COVID : des chercheurs avertissent sur le potentiel risque d’évasion immunitaire des futurs variants

chercheurs britanniques avertissent risque evasion immunitaire futurs variants
| Getty

Tandis que le nombre de personnes vaccinées continue d’augmenter à travers le monde, les variants inquiètent toujours les scientifiques. Plusieurs institutions scientifiques britanniques ont appelé au développement de plans concernant la gestion des variants, avec des mesures de santé publique en cas de nécessité, tel que le retour aux confinements massifs. Selon les chercheurs, en effet, il n’est pas impossible que des variants résistants aux vaccins puissent émerger.

Des articles récents produits par le Groupe consultatif scientifique pour les urgences du gouvernement (SAGE) ont suggéré que l’arrivée d’un variant qui échappe aux vaccins est une « possibilité réaliste ». Le groupe a soutenu la poursuite des travaux sur de nouveaux vaccins qui réduisent l’infection et la transmission plus efficacement que les vaccins actuels, la création de davantage d’installations de production de vaccins au Royaume-Uni et des études en laboratoire pour prédire l’évolution des variants.

Le risque d’évasion immunitaire posé par les nouveaux variants

Avec l’arrivée d’un nouveau variant considéré comme l’un des principaux dangers susceptibles d’intensifier à nouveau la crise, d’éminentes personnalités scientifiques ont souligné les risques. Le professeur Graham Medley, membre de SAGE et chef du groupe de modélisation COVID du gouvernement, a déclaré que c’était « clairement quelque chose que les planificateurs et les scientifiques devraient prendre très au sérieux, car cela nous ferait reculer loin ».

« Ce n’est pas si différent de la planification qui doit être faite entre les pandémies – une nouvelle variante capable de surmonter l’immunité de manière significative serait essentiellement un nouveau virus. L’avantage serait que nous savons que nous pouvons générer des vaccins contre ce virus – et relativement rapidement. L’inconvénient est que nous serions de retour à la même situation dans laquelle nous étions il y a un an, selon l’impact de l’immunité actuelle contre un nouveau variant. Espérons que l’évolution soit lente, de sorte que les nouveaux variants qui apparaissent ne soient que légèrement évasifs ».

À LIRE AUSSI :
COVID : la protéine de pointe du virus peut modifier certaines cellules au niveau du cœur
comparaison proteines spike coronavirus original variants
Structure de la protéine S (Spike) du SARS-CoV-2 dans sa configuration fermée, sous sa forme originale D614 (à gauche) et sa forme mutante (G614). Dans la protéine spike mutante, la boucle 630 (en rouge) stabilise la protéine, l’empêchant de s’ouvrir prématurément et rendant le virus plus infectieux. G614 est l’ancêtre commun des variants et le premier variant d’intérêt à avoir été détecté. Dans le futur, l’apparition de variants échappant aux vaccins pourrait être possible. © Bing Chen, PhD, Boston Children’s Hospital

Marc Baguelin, de l’équipe d’intervention COVID de l’Imperial College et membre du groupe de modélisation SPI-M du gouvernement, explique qu’il serait essentiel d’empêcher l’importation de variants préoccupants avec « des propriétés d’échappement immunitaire modérées à élevées, car elles pourraient conduire à des vagues futures de plusieurs ordres de grandeur plus importantes que celles rencontrées jusqu’à présent ».

« Il est peu probable qu’un tel nouveau virus échappe entièrement à toute immunité contre une infection ou des vaccins antérieurs. Une certaine immunité devrait persister au moins pour les issues les plus graves telles que le décès ou l’hospitalisation. Nous serions très probablement en mesure de mettre à jour les vaccins actuels pour inclure la souche émergente. Mais cela prendrait des mois et signifierait que nous devrons peut-être réimposer des restrictions s’il y avait un risque important pour la santé publique. L’ampleur des restrictions serait une décision politique et devrait être proportionnée à la mesure dans laquelle ce virus échapperait aux vaccins actuels ».

La gestion du virus en Angleterre

Cela s’accompagne d’un nouvel assouplissement des restrictions en Angleterre lundi lorsque les personnes entièrement vaccinées et les moins de 18 ans ne seront plus légalement tenus de s’isoler s’ils entrent en contact étroit avec une personne atteinte de COVID. Il leur sera conseillé, mais pas imposé, de passer un test PCR à la place.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Pendant ce temps, tous les 16 et 17 ans en Angleterre se verront offrir une première dose de vaccin au cours de la semaine prochaine pour leur procurer une certaine protection avant le retour des écoles en septembre. Le secrétaire à la Santé, Sajid Javid, a exhorté les adolescents plus âgés à ne pas tarder. « Obtenez vos doses dès que vous le pouvez afin que nous puissions continuer à vivre en toute sécurité avec ce virus et profiter de nos libertés en vous offrant, à votre famille et à votre communauté, la protection nécessaire ».

À LIRE AUSSI :
Les hommes ont plus de flatulences lorsqu'ils suivent un régime à base de plantes en raison des bonnes bactéries intestinales

L’ancien conseiller principal de Boris Johnson, Dominic Cummings, a déjà appelé le gouvernement à publier un plan d’urgence pour les vaccins contre l’évasion des variants et a suggéré que les députés devraient explorer les moyens de forcer les ministres à le faire. Un scientifique, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a déclaré qu’il aimerait voir la publication de l’évaluation nationale des risques relatifs aux plans d’urgence COVID.

Des sources gouvernementales ont déclaré que le Public Health England et d’autres contrôlaient la situation grâce à une surveillance rapide et à un séquençage génomique du virus. Un porte-parole du ministère de la Santé et des Affaires sociales a déclaré que le programme de vaccination avait construit un « mur de défense ». « Nous nous engageons à protéger les progrès du déploiement du vaccin et nos capacités de génomique de pointe sont à la pointe des efforts mondiaux pour rester en avance sur les variants, avec plus d’un demi-million d’échantillons séquencés jusqu’à présent ».

Laisser un commentaire