COVID/horreur au Danemark : des centaines de visons abattus ressortent de terre

centaines visons abattus ressortent terre danemark
| Reuters

Au début du mois, après l’identification d’une souche mutée du coronavirus SARS-CoV-2 passant des visons aux humains, le gouvernement danois a décidé d’abattre la totalité des visons élevés dans le pays, soient environ 15 millions d’animaux. Parfois enterrés à la va-vite dans des fosses communes, plusieurs cadavres de visons sont récemment sortis de terre, créant des visions relativement macabres pour la population en générant des inquiétudes sanitaires, notamment concernant les nappes phréatiques. 

Le gouvernement danois a déclaré vendredi qu’il souhaitait déterrer les visons qui avaient été abattus pour empêcher la propagation du coronavirus, après que certains aient refait surface dans des fosses communes. En effet, le Danemark est confronté à une nouvelle horreur, alors que les cadavres des visons abattus sont remontés à la surface, selon des images de plusieurs chaînes locales.

Le Danemark avait ordonné que tous les visons d’élevage soient abattus au début du mois après avoir découvert que 12 personnes avaient été infectées par une souche mutée du virus responsable de la COVID-19 infectant visons et humains. Cette décision a conduit à l’élimination de 17 millions d’animaux et à la démission la semaine dernière du ministre de l’Alimentation et de l’Agriculture Morgens Jensen, après avoir été déterminé que l’ordre était illégal.

Le remplaçant de Jensen, Rasmus Prehn, a déclaré vendredi qu’il soutenait l’idée de déterrer les animaux et de les incinérer. Prehn a demandé à l’agence de protection de l’environnement d’examiner si cela pouvait être fait et le Parlement sera informé de la question lundi. Le ministère danois de l’environnement a déclaré que le phénomène était un problème temporaire, ajoutant que la zone serait surveillée 24 heures sur 24 jusqu’à ce qu’une clôture soit érigée « pour éviter des problèmes potentiels pour les animaux et les humains ».

À LIRE AUSSI :
COVID : l'infection impacte durablement les cellules sanguines

Une remontée de cadavres due au processus de décomposition

Le phénomène macabre a été observé dans un terrain d’entraînement militaire à l’extérieur de la ville occidentale de Holstebro, où des milliers de visons avaient été placés dans une fosse commune improvisée. Les journaux les ont qualifiés de visons zombies devant l’ampleur du phénomène. Qualifiant cela de phénomène naturel, la police locale pense que les cadavres ont été remontés par la pression des gaz libérés par la décomposition.

Vous voulez éliminer toutes les pubs du site tout en continuant de nous soutenir ?

C'est simple, il suffit de s'abonner !


J'EN PROFITE

20% de rabais pour les 1000 premiers !
Code : 0pub20

« Au fur et à mesure que les corps se décomposent, des gaz peuvent se former. Cela engendre une pression qui repousse les corps. De cette façon, dans le pire des cas, le vison est poussé hors du sol », déclare Thomas Kristensen, un porte-parole de la police nationale. La police du Jutland occidental, où plusieurs milliers de visons ont été enterrés dans une fosse commune sur un terrain d’entraînement militaire, a tenté de contrer le phénomène en ajoutant de la terre supplémentaire sur les cadavres, qui se trouvent dans une tranchée d’un mètre de profondeur.

« C’est un processus naturel. Malheureusement, un mètre de sol n’est pas seulement un mètre de sol — cela dépend du type de sol dont il s’agit. Le problème est que le sol sableux du Jutland occidental est trop léger. Nous avons donc dû poser plus de terre sur le dessus », explique Kristensen. Les médias locaux ont rapporté que les animaux peuvent également avoir été enterrés trop près des lacs et des réserves d’eau souterraines, ce qui fait craindre une éventuelle contamination des réserves d’eau souterraine et potable.

À LIRE AUSSI :
COVID : une femme de 90 ans décède après avoir été infectée par les variants Alpha et Beta simultanément

Kristensen a déclaré que les corps, qui sont désinfectés et recouverts de chaux avant d’être enterrés, ne présentaient qu’un faible risque pour les humains bien qu’en décomposition, car le virus était principalement transmis par des visons vivants. Il est possible, cependant, que « de petites quantités de bactéries soient encore piégées dans leur fourrure », explique-t-il.

Laisser un commentaire
Cliquez pour accéder à d'autres articles sur ce sujet.