COVID-19 : comment les vaccins seront-ils répartis à travers le monde ?

comment vaccins repartis travers monde
| BioCentury

Alors que les vaccins expérimentaux des principaux laboratoires pharmaceutiques ont terminé leurs essais cliniques et ont, pour la plupart, effectué des demandes d’autorisation d’utilisation d’urgence, la question de la production et de la répartition mondiales des doses commence à se poser. Tandis que certains pays ont déjà précommandé et sécurisé de très importantes quantités de doses par habitant, d’autres seront certainement lésés et devront patienter plus longtemps devant la prépondérance financière et politique des pays riches, selon les experts. Bien que des fonds internationaux soient dédiés à l’approvisionnement en vaccins pour les pays à faible revenu, ces initiatives pourraient ne pas être suffisantes.

Les développeurs de vaccins qui ont déjà rapporté des résultats prometteurs d’essais de phase III contre la COVID-19 estiment qu’à eux seuls, ils peuvent administrer des doses suffisantes pour plus d’un tiers de la population mondiale d’ici la fin de 2021. Mais de nombreuses personnes dans les pays à faible revenu pourraient devoir attendre 2023 ou 2024 pour la vaccination, selon les estimations du Duke Global Health Innovation Center de Durham.

Les fabricants ont revu à la baisse leurs estimations de production à court terme au fil du temps, déclare Rasmus Bech Hansen, directeur général d’Airfinity, une société d’analyse de marché des sciences de la vie à Londres. Mais les fabricants des trois vaccins qui semblent les plus proches d’une distribution généralisée — AstraZeneca, Pfizer et Moderna — estiment une capacité de production totale de 5.3 milliards de doses pour 2021, qui pourrait couvrir entre 2.6 milliards et 3,1 milliards de personnes (le vaccin d’AstraZeneca pourrait être administré en deux doses ou une dose et demie).

À LIRE AUSSI :
COVID : les anticorps neutralisants pourraient persister plusieurs décennies après l'infection

Et un vaccin créé au Centre national d’épidémiologie et de microbiologie Gamaleya à Moscou pourrait couvrir 500 millions de personnes supplémentaires par an en dehors de la Russie à partir de 2021, indique le Fonds d’investissement direct russe basé à Moscou, qui soutient son développement.

Des milliards de doses déjà précommandées

La majorité de cette capacité est déjà écoulée. Les 27 États membres de l’Union européenne ainsi que cinq autres pays riches en ont précommandé environ la moitié (y compris des options, inscrites dans leurs contrats, pour commander des doses supplémentaires et des négociations qui ont été divulguées mais pas encore finalisées). Ces pays ne représentent qu’environ 13% de la population mondiale.

graphique nombre precommandes doses vaccins
Graphique montrant le nombre de précommandes déjà effectuées, et l’extension possible de ces précommandes, pour les différents vaccins. Crédits : Nature

Si six autres vaccins candidats de premier plan sont inclus, le nombre total de doses pour lesquelles des accords divulgués sont en place s’élève à 7.4 milliards, avec des options d’expansion ou des négociations en cours représentant 2.9 milliards de doses supplémentaires, selon les calculs d’Airfinity. Lorsque ces autres vaccins sont inclus, le nombre total de doses obtenues par ces cinq mêmes pays et l’UE reste à environ la moitié du total, car ceux qui sont assez riches pour parier sur un certain nombre de candidats ont acheté de larges portefeuilles de produits au début de la pandémie.

En comptant toutes les transactions de vaccins par habitant, le Canada est en tête du peloton, avec près de neuf doses par personne. « Le Canada a fait exactement ce que nous attendions d’un pays à revenu élevé, et il a fait ce qu’il fallait pour son pays », déclare Andrea Taylor de Duke. Mais cela signifie également que les doses ne seront pas réparties équitablement. « Maintenant que nous voyons de très bons résultats, tout le monde se sent plus optimiste. Ils commencent à conclure des accords. Mais c’est une image assez effrayante pour le moment, car il manque tellement de pays ».

Une répartition mondiale très inégale

Les accords de fabrication locaux sont également susceptibles de déterminer où vont les premières expéditions de vaccins, indique Bech Hansen. L’Inde, par exemple, a obtenu plus de 2 milliards de doses de vaccins, en partie grâce à l’accès aux capacités de fabrication du Serum Institute of India de Pune, le plus grand fabricant de vaccins au monde. Cela entraîne une diminution des approvisionnements à court terme pour les pays à revenu faible ou intermédiaire.

À LIRE AUSSI :
Des chercheurs créent une cellule synthétique simple qui croît et se divise comme une cellule naturelle

La plupart de ces pays semblent s’appuyer sur les contributions de COVAX, un fonds commun pour une distribution équitable des vaccins anti-COVID-19 dirigé par Gavi (un bailleur de fonds de vaccins pour les pays à faible revenu basé à Genève, en Suisse), l’Organisation mondiale de la Santé et le Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) à Oslo.

graphique repartition precommandes doses vaccins
Répartition des précommandes tous vaccins confondus. Le Canada domine largement la tête du classement. Crédits : Nature

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Gavi a obtenu jusqu’à présent environ 700 millions de doses de vaccin et souhaite en fournir 2 milliards d’ici la fin de 2021, dans le but de fournir une couverture à au moins 20% de la population des pays participants. Plus de 189 pays ont adhéré à COVAX, y compris des économies riches qui se sont jointes pour subventionner l’accès aux vaccins.

En fin de compte, les pays ayant des doses excessives pourraient en faire don à COVAX. Ce n’est pas ainsi que le fonds était censé fonctionner, explique Taylor. Cela n’aide pas à une distribution équitable car les pays à revenu élevé sont susceptibles de s’assurer que leurs propres besoins en vaccins sont satisfaits avant de transmettre des doses excessives. « Mais je pense que c’est ainsi que les choses vont se dérouler ».

Les prix des vaccins varient également et diffèrent d’une transaction à l’autre. AstraZeneca, basée à Cambridge, au Royaume-Uni, a déclaré qu’elle fournirait son vaccin à environ 2 à 4 euros par dose, ce qui est entre cinq et dix fois moins cher que les prix estimés d’autres principaux candidats, tels que ceux fabriqués par Pfizer et Moderna. AstraZeneca s’est engagé à fournir le vaccin sur une base à but non lucratif pour la « durée de la pandémie », et à perpétuité dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. D’autres entreprises n’ont pas pris ces engagements.

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.