Des chercheurs rencontrent la fascinante « pieuvre de verre » au fond de l’océan Pacifique

chercheurs rencontrent fascinante pieuvre verre pacifique
| Schmidt Ocean Institute

Tandis que les humains s’évertuent à connaître en détail les recoins du Système solaire, une grande partie des océans reste encore inexplorée. Ces étendues abyssales d’eau recèlent des trésors en matière d’écosystèmes et, parmi ces joyaux marins, se trouve la pieuvre transparente (Vitreledonella richardi), appelée aussi « pieuvre de verre ». Cet animal rare, peu observé par les biologistes marins, possède un aspect fascinant. Récemment, une équipe de chercheurs en a rencontré un spécimen et a pu en prendre de magnifiques photos.

Des biologistes marins ont repéré l’insaisissable pieuvre de verre lors d’une expédition de 34 jours au large des îles éloignées de Phoenix, un archipel situé à plus de 5100 kilomètres au nord-est de Sydney, en Australie.

Comme d’autres créatures transparentes, telles que les grenouilles transparentes et certains cténophores, les pieuvres de verre sont presque complètement transparentes, seuls leurs yeux cylindriques, leurs nerfs optiques et leur tube digestif semblent opaques.

Rencontres avec une pieuvre transparente dans le Pacifique

L’équipage de l’expédition a signalé deux rencontres avec la pieuvre de verre – un nombre impressionnant étant donné qu’auparavant, il y avait des images si limitées de ces céphalopodes que les scientifiques ont dû en apprendre davantage sur eux en étudiant des morceaux dans le contenu intestinal de leurs prédateurs.

Les pieuvres de verre n’ont été découvertes qu’en 1918. On sait peu de choses sur ces céphalopodes, y compris qu’ils vivent dans les zones tropicales et subtropicales de l’océan profond dans, la zone mésopélagique ou crépusculaire, de 200 à 1000 mètres sous la surface, et dans la zone bathypélagique (ou zone de minuit), entre 1000 et 3000 mètres sous la surface, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature.

À LIRE AUSSI :
Des scientifiques travaillent sur une IA pour communiquer avec les cachalots

La forme cylindrique des yeux des pieuvres de verre peut avoir évolué pour minimiser la silhouette des yeux lorsqu’elles sont vues d’en bas, « et fait partie de la stratégie de camouflage de l’animal », selon un rapport de 1992 publié dans la revue Journal of the Marine Biological Association of the United Kingdom.

La pieuvre transparente a été repérée lors d’une expédition à bord du navire de recherche Falkor, dirigée par le Schmidt Ocean Institute, une fondation à but non lucratif cofondée par Wendy et Eric Schmidt, l’ancien PDG de Google. Des scientifiques de l’Université de Boston et de la Woods Hole Oceanographic Institution ont également participé à l’expédition.

Découverte de nouveaux écosystèmes marins

Au cours de l’expédition, qui s’est terminée le 8 juillet, une équipe de biologistes marins a découvert une poignée de potentiels nouveaux animaux marins sur neuf reliefs sous-marins auparavant inexplorés, appelés « monts sous-marins ». L’équipe a également réalisé une cartographie haute résolution des fonds marins de plus de 30 000 km carrés autour de l’archipel et des enregistrements vidéo de cinq monts sous-marins supplémentaires filmés par le robot sous-marin SuBastian.

Vidéo du requin-baleine observé par SuBastian :

SuBastian a également capturé des images d’un requin-baleine (le plus grand poisson vivant au monde) et d’un crabe aux longues pattes volant un poisson à un autre crabe. L’expédition a utilisé SuBastian pour 21 plongées, permettant au robot d’enregistrer plus de 182 heures d’images sur le fond marin. Sept de ces plongées ont eu lieu dans le Pacific Remote Islands Marine National Monument, qui a été créé en 2009 et agrandi en 2014.

À LIRE AUSSI :
La drogue consommée pendant un festival britannique affecte gravement la faune locale

L’expédition a permis aux biologistes de documenter le monument, où les animaux marins sont protégés. Le Falkor a également revisité des parties des îles Phoenix que ses scientifiques avaient étudiées en 2017, ce qui a permis aux chercheurs de collecter des données qui les aideront à comprendre comment l’ensemble de l’écosystème et les habitats des monts sous-marins sont liés.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« L’océan recèle des merveilles et des promesses que nous n’avons même pas imaginées, et encore moins découvertes. Des expéditions comme celles-ci nous apprennent pourquoi nous devons redoubler d’efforts pour restaurer et mieux comprendre les écosystèmes marins partout – parce que la grande chaîne de la vie qui commence dans l’océan est essentielle pour la santé et le bien-être des humains », conclut Schmidt.

Vidéo montrant la pieuvre transparente évoluer dans le fond de l’océan Pacifique central :

Laisser un commentaire