Soutenez le journalisme scientifique indépendant ! [et supprimez la pub]
[-20% avec le code 0pub20pourcent]
JE M'ABONNE

COVID : des chercheurs testent un nouveau traitement censé conférer une immunité immédiate

covid chercheurs testent protocole immunite immediate
| iStock

Alors que les premières doses de vaccins ont déjà commencé à être injectées dans certains pays, profitant prioritairement aux soignants et personnes les plus vulnérables, les chercheurs continuent de chercher des moyens d’entraver la propagation du virus de manière plus immédiate. Dans ce but, une équipe de biologistes britanniques, en collaboration avec le laboratoire pharmaceutique AstraZeneca, mènent des essais cliniques concernant un nouveau cocktail d’anticorps monoclonaux ciblant la protéine Spike du SARS-CoV-2 et censé conférer une immunité immédiate contre l’infection après injection. S’il affichait le succès attendu, ce cocktail immunitaire pourrait considérablement limiter les risques d’infection. 

Des chercheurs britanniques testent un nouveau médicament qui pourrait empêcher une personne exposée au coronavirus de développer la COVID-19, et qui, selon les experts, pourrait sauver de nombreuses vies. La thérapie par anticorps conférerait une immunité instantanée contre la maladie et pourrait être administrée en tant que traitement d’urgence aux patients hospitalisés et aux résidents des centres de soins pour aider à contenir les contagions.

Catherine Houlihan, virologue à l’University College London Hospitals NHS Trust (UCLH), qui dirige une étude appelée Storm Chaser sur le médicament, explique : « Si nous pouvons prouver que ce traitement fonctionne et empêche les personnes exposées au virus de développer la COVID-19, ce serait un ajout enthousiasmant à l’arsenal d’armes en cours de développement pour lutter contre ce terrible virus ».

Une protection immédiate en attendant une couverture vaccinale globale

Le médicament a été développé par l’UCLH et AstraZeneca, la société pharmaceutique qui a également créé, avec l’Université d’Oxford, un vaccin que l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé devrait approuver pour une utilisation en Grande-Bretagne la semaine prochaine. L’équipe espère que l’essai montrera que le cocktail d’anticorps protège contre la COVID-19 pendant 6 à 12 mois. Les participants à l’essai le reçoivent en deux doses, l’une après l’autre. S’il est approuvé, il sera proposé à une personne qui a été exposée au virus au cours des huit jours précédents.

À LIRE AUSSI :
COVID-19 : la salive pourrait prédire l'évolution de la maladie
anticorps monoclonaux spike ace2
Les anticorps monoclonaux récemment développés (rouge) ciblent la protéine Spike du coronavirus, afin qu’elle ne puisse pas se fixer aux récepteurs ACE2 (bleu) des cellules humaines. © Nature

Il pourrait être disponible dès mars ou avril s’il est approuvé par le régulateur des médicaments après avoir examiné les résultats de l’étude. L’essai implique l’UCLH, plusieurs autres hôpitaux britanniques et un réseau de 100 sites dans le monde. Ce mois-ci, l’hôpital University College est devenu le premier site au monde à recruter des patients dans l’essai contrôlé randomisé et à leur administrer le médicament ou un placebo.

« À ce jour, nous avons traité 10 participants — membres du personnel, étudiants et autres personnes — qui ont été exposés au virus à la maison, dans un établissement de soins de santé ou des résidences étudiantes », indique Houlihan. Elle et ses collègues suivent de près les participants pour voir lesquels d’entre eux développent la COVID-19. La protection immédiate que le médicament promet de conférer pourrait jouer un rôle essentiel dans la réduction de l’impact du virus jusqu’à ce que tout le monde soit vacciné. Le NHS britannique a accéléré le déploiement du vaccin cette semaine après les critiques des patrons d’hôpitaux, des médecins généralistes et de l’ancien secrétaire à la santé Jeremy Hunt, selon lesquels cela prenait trop de temps.

Des anticorps monoclonaux ciblant la protéine de pointe du SARS-CoV-2

Paul Hunter, professeur de médecine à l’Université d’East Anglia et spécialisé dans les maladies infectieuses, explique que le nouveau traitement pourrait réduire considérablement le nombre de décès dus à la COVID : « Si vous faites face à des épidémies dans des contextes tels que les maisons de soins, ou si vous avez des patients qui sont particulièrement à risque pour des formes sévères, comme les personnes âgées, cela pourrait bien sauver beaucoup de vies. À condition que cela soit confirmé dans les essais de phase 3, ça pourrait jouer un grand rôle pour maintenir en vie des personnes qui, autrement, ne s’en sortiraient pas ».

À LIRE AUSSI :
Un homme s'injecte des champignons hallucinogènes : il se retrouve à l'hôpital avec une défaillance d'organes

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !

J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Le médicament implique une combinaison d’anticorps à action prolongée appelée AZD7442, qui a été développée par AstraZeneca. Plutôt que des anticorps produits par l’organisme pour aider à lutter contre une infection, AZD7442 utilise des anticorps monoclonaux, qui ont été créés en laboratoire.

structure coronavirus proteine spike
Structure du SARS-CoV-2 et de sa protéine de pointe « Spike » (encadré). © JHU

Un document clinique d’AstraZeneca explique que les essais étudient « l’efficacité d’AZD7442 pour la prophylaxie post-exposition à la Covid-19 chez l’adulte. La protéine de pointe du SARS-CoV-2 contient le RBD (domaine de liaison au récepteur) du virus, qui permet au virus de se lier aux récepteurs des cellules humaines. En ciblant cette région de la protéine de pointe du virus, les anticorps peuvent bloquer la fixation du virus aux cellules humaines et devraient donc bloquer l’infection ».

Dans un essai distinct, appelé Provent, l’UCLH cherche à savoir si le médicament pourrait également protéger les personnes dont le système immunitaire est affaibli, telles que celles qui subissent une chimiothérapie contre le cancer, qui ont récemment été exposées au virus, mais qui n’ont pas reçu de vaccin ou chez qui il n’a pas abouti à l’immunité en raison d’une maladie sous-jacente. Les essais Provent et Storm Chaser sont maintenant en phase 3.

Laisser un commentaire
Plus d'articles
teleportation quantique stable longue distance
Des physiciens effectuent avec succès une téléportation quantique stable à longue distance