Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

Les cheveux gris peuvent retrouver leur couleur d’origine lors des baisses de stress

cheveux gris
| Getty

Le processus de vieillissement entraîne progressivement de nombreux changements physiologiques chez l’Homme. L’efficacité des différents organes diminue, les fonctions cognitives déclinent et des changements plus apparents s’opèrent également. C’est le cas des cheveux (et des poils en général) qui évoluent vers des nuances de gris et de blanc. Récemment, des chercheurs ont observé que lorsque des personnes aux cheveux grisonnants traversent des périodes de stress réduit, leurs cheveux pouvaient partiellement revenir à leur couleur d’origine. Des résultats qui pourraient suggérer la possibilité d’un phénomène identique dans le reste du corps.

Les cheveux gris retrouvent parfois naturellement leur couleur d’origine, généralement lorsque les individus se sentent moins stressés. Cette découverte suggère qu’il pourrait être possible de développer des médicaments pour inverser le grisonnement. Les souris de laboratoire deviennent grises lorsqu’elles sont stressées et la même chose semble se produire chez les humains.

On a longtemps supposé qu’une fois que les cheveux devenaient gris, ils le restaient. Mais Martin Picard à la Columbia University de New York et ses collègues ont découvert par hasard que les cheveux grisonnants retrouvent parfois leur couleur. Les chercheurs ont examiné les cheveux de 14 hommes et femmes en bonne santé d’origines ethniques différentes et âgés en moyenne de 35 ans.

Un grisonnement partiellement réversible lors des baisses de stress

Ils ont arraché 397 cheveux aux participants et les ont étudiés au microscope. Ils ont identifié les cheveux qui devenaient gris en cherchant ceux qui étaient gris à la racine tout en restant colorés aux pointes, à mesure que de nouveaux cheveux poussent à partir du cuir chevelu. À leur grande surprise, les chercheurs ont découvert que certains cheveux montraient le motif opposé — ils étaient colorés aux racines et gris aux pointes — suggérant qu’ils revenaient du gris à leur couleur d’origine.

À LIRE AUSSI :
COVID-19 chez le vison : un risque de mutation problématique
inversement grisonnement
Quelques exemples de réversibilité de couleur pour plusieurs types de poils chez les volontaires étudiés. Crédits : Ayelet Rosenberg et al. 2020

Parce que les cheveux poussent à un rythme fixe de 1 à 1.3 cm par mois, l’équipe a pu retracer ces transitions de couleur jusqu’à des événements de vie spécifiques. Les inversions avaient tendance à être corrélées avec des périodes de stress réduit. Par exemple, cela s’est produit chez un participant lorsqu’il est parti en vacances de deux semaines et chez une autre après qu’elle se soit remise du stress de la rupture de son mariage.

Sur le même sujet : Chez les humains, la barbe pourrait avoir évolué pour protéger la tête contre les coups de poing

Il est possible que la réduction du stress puisse déclencher une inversion du grisonnement des cheveux, explique David Fisher de l’Université Harvard. Cependant, cela ne se produit probablement que dans quelques cheveux épars. « La plupart des cas de grisonnement des cheveux ne semblent pas réversibles, mais il existe peut-être un sous-ensemble discret de cheveux gris qui peut le faire ».

À LIRE AUSSI :
Un algorithme capable de détecter la « toux COVID », indistinguable pour nous

Un phénomène de réversibilité similaire dans le reste du corps ?

Si nous pouvons découvrir les mécanismes biologiques qui sous-tendent le grisonnement inversé dans ces quelques cheveux, nous pourrons peut-être développer des médicaments qui stimulent l’anti-grisonnement sur tous les cheveux, dit Fisher. Nous savons déjà que certains médicaments anticancéreux semblent stimuler le grisonnement inverse des cheveux chez un petit nombre de patients.

Une possibilité intrigante est que, si les cheveux gris sont réversibles, le vieillissement dans le reste du corps peut également être partiellement réversible, explique David Sinclair de l’Université Harvard. Il serait donc intéressant de tester si d’autres parties du corps montrent des signes similaires de vieillissement inverse pendant les périodes de stress réduit. « Cela vaut vraiment la peine d’être étudié, maintenant que nous avons des outils pour mesurer avec précision l’âge biologique », conclut-il.

Sources : bioRxiv

Plus d'articles
résolution atomique protéine cryo-microscopie électronique
Des chercheurs visualisent les atomes d’une protéine pour la première fois !