Réchauffement climatique : des chercheurs avertissent qu’un effondrement du Gulf Stream est possible

chercheurs avertissent effondrement gulf stream possible
| M. Leold

Le Gulf Stream est un courant océanique de surface d’importance, façonnant une partie du climat des zones géographiques qu’il traverse. Au cours des dernières années, les scientifiques ont identifié un ralentissement notable de la circulation thermohaline dans le cadre de la circulation méridienne de retournement Atlantique (AMOC), les courants étant à leur rythme le plus lent depuis plus d’un millier d’années. Et dans une nouvelle étude, des chercheurs ont montré que l’accélération de l’augmentation des températures et la diminution de la salinité — toutes deux des conséquences du réchauffement climatique — pourraient entraîner un ralentissement extrême, voire un arrêt complet du Gulf Stream, avec des conséquences désastreuses.

Les climatologues ont détecté des signes avant-coureurs de l’effondrement du Gulf Stream, l’un des principaux points de basculement potentiels de la planète. La recherche a révélé « une perte presque complète de stabilité au cours du siècle dernier » des courants que les chercheurs appellent la circulation méridienne de retournement Atlantique. Les courants sont déjà à leur point le plus lent depuis au moins 1600 ans, mais la nouvelle analyse montre qu’ils pourraient être sur le point de s’arrêter.

Un tel événement aurait des conséquences catastrophiques dans le monde entier, perturbant gravement les pluies dont dépendent des milliards de personnes pour se nourrir en Inde, en Amérique du Sud et en Afrique de l’Ouest ; l’augmentation des tempêtes et la baisse des températures en Europe ; et faire monter le niveau de la mer au large de l’est de l’Amérique du Nord.

Cela mettrait également davantage en danger la forêt amazonienne et les calottes glaciaires de l’Antarctique. La complexité du système AMOC et l’incertitude sur les niveaux de réchauffement mondial futur rendent impossible pour l’instant de prévoir la date d’un effondrement. Cela pourrait être dans une décennie ou deux, ou dans plusieurs siècles.

À LIRE AUSSI :
Une société de génétique lève des fonds pour créer des hybrides éléphant-mammouth

Un point de non-retour à ne franchir sous aucun prétexte

Mais l’impact colossal que cela aurait signifie que cela ne doit jamais se produire. « Les signes de déstabilisation déjà visibles sont quelque chose à quoi je ne m’attendais pas et que je trouve effrayant. C’est quelque chose que vous ne pouvez tout simplement pas autoriser à se produire. On ne sait pas quel niveau de CO2 déclencherait un effondrement de l’AMOC. Donc, la seule chose à faire est de maintenir les émissions aussi basses que possible. La probabilité que cet événement à impact extrêmement élevé se produise augmente avec chaque gramme de CO2 que nous rejetons dans l’atmosphère », explique Niklas Boers, de l’Institut de Potsdam pour la recherche sur l’impact climatique en Allemagne.

schema-affaiblissement-gulf-stream
1) Un système de courants océaniques dans l’Atlantique Nord (AMOC) est connu pour avoir basculé entre deux rythmes dans le passé. Le rythme rapide, actuel, 2) et un rythme bien plus lent. En transférant d’énormes quantités de chaleur dans l’hémisphère Nord, l’AMOC influence les systèmes climatiques globaux. 3) Les chercheurs ont récemment trouvé des indices d’instabilité de l’AMOC indiquant qu’il pourrait être proche de son point de basculement. Si l’AMOC bascule en mode lent, l’Europe se refroidira significativement and les systèmes de mousson seront impactés. © Boers 2021

Les scientifiques sont de plus en plus préoccupés par les points de non-retour — des changements climatiques importants, rapides et irréversibles. Boers et ses collègues ont signalé en mai qu’une partie importante de la calotte glaciaire du Groenland est au bord du gouffre, entraînant la menace d’une forte élévation du niveau mondial de la mer. D’autres ont montré récemment que la forêt amazonienne émet désormais plus de CO2 qu’elle n’en absorbe, et que la canicule sibérienne de 2020 a entraîné des rejets inquiétants de méthane.

Le monde a peut-être déjà franchi une série de points de non-retour, selon une analyse de 2019, entraînant « une menace existentielle pour la civilisation ». Un rapport important du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, attendu lundi, devrait faire état de l’aggravation de la crise climatique. La recherche de Boer a été publiée dans la revue Nature Climate Change. Les carottes de glace et d’autres données des 100 000 dernières années montrent que l’AMOC possède deux rythmes : un rapide et fort, comme on l’a vu au cours des derniers millénaires, et un lent et faible.

À LIRE AUSSI :
De la pluie tombe pour la première fois au sommet du Groenland

L’impact des températures sur le rythme du Gulf Stream

Les données montrent que la hausse des températures peut faire basculer brusquement l’AMOC d’un état à l’autre sur une à cinq décennies. L’AMOC est alimentée par une eau de mer dense et salée qui s’enfonce dans l’océan Arctique, mais la fonte de l’eau douce de la calotte glaciaire du Groenland ralentit le processus plus tôt que ne le suggèrent les modèles climatiques.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Boers a utilisé l’analogie d’une chaise pour expliquer comment les changements de température et de salinité des océans peuvent révéler l’instabilité de l’AMOC. Pousser une chaise modifie sa position, mais n’affecte pas sa stabilité si les quatre pieds restent au sol. L’inclinaison de la chaise par contre, modifie à la fois sa position et sa stabilité.

Huit ensembles de données de température et de salinité mesurés indépendamment remontant à 150 ans ont permis à Boers de montrer que le réchauffement climatique augmente en effet l’instabilité des courants, et ne modifie pas seulement leur schéma d’écoulement. L’analyse a conclu : « Ce déclin de l’AMOC au cours des dernières décennies peut être associé à une perte presque complète de stabilité au cours du siècle dernier, et l’AMOC pourrait être proche d’une transition critique vers son mode de circulation faible ».

Pour Levke Caesar, de l’université de Maynooth en Irlande, ceci nous avertit que nous pourrions être plus proches d’un basculement de l’AMOC que nous ne le pensons. David Thornalley, de l’University College London au Royaume-Uni, dont les travaux ont montré que l’AMOC est à son point le plus faible depuis 1600 ans, indique : « Ces signes de baisse de la stabilité sont préoccupants. Mais nous ne savons toujours pas si un effondrement se produira, ou à quel point nous pourrions en être proches ».

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs développent un nouveau tissu pour nous protéger de la chaleur
Sources : Nature Climate Change

Laisser un commentaire