l’exploration lunaire

administration Biden souhaite prioriser science climatique détriment exploration lunaire couv
| flickr/enary

Bien que n’étant pas encore entrée en fonction à la Maison-Blanche, l’administration Biden détaille déjà ses différents objectifs prioritaires, et plusieurs d’entre eux concernent la science. La nouvelle administration a ainsi annoncé qu’elle se concentrerait prioritairement sur la science environnementale et climatique grâce aux ressources de la NASA. Pour de nombreux experts du domaine spatial, cette priorité se fera certainement au détriment de l’exploration lunaire, et notamment du programme Artemis prévu pour 2024. 

Avec sa déclaration de victoire, l’administration Biden a commencé à déployer ses plans de transition, y compris un site Web qui décrit les quatre priorités de la nouvelle administration : lutte contre la COVID-19, reprise économique, équité ethnique et changement climatique. Bien que le site de transition n’énonce pas explicitement ses plans pour la NASA, de nombreux observateurs s’attendent à ce qu’elle joue un rôle dans cette quatrième priorité, le changement climatique.

Cela découle d’une déclaration de la plate-forme du Parti démocrate de juillet qui affirmait : « Les démocrates soutiennent en outre le renforcement des missions d’observation de la Terre de la NASA et de la National Oceanic and Atmospheric Administration afin de mieux comprendre l’impact du changement climatique sur notre planète ».

« La gestion de la capacité de la Terre à maintenir la vie humaine et la biodiversité dominera probablement, à mon avis, le programme spatial civil pour l’administration Biden-Harris », indique Lori Garver, ancienne administratrice adjointe de la NASA sous l’administration Obama. Garver, s’exprimant à la conférence au même moment où Biden et Kamala Harris ont prononcé des discours marquant leur victoire, n’a pas prédit comment la nouvelle administration mettrait en œuvre ces plans. « La NASA est un atout national, et si elle est correctement dirigée et encouragée, nous pouvons apporter des contributions significatives au maintien de l’humanité ».

À LIRE AUSSI :
Le phénomène atmosphérique STEVE ne serait pas de nature aurorale

2024 : une date peu probable pour le programme Artemis

Toute priorisation des sciences de la Terre peut se faire aux dépens du programme Artemis. Le Parti démocrate a approuvé « le travail de la NASA pour ramener les Américains sur la Lune et aller au-delà de Mars, franchissant la prochaine étape dans l’exploration de notre système solaire », mais n’a pas explicitement soutenu la date limite de 2024 pour l’objectif lunaire, annoncée par le vice-président Mike Pence en mars 2019.

« Je ne connais personne qui pense que nous y arriverons d’ici 2024. Peu importe qui gagnerait, cela allait être un objectif impossible », déclare Garver. Ce scepticisme, selon elle, est basé sur le financement limité alloué à l’effort à ce jour, la majorité des [près de] 30 milliards de dollars nécessaires pour atteindre cet objectif 2024 restant à dépenser.

astronaute nasa lune mission artemis
Infographie établissant le plan de la NASA pour rejoindre la Lune d’ici 2024. Crédits : NASA

D’autres ont soulevé des préoccupations similaires. « Bien qu’il y ait beaucoup d’enthousiasme au Congrès, il n’y a pas toujours de consensus sur le moment et le délai dont nous devrions disposer pour atteindre cet objectif d’Artemis », a déclaré la sénatrice Maria Cantwell, dans un discours prononcé le 6 novembre lors d’une conférence de l’Université de Washington. Faire cela d’ici 2024, selon elle, « nécessiterait une énorme quantité de ressources ».

Cependant, Garver a averti que le simple fait de repousser la date limite ne permettra pas d’économiser de l’argent à long terme. Une équipe de transition de la NASA, officiellement connue sous le nom « d’équipe d’examen d’agence », pour l’administration entrante de Biden, n’a pas encore commencé son travail. L’Administration des services généraux, qui administre les ressources utilisées dans les transitions présidentielles, n’a pas encore signé de documents autorisant l’équipe Biden à accéder à ces ressources.

À LIRE AUSSI :
La sonde OSIRIS-REx ramène les échantillons de l'astéroïde Bennu vers la Terre

Une nouvelle équipe administrative à la tête de la NASA

Une nouvelle administration signifiera probablement un nouvel administrateur pour la NASA. L’administrateur actuel Jim Bridenstine a déclaré qu’il pensait qu’il « ne serait pas la bonne personne » pour diriger la NASA dans l’administration Biden, arguant que la NASA devrait plutôt avoir quelqu’un en charge d’une « relation étroite » avec la Maison-Blanche.

Bridenstine, confirmé par le Sénat lors d’un vote en avril 2018, a depuis cultivé le soutien bipartisan, notamment en gagnant les membres du Congrès qui se sont opposés à sa nomination. Certains, en particulier sur les réseaux sociaux, ont plaidé pour que la nouvelle administration Biden conserve Bridenstine. Dans le même temps, cependant, il y a eu de nombreuses spéculations sur qui pourrait succéder à Bridenstine en tant qu’administrateur.

À LIRE AUSSI :
De l'eau est bien présente dans les régions sombres et ensoleillées de la Lune

Parmi les noms diffusés figurent Wanda Austin, ancienne présidente et chef de la direction de The Aerospace Corporation ; Pam Melroy, une ancienne astronaute qui a ensuite occupé des postes à la FAA et à la DARPA ; et Wanda Sigur, ancienne vice-présidente et directrice générale de l’espace civil chez Lockheed Martin. Une autre possibilité est la représentante Kendra Horn, présidente du sous-comité spatial du comité scientifique de la Chambre.

Plus d'articles
cinq conseils méthodes perdre poids efficacement
Comment perdre du poids efficacement ? 5 méthodes données par la science