Se termine dans
00 Days
00 Hrs
00 Mins
00 Secs
Expiré
BLACK WEEK : -50% sur l'abonnement Premium ! [+ supprimez la pub]
OK, JE SUPPRIME LES PUBS !

Coronavirus : un jeune adulte sur trois présente un risque sévère d’infection

risque coronavirus
| AFP

Quelque temps après l’émergence de la pandémie à coronavirus SARS-CoV-2, les médecins ont rapidement observé que les enfants et les jeunes adultes étaient notablement moins vulnérables aux infections et aux cas sévères de COVID-19 comparés aux personnes plus âgées. Cependant, cette résistance que les jeunes adultes démontrent peut être fortement diminuée, voire annulée, lorsque des facteurs sous-jacents existent, comme le tabagisme, l’asthme ou encore les maladies auto-immunes. Ainsi, lorsque tous ces facteurs sont considérés, c’est un jeune adulte sur trois qui présente un risque d’infection sévère.

Les adultes de 18 à 49 ans représentaient environ 25% des patients hospitalisés pour le coronavirus en mars, tandis que les 65 ans et plus en représentaient environ 43%, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies. Les adultes de 18 à 44 ans ne représentaient que 2% des décès par coronavirus de février à mai, tandis que les personnes de 65 ans et plus représentaient près de 80%.

Mais certains facteurs peuvent mettre n’importe quel patient en danger, quel que soit son âge. Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Californie a déterminé qu’un jeune adulte sur trois âgé de 18 à 25 ans est vulnérable aux cas graves de COVID-19. Les patients étaient considérés comme vulnérables s’ils présentaient au moins un facteur de risque, notamment une habitude de fumer ou une maladie chronique comme les maladies cardiaques, le diabète, l’asthme, l’obésité, une maladie auto-immune ou des problèmes hépatiques.

Jeunes adultes : le tabagisme est le facteur de risque le plus répandu

Les chercheurs ont découvert que le tabagisme était de loin le facteur de risque le plus répandu chez les jeunes de la fin de l’adolescence et de la vingtaine. Sur les quelque 8400 jeunes adultes de l’étude, environ 25% ont déclaré avoir fumé du tabac, des cigarettes électroniques ou des cigares au cours des 30 derniers jours.

À LIRE AUSSI :
COVID : une femme est restée infectée et asymptomatique pendant 70 jours

En revanche, seulement 16% environ ont déclaré avoir une maladie chronique. L’asthme était de loin le plus courant : environ 9% des jeunes adultes ont déclaré qu’ils étaient asthmatiques, comparé à environ 11% qui ont déclaré avoir fumé du tabac au cours des 30 derniers jours et environ 7% qui ont déclaré avoir utilisé des cigarettes électroniques.

« Le risque d’être médicalement vulnérable est réduit de moitié lorsque les fumeurs, y compris les utilisateurs de cigarettes électroniques, sont retirés de l’échantillon », écrivent les chercheurs. Selon l’étude, seulement un jeune adulte sur six qui ne fumait pas était vulnérable à une grave maladie liée à la COVID-19.

tableau tabagisme
Tableau récapitulant le taux de vulnérabilité à l’infection par le coronavirus SARS-CoV-2 pour un échantillon contenant des fumeurs (gauche) et sans fumeurs (droite). Sans fumeur, la vulnérabilité est divisée par deux. Crédits : Sally H. Adams et al. 2020

Les résultats sont arrivés quelques jours seulement après que l’Organisation mondiale de la santé a mis en garde contre le tabagisme concernant les cas graves de coronavirus. « Le tabagisme tue 8 millions de personnes par an, mais si les utilisateurs ont besoin de plus de motivation pour abandonner cette habitude, la pandémie est la bonne incitation. Les preuves révèlent que les fumeurs sont plus vulnérables que les non-fumeurs au développement d’un cas grave », déclare le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Des risques variables en fonction du sexe et de l’ethnie

L’étude révèle que le risque d’infections graves en cas de tabagisme ou d’utilisation de la cigarette électronique était plus élevé chez les jeunes hommes blancs à faible revenu qui n’étaient pas assurés pendant au moins une partie de l’année. Des recherches ont montré que les blancs sont plus susceptibles d’être des fumeurs quotidiens que les autres groupes ethniques, bien que les personnes de couleur soient confrontées à d’autres facteurs de risque de coronavirus qui n’ont pas été inclus dans l’étude.

Les noirs et les hispaniques, par exemple, sont plus susceptibles d’occuper des emplois dans le secteur des services, ce qui augmente leur risque d’exposition aux coronavirus. Les résultats peuvent également être faussés par le fait que l’étude a examiné beaucoup plus d’adultes blancs (55%) que d’adultes hispaniques (22%) ou noirs (13%). Environ 16% des jeunes adultes qui ont déclaré fumer dans l’étude étaient des hommes. Seulement 9% étaient des jeunes femmes.

À LIRE AUSSI :
Le taux de vitamine D pendant la grossesse est associé au QI de l’enfant

Mais les femmes dans l’étude avaient des taux plus élevés d’asthme et de maladies auto-immunes comme le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde. Dans l’ensemble, cela a principalement compensé le fait que moins de femmes fument : 30% des jeunes femmes de l’étude étaient vulnérables aux infections graves, contre 33% des jeunes hommes.

Sur le même sujet : Coronavirus : pour quelles raisons la sévérité de l’infection diffère-t-elle autant entre les personnes ?

Tabagisme : un facteur de risque important qui peut être évité

Étant donné que le coronavirus attaque d’abord le système respiratoire, les patients qui souffrent déjà de lésions pulmonaires ou d’inflammation liées au tabagisme pourraient développer des problèmes respiratoires plus graves. Les recherches suggèrent également que les fumeurs ont des expressions plus élevées des récepteurs ACE-2 — les récepteurs cellulaires que le coronavirus utilise pour envahir le corps — dans les voies respiratoires. Les personnes ayant plus de récepteurs ACE2 semblent également avoir un risque plus élevé d’infection grave.

Mais même les jeunes patients sans habitude de fumer ou sans problèmes de santé sous-jacents pourraient toujours être à risque d’un cas grave de COVID-19. Les personnes âgées de 18 à 29 ans représentent plus de quatre fois plus d’hospitalisations pour coronavirus qu’il y a quelques mois : environ 38 hospitalisations sur 100’000 personnes au 4 juillet, contre 9 hospitalisations sur 100’000 personnes le 18 avril.

Certains patients jeunes et en bonne santé ont également déclaré se sentir malades pendant plusieurs mois, avec des symptômes durables comme des douleurs thoraciques et un essoufflement. Cela pourrait être le résultat de différences génétiques qui entraînent une expression plus élevée des récepteurs ACE2 ou qui déclenchent une réponse immunitaire plus agressive.

Mais contrairement à de nombreux facteurs de risque, le tabagisme peut être évité. « Les efforts pour réduire l’usage du tabac et de la cigarette électronique chez les jeunes adultes réduiraient probablement leur vulnérabilité médicale aux maladies graves », déclarent les chercheurs de l’UCSF. Leurs résultats, ajoutent-ils, soulignent l’importance de la prévention et de l’atténuation du tabagisme.

Sources : Journal of Adolescence Health

Plus d'articles
rechauffement climatique pourrait liberer milliards tonnes carbone sol
Dans cette lancée, le réchauffement climatique libérera des milliards de tonnes de carbone du sol