COVID : des chercheurs précisent pourquoi le groupe sanguin pourrait affecter le risque d’infection

covid chercheurs precisent pourquoi groupe sanguin affecte risque infection
| Getty Images

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, différentes études ont relevé que le groupe sanguin semble intervenir dans le risque d’infection au SARS-CoV-2 ou de complications liées à la maladie, notamment par les données statistiques montrant que les porteurs du groupe O sont généralement moins concernés par les formes graves de COVID que les autres, bien que cette différence reste légère. Aujourd’hui, une nouvelle étude fournit de nouveaux éléments de réponse permettant d’estimer (et uniquement estimer pour le moment) si oui ou non, les personnes ayant certains groupes sanguins peuvent être plus susceptibles que d’autres de contracter la maladie.

Les résultats révèlent que le SARS-CoV-2 est particulièrement « attiré » par l’antigène du groupe sanguin A présent dans les cellules respiratoires. Pour y parvenir, les chercheurs se sont concentrés sur un élément spécifique de la protéine Spike du virus, appelé « domaine de liaison du récepteur » (RBD), une protéine impliquée dans la capacité du virus à se lier aux cellules hôtes. Cela en fait une cible importante pour les chercheurs qui tentent de comprendre comment le virus infecte les individus.

Après avoir évalué comment le RBD du SARS-CoV-2 interagissait avec les cellules respiratoires et les globules rouges des différents groupes sanguins, à savoir A, B, AB et O, ils ont relevé que le RBD avait une forte préférence pour la liaison avec le groupe sanguin A au niveau des cellules respiratoires. Cependant, il ne montre aucune préférence pour les globules rouges, chez tous les groupes sanguins étudiés.

Une préférence pour les antigènes du groupe sanguin A

Cette préférence et facilité du RBD du SARS-CoV-2 à reconnaître et se fixer à l’antigène du groupe sanguin A présent dans les poumons donne un aperçu du « lien potentiel » entre le groupe sanguin A et le risque d’infection, selon les auteurs de l’étude. Les détails ont été publiés le 3 mars dans la revue Blood Advances.

« Il est intéressant de constater que le RBD viral préfère vraiment les antigènes des cellules respiratoires du groupe sanguin A, qui sont vraisemblablement la voie par laquelle le virus pénètre dans la plupart des patients et les infecte », déclare l’auteur principal de l’étude, le Dr Sean Stowell du Brigham and Women’s Hospital de Boston.

À LIRE AUSSI :
Variantes du coronavirus : jusqu'à quel point peuvent-elles devenir dangereuses ?
sars-cov-2 preference groupe sanguin a
Schéma montrant la partie de la protéine Spike (RBD) ayant une affinité particulière avec les antigènes du groupe sanguin A présents dans les cellules respiratoires. © Sean R. Stowell et al.

« Le groupe sanguin représente un réel défi, parce qu’il est héréditaire et nous ne pouvons pas le changer », avait ajouté Stowell dans un communiqué de presse. « Mais si nous pouvons mieux comprendre comment le virus interagit avec les différents groupes sanguins, nous pourrons peut-être trouver de nouveaux médicaments ou de nouvelles méthodes de prévention ».

Les chercheurs précisent tout de même que la liaison significative de la RBD du SARS-CoV-2 aux structures du groupe sanguin A ne permet pas ici d’affirmer une augmentation de la probabilité d’infection chez les individus du groupe sanguin A. Ils insistent également sur le fait que ces résultats ne peuvent à eux seuls décrire ou prédire précisément comment les coronavirus affecteraient les patients d’autres groupes sanguins. « Notre observation ne révèle pas le seul mécanisme responsable de ce que nous constatons cliniquement, mais elle pourrait expliquer une partie de l’influence du groupe sanguin sur l’infection dans le cadre de la COVID-19 », déclarent-ils.

Source : Blood Advances

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.