Des chercheurs russes traquent des virus préhistoriques issus du pergélisol

chercheurs russes traquent virus prehistoriques pergelisol
| Vektor

Au cours des dernières décennies, le domaine de la paléovirologie — une branche de la paléobiologie étudiant les virus préhistoriques ou anciens — a connu un certain essor grâce aux différents restes humains et animaux découverts avec la fonte du pergélisol. Récemment, le centre de recherche biomédical russe Vektor a décidé de lancer son programme national de paléovirologie en étudiant des spécimens animaux issus du pergélisol. Le programme a débuté avec l’étude d’un cheval vieux de plus de 4000 ans, dans le but d’identifier des paléovirus et de les étudier plus en détail.

Le personnel du Centre national de recherche Vektor souhaite trouver des paléovirus qui permettront de démarrer le développement du programme de paléovirologie en Russie et de mener des recherches avancées dans le domaine de l’étude de l’évolution des virus. Le centre de recherche effectue une surveillance significative de diverses infections, collecte une grande quantité de matériel pour la recherche épidémiologique dans tout le pays et dans certains pays du monde.

« Au cours de la dernière décennie, il y a eu quelques tentatives pour démarrer ce travail, mais aujourd’hui, nous sommes passés de la planification à l’action », commente Olesya Okhlopkova, chercheuse au Département de biophysique et de recherche environnementale du Vektor Science Center.

Ancien centre de développement d’armes biologiques à l’époque soviétique, le laboratoire Vektor, situé dans la région de Novossibirsk en Sibérie, est l’une des deux seules installations au monde à stocker le virus de la variole. Vektor a développé un vaccin contre le coronavirus, EpiVacCorona, qui a été autorisé en octobre en Russie et dont la production de masse devrait débuter plus tard ce mois-ci.

À LIRE AUSSI :
Une nouvelle étude identifie l'une des causes probables de la maladie d'Alzheimer

Rechercher des paléovirus pour étudier les différentes dynamiques virales

Un trou est formé sur l’objet, à partir duquel les tissus mous sont prélevés. Ensuite, ils sont placés dans un tube à essai pour un transport ultérieur, suivi de méthodes de biologie moléculaire standard — l’isolement des acides nucléiques totaux, le séquençage du génome entier, avec lesquels les scientifiques peuvent obtenir des données sur l’ensemble de la biodiversité des micro-organismes dans un échantillon.

prise echantillon tissus cheval
Les recherches ont commencé sur un spécimen de cheval vieux de 4550 ans. © Vektor

« Si les acides nucléiques ne subissent pas de destruction, nous pourrons obtenir des données sur leur composition et établir comment cela a changé, quel a été le développement évolutif des événements. Nous pourrons obtenir ces tendances significatives qui déterminent la situation actuelle et la capacité de déterminer le potentiel épidémiologique des agents infectieux actuellement existants », résume Okhlopkova.

La première découverte pour la sélection des tissus mous a été le cheval Verkhoyansk, qui a été trouvé en 2009 dans la région de Verkhoyansk, âgé de 4450 ans. La valeur scientifique de la découverte réside dans le fait que le génome nucléaire complet a été déchiffré, grâce auquel l’histoire de l’origine du cheval Yakut moderne a été révélée.

echantillon animal tube essai
Les chercheurs prélèvent des échantillons de tissus, qu’ils placent ensuite dans des tubes à essai. © Vektor

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« De plus, dans le cadre du projet, d’autres animaux de la faune des mammouths seront étudiés — l’élan d’Omoloy, le mammouth Malolyakhovsky, les chiens Tumat, divers rongeurs, des lièvres et autres. Ce sont des découvertes qui ont été effectuées au cours des dix dernières années, seules des études bactériologiques ont été menées sur elles, nous menons des recherches sur les paléovirus pour la première fois », explique Maxim Cheprasov, chef du laboratoire du Mammoth Museum à NEFU.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs découvrent comment inverser le vieillissement des cellules immunitaires

Plusieurs spécimens en attente d’examens

Le chef du département des expositions du musée, Sergei Fedorov, a ajouté que les découvertes sont stockées dans un réfrigérateur-conteneur spécial à une température comprise entre -16 °C et -18 °C. Au total, le musée contient plus de 20 types de ces découvertes anciennes. Le Mammoth Museum entretient des liens de longue date avec le Vektor Science Center.

« Au début des années 2000, des spécialistes du SSC ‘Vektor’ sont venus chez nous et ont travaillé ensemble sur des échantillons. Les technologies ne s’arrêtent pas, et avec l’aide de nouvelles méthodes de recherche, nous espérons que des paléovirus seront trouvés dans nos installations et que des découvertes intéressantes dans le monde des virus nous attendent », conclut Fedorov.

Laisser un commentaire