COVID-19 : la salive pourrait prédire l’évolution de la maladie

covid-19 salive pourrait predire evolution maladie
| University of Illinois

Alors que de très nombreux pays continuent de combattre la pandémie, les médecins et virologues tentent d’améliorer les outils de dépistages mis à disposition des populations afin de mieux détecter et prévenir la transmission de la COVID-19. Récemment, des chercheurs américains ont montré que la charge virale de la salive constituait un prédicteur relativement fiable de l’évolution de la maladie ; une charge virale salivaire élevée étant corrélée à une hospitalisation ultérieure. Si ces résultats venaient à être confirmés, les tests salivaires pourraient être utilisés par les soignants pour prendre en charge précocement les patients à risque.

Plusieurs nouveaux tests recherchent déjà le SARS-CoV-2 dans la salive, et cette étude révèle une corrélation frappante entre des niveaux salivaires de virus élevés et une hospitalisation ou un décès ultérieurs. Si les résultats sont confirmés, les tests de salive pourraient aider les médecins à déterminer quels patients aux premiers stades de la maladie devraient recevoir des traitements diminuant la charge virale.

Ces résultats ne sont pas les premiers à relier la charge virale et l’évolution de la maladie. Plusieurs groupes de recherche ont trouvé une corrélation entre des taux viraux élevés dans les voies nasales au moment de l’admission à l’hôpital d’un patient et la gravité de la maladie. Mais d’autres groupes n’ont pas réussi à retrouver le même lien.

Tests salivaires : des prédicteurs plus fiables que les écouvillons nasopharyngés ?

Le test standard pour détecter le coronavirus utilise des échantillons de mucus nasal prélevés à l’aide d’écouvillons nasopharyngés (NP). La procédure est désagréable, mais c’est la manière habituelle d’échantillonner les agents pathogènes respiratoires. Au cours des derniers mois, cependant, plusieurs groupes de recherche ont développé et reçu une autorisation d’utilisation d’urgence de la Food and Drug Administration des États-Unis pour des tests de détection salivaires.

À LIRE AUSSI :
Le vaccin Pfizer déclenche une réponse immunitaire efficace contre les variantes du coronavirus

Les chercheurs de l’Université de Yale ont été parmi les premiers, et les hôpitaux de l’université utilisent à la fois des tests de salive et des prélèvements NP. Dans les deux cas, les laboratoires analysent les échantillons à l’aide de tests quantitatifs de réaction en chaîne par polymérase à transcription inverse (PCR), qui peuvent détecter le matériel génétique du SARS-CoV-2 et quantifier le nombre de particules virales dans chaque millilitre d’échantillon.

graphiques charge viral salive nasopharynges
Graphiques indiquant la charge virale en fonction A) des personnes non hospitalisées et hospitalisées ; B) des formes modérées et sévères de la maladie ; C) des personnes vivantes et décédées. En haut pour la charge virale salivaire et en bas pour la charge virale nasopharyngée. © Julio Silva et al. 2021

L’équipe, dirigée par Akiko Iwasaki, immunologiste à Yale, a comparé les charges virales dans la salive et les prélèvements NP de 154 patients et 109 personnes non infectées. Les auteurs ont divisé les patients en groupes qui avaient des charges virales faibles, moyennes et élevées, comme déterminé par les deux types de tests. Ensuite, ils ont comparé ces résultats à la gravité des symptômes que les patients ont développés plus tard.

Ils ont constaté que les patients qui ont développé une forme grave, ont été hospitalisés ou sont décédés, étaient plus susceptibles d’avoir eu des charges virales élevées pour leurs tests de salive, mais pas dans leurs prélèvements NP. La charge virale dans la salive et le mucus nasal a diminué avec le temps chez les patients qui se sont rétablis, mais pas chez ceux qui sont décédés.

Charge virale salivaire et système immunitaire

Lorsque Iwasaki et ses collègues ont examiné les dossiers médicaux électroniques des patients à la recherche de marqueurs de maladie dans le sang, ils ont constaté que des charges virales salivaires élevées étaient corrélées à des niveaux élevés de signaux immunitaires tels que les cytokines et les chimiokines, des molécules non spécifiques qui augmentent en réponse aux infections virales et qui ont été liées à des lésions tissulaires.

À LIRE AUSSI :
COVID-19 : les enfants peuvent eux aussi subir des effets à long terme de la maladie
graphique systeme immunitaire charge virale salive
Graphiques indiquant le taux de cellules immunitaires ciblant le virus en fonction de la charge virale salivaire. Le groupe témoin est indiqué en noir dans le graphique A. © Julio Silva et al. 2021

Les personnes avec une charge virale salivaire élevée ont également perdu progressivement certaines cellules qui développent une réponse immunitaire contre des cibles virales, avaient des niveaux inférieurs d’anticorps ciblant la protéine de pointe que le virus utilise pour pénétrer dans les cellules et étaient plus lentes à développer la forte réponse immunitaire nécessaire pour neutraliser le virus dans les cas où ils se sont rétablis.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !

J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

Iwasaki et ses collègues soutiennent que la salive peut être un meilleur prédicteur de l’issue de la maladie que le mucus nasal, parce que ce dernier provient des voies respiratoires supérieures, alors qu’une maladie grave est associée à des lésions profondes des poumons. « La salive peut mieux représenter ce qui se passe dans les voies respiratoires inférieures », indique Iwasaki, parce que les cils tapissant les voies respiratoires déplacent naturellement le mucus des poumons vers la gorge, où il se mélange à la salive ; la toux a le même effet.

Identifier précocement les patients à risque

Les résultats n’ont pas suffisamment de puissance statistique pour révéler à quel point une personne ayant une charge virale salivaire élevée est plus susceptible de développer une forme de COVID-19 sévère. Les chercheurs souhaitent également que d’autres groupes reproduisent les résultats, en particulier parce que les efforts visant à lier les charges virales élevées sur écouvillon NP avec la progression de la maladie ont donné des résultats mitigés.

À LIRE AUSSI :
COVID : une centaine d'enfants par semaine hospitalisés en raison d'un syndrome rare au Royaume-Uni

Si d’autres recherches confirment la découverte, « cela dissiperait une grande partie du brouillard » autour de cette maladie, dit Crotty. Monica Gandhi, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de Californie, ajoute que si les tests de salive sont prédictifs, ils pourraient aider les médecins à identifier les patients à traiter tôt avec des anticorps pour réduire la charge virale, ou avec des stéroïdes pour atténuer les réponses immunitaires hyperactives non spécifiques.

Sources : mediRxiv

Laisser un commentaire