Les planètes errantes, ou plus techniquement les objets libres de masses planétaires, sont des objets possédant la masse d’une planète mais non rattachées gravitationnellement à une étoile hôte. Elles voyagent librement dans l’espace et sont donc complexes à détecter. Grâce à la technique des microlentilles gravitationnelles, des astronomes ont pu détecter deux nouvelles planètes errantes potentielles dans notre galaxie

Les planètes qui errent librement sont plus difficiles à repérer que celles qui orbitent autour des étoiles. Pour repérer ces deux nouvelles planètes, les astronomes de l’Université de Varsovie ont utilisé une technique appelée microlentille gravitationnelle.

Cette dernière se base sur le phénomène de lentille gravitationnelle et permet d’étudier les objets qui n’émettent très peu ou pas de lumière. Dans ce cas là, la masse de la lentille est trop faible pour courber notablement la lumière, mais des changements de luminosité apparente sont détectables.

courbes lumiere planetes errantes

Lors du phénomène de microlentille gravitationnelle, l’objet passe devant une source lumineuse lointaine, entraînant des variations de sa luminosité apparente. Des observations photométriques permettent de tracer une courbe de lumière caractéristique de la lentille. Ici, deux graphes présentant les courbes de lumière des deux planètes errantes candidates. Crédits : Przemek Mróz et al. 2018

Les chercheurs ont ainsi repéré des variations de luminosité provoquées par deux objets sur la trajectoire de sources lumineuses lointaines. Les données recueillies par la mission d’observation Optical Gravitational Lensing Experiment (OGLE) ont permis d’identifier deux planètes errantes candidates. Les résultats de la découverte ont été publiés sur le serveur de pré-publication arXiv.

Sur le même sujet : Près de 100 nouvelles exoplanètes ont été découvertes par le télescope Kepler

La première, OGLE-2012-BLG-1323, serait une planète de masse similaire à celle de la Terre dans le disque galactique, ou une planète de la masse de Neptune dans le bulbe galactique. La seconde, OGLE-2017-BLG-0560, serait une planète de même masse que Jupiter dans le disque galactique, ou une naine brune dans le bulbe galactique.

Les estimations de masses effectuées par les scientifiques ne peuvent être plus précises pour le moment, car la localisation exacte des objets n’est pas encore connue. En effet, selon la région de la galaxie où ils se trouvent, les mesures de masse tirées de la courbe de luminosité peuvent varier. Ces phénomènes de microlentille se sont produits sur des périodes extrêmement brèves (inférieures à 1 jour), une caractéristique ordinairement liée aux planètes errantes.

S’il n’est pas exclu que ces planètes soient habitables, l’absence de lumière et de chaleur provenant d’une étoile hôte ou proche rend cette hypothèse peu probable. Toutefois, selon les auteurs, il pourrait y avoir plus de planètes errantes que d’étoiles dans notre galaxie. Les prochaines cartographies de la Voie lactée devraient permettre d’identifier plusieurs autres de ces objets.

Source : arXiv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

definition galaxie grande structure Une galaxie est une grande structure cosmique composée d'un assemblage d'étoiles, de gaz et de poussières. Il en existe plusieurs types, classés selon leur masse et leur morphologie, formées à différentes... [...]

Lire la suite