COVID long : un enfant sur sept montre toujours des symptômes 3 mois après l’infection

un enfant sept symptomes 3 mois apres infection covid
| Getty

Jusqu’à un enfant sur sept testé positif au coronavirus pourrait encore présenter des symptômes liés à la maladie trois mois plus tard, selon une étude qui suggère que la prévalence du COVID long chez les jeunes est inférieure à ce que l’on craignait initialement. L’analyse, dirigée par des chercheurs de l’University College London et du Public Health England, s’est appuyée sur les réponses à l’enquête de près de 7000 jeunes de 11 à 17 ans qui ont subi des tests PCR entre janvier et mars.

Parmi ceux-ci, 3065 ont été testés positifs et 3739 ont été testés négatifs. De nombreux enfants des deux groupes ont signalé au moins un symptôme associé au coronavirus lorsqu’ils ont été interrogés en moyenne 15 semaines après leur test. Environ 30% des personnes du groupe positif ont déclaré avoir au moins trois symptômes ou plus après cette période, et environ 16% du groupe négatif. La différence entre les deux groupes suggère que les symptômes d’environ un enfant sur sept dans le groupe positif pourraient avoir été liés à la COVID. Les symptômes les plus courants comprenaient une fatigue inhabituelle et des maux de tête.

« La différence entre les groupes positifs et négatifs est plus grande si nous examinons plusieurs symptômes, ceux qui ont eu un test positif sont deux fois plus susceptibles de signaler trois symptômes ou plus 15 semaines plus tard », explique Terence Stephenson, professeur à l’UCL Great Ormond Street Institute of Child Health. Lorsqu’ils sont extrapolés à tous ceux du groupe d’âge 11-17 qui ont été testés positifs entre septembre et mars en Angleterre, les résultats suggèrent qu’entre 4000 et 32 ​​000 jeunes peuvent avoir eu trois symptômes ou plus liés à l’infection après 15 semaines.

À LIRE AUSSI :
Un médicament coûtant moins de 2€ par jour aide au traitement des formes graves de COVID-19

Une prévalence inférieure à celle estimée dans les derniers scénarios

Fait rassurant, les chercheurs n’ont trouvé aucune différence dans les scores de santé mentale et de bien-être entre les enfants testés positifs ou négatifs. Cependant, quatre participants sur 10 — qu’ils soient testés positifs ou négatifs — ont déclaré qu’ils étaient inquiets, tristes ou mécontents, ce qui peut refléter l’anxiété générale autour de la pandémie.

Les chiffres de prévalence sont à peu près du même ordre de grandeur que ceux rapportés par l’Office for National Statistics, qui reflète les estimations de la prévalence de COVID long autodéclaré, quelle que soit la durée. Les chiffres de l’ONS indiquent qu’environ 31 000 personnes dans le groupe d’âge de 11 à 17 ans ont un COVID long. Cependant, ces estimations sont définitivement inférieures aux pires scénarios décrits en décembre dernier, selon Stephenson.

schema symptomes long covid
Les principaux symptômes du COVID long. © Epigram

Étant donné que l’analyse était basée sur des tests effectués jusqu’en mars 2021, on ne sait pas comment ces résultats peuvent se traduire pour le variant Delta, qui n’a commencé à dominer qu’à partir de mai. Les données montrent que le Delta est beaucoup plus transmissible et capable de provoquer une maladie plus grave que les variants précédents, en particulier dans les populations adultes non vaccinées.

Des chiffres qui doivent être surveillés

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Deepti Gurdasani, épidémiologiste clinique à l’Université Queen Mary de Londres, a noté qu’au plus fort des infections chez les enfants en juillet, environ 14 000 enfants étaient infectés par jour. « Un sur sept signifierait qu’environ 2000 développeraient des symptômes persistants pendant 15 semaines au moins, chaque jour. Comment diable cela peut-il être rassurant ? ». Le Comité mixte sur la vaccination et l’immunisation (JCVI) a recommandé que les enfants de plus de 12 ans au Royaume-Uni ne se fassent vacciner que s’ils sont cliniquement extrêmement vulnérables ou vivent avec une personne à risque.

À LIRE AUSSI :
COVID : un test sanguin pour révéler les personnes à risque de développer une forme sévère

Liz Whittaker, un autre des auteurs de l’étude et maître de conférences en maladies infectieuses pédiatriques et en immunologie à l’Imperial College de Londres, indique : « La plupart des jeunes que nous avons vus étaient symptomatiques, mais ils sont très légèrement symptomatiques. Le COVID long chez les jeunes n’est pas quelque chose qui suit une maladie grave. La vaccination prévient les maladies graves. Il est donc très difficile de les lier dans une décision de vaccination ».

Les auteurs ont souligné que cette étude, qui n’a pas encore été évaluée par des pairs, est particulièrement robuste parce qu’elle a utilisé le test PCR de référence pour le statut d’infection au lieu des tests moins fiables de statut autodéclaré ou de flux latéral, et parce qu’elle comprenait un groupe témoin de comparaison COVID-négatif.

Sources : Étude CloCK

Laisser un commentaire