En 1929, Anne Morrow Lindbergh et son mari Charles ont survolé la péninsule du Yucatán. Lors du survol, Anne a pris des photos de la jungle en dessous d’eux. Dans son journal, elle décrit des structures mayas obscurcies par de la végétation : un mur de pierre brillant traversait cependant les feuilles, « indiciblement seul, majestueux et désolé – la marque d’une grande civilisation révolue ». Près d’un siècle plus tard, des arpenteurs ont décidé de survoler cette zone à nouveau, afin d’en découvrir davantage sur l’ancien empire maya et cartographier les forêts du Guatemala à l’aide de lasers.

L’enquête, datant de 2016 et dont les premiers résultats ont été publiés cette semaine dans la revue Science, comprend l’étude d’une douzaine de parcelles couvrant une superficie de plus de 2150 kilomètres carrés, soit une superficie supérieure à celle de l’île de Maui. Il s’agit de la plus grande enquête de ce type jamais réalisée dans la région maya.

Les auteurs de l’étude décrivent les résultats comme une véritable révélation. « C’est comme mettre des lunettes lorsque vous avez une vision floue », a déclaré Mary Jane Acuña, auteure de l’étude et directrice du projet archéologique El Tintal, au Guatemala.

Cette recherche démontre que les Mayas pouvaient largement « exploiter et manipuler » leur environnement. En effet, l’agriculture maya a permis de maintenir d’importantes populations, qui ont à leur tour noué des relations dans toute la région.

Vous aimerez également :

MEXIQUE : Découverte de la grotte submergée la plus grande au monde !

Acuña et ses collègues, forment une équipe scientifique internationale de 18 personnes et ont analysé 61’480 structures au cours de leur étude. Celles-ci comprenaient notamment : 96 kilomètres de chaussées, de routes et de canaux reliant les villes, des grandes exploitations de maïs, des maisons de toutes tailles, et, étonnamment, des fortifications défensives suggérant que les Mayas ont été attaquées depuis l’ouest de l’Amérique centrale.

« Nous étions tous bouleversés. Nous avons vu des choses et avons réalisé « oh wow », que nous avions totalement manqué ça », a déclaré l’anthropologue Marcello Canuto de l’Université Tulane, auteur principal de l’étude.

Les images préliminaires de l’enquête ont été rendues publiques en février dernier, au grand bonheur des archéologues du monde entier, comme Sarah Parcak, qui s’est exclamée sur Twitter : « Salut à tous : vous vous rendez compte que des chercheurs viennent d’utiliser des lasers pour trouver *60’000* nouveaux sites au Guatemala ?!? ».

Parcak, qui n’était pas impliquée dans la recherche, défend l’utilisation des données satellitaires pour observer à distance des sites en Égypte, et ailleurs à travers le monde. « L’ampleur des informations que nous sommes en mesure de collecter maintenant est sans précédent », a déclaré Parcak, ajoutant que cette enquête « va bouleverser les théories de longue date sur la société maya ancienne ».

maya civilisation decouverte archeologie foret lidar

En haut, une photographie. En bas, une image lidar (télédétection par laser) reconstruite de ruines mayas. Crédits : Luke Auld-Thomas/Marcello A. Canuto/PACUNAM

Avec le soutien d’une fondation basée au Guatemala nommée Pacunam, les chercheurs ont pu mener une enquête massive et coûteuse utilisant le lidar, soit la télédétection par laser. Les chercheurs ont cartographié plusieurs sites archéologiques actifs, ainsi que des villes mayas bien étudiées telles que Tikal et Uaxactun.

Les principes de lidar sont similaires à ceux du radar, à la différence que le lidar est basé sur la lumière laser. Depuis avion volant à quelques centaines de mètres au-dessus de la canopée, les enquêteurs ont « mitraillé » chaque mètre carré avec 15 impulsions laser. Ces impulsions pénètrent dans la végétation mais rebondissent sur des surfaces dures (telles que la pierre). En utilisant lidar, vous ne verrez donc pas la forêt, vous pourrez ainsi voir à travers cette dernière. Sous l’épaisse jungle, des ruines sont alors apparues. De très nombreuses ruines !

En étudiant une zone de 59’000 kilomètres carrés (qui englobe l’ensemble de la région des basses terres mayas), les auteurs estiment que les Mayas ont construit jusqu’à 2.7 millions de structures dans la totalité de la zone. Selon les chercheurs, ces dernières auraient abrité entre 7 à 11 millions de personnes durant la période classique de la civilisation maya, entre l’an 650 et 800 environ, conformément aux autres estimations de la population maya.

decouverte maya civilisation lidar

Ici, nous voyons l’évolution des données de terrain lidar, montrant Dos Torres, dans les collines karstiques et accidentées, entre les villes de Tikal et Uaxactun. À gauche : les visualisations de relief, qui peuvent masquer des détails subtils mais importants, tels que des monticules bas ou des terrasses. Au centre : des visualisations plus complexes permettent de faire apparaître certains détails. À droite : même avec des visualisations plus complexes, les archéologues doivent identifier et classer les entités manuellement pour une analyse ultérieure. Crédits : Luke Auld-Thomas/Marcello A. Canuto/PACUNAM/QGIS 3.2.2-Bonn

L’archéologue Arlen Chase, spécialiste maya à l’Université du Nevada à Las Vegas (USA), qui n’a pas participé à cette enquête, a affirmé pendant des années que la société maya était plus complexe que ce que l’on pensait. En 1998, Chase et sa femme, l’archéologue Diane Chase, ont décrit des terrasses agricoles élaborées dans la ville maya de Caracol, au Belize. « Personne ne croyait qu’il y avait des terrasses agricoles ! », a-t-il déclaré.

À présent, il explique que les gens sont moins sceptiques qu’ils ne l’étaient, notamment grâce aux données de la technologie lidar. Chase, qui utilisait auparavant le lidar à Caracol, où vivaient jusqu’à 100’000 personnes, compare cette technologie à la datation au carbone 14. La datation au radiocarbone donne aux archéologues une chronologie bien plus précise. Mais lidar est sur le point de faire de même pour la perception spatiale des archéologues, en particulier dans les zones densément boisées proches de l’équateur.

En effet, il y a deux ans, les chercheurs ont utilisé une infrastructure urbaine dense, cartographiée par lidar, autour d’Angkor, le siège de l’empire khmer médiéval au Cambodge. « Nous commençons à nous implanter sur de nombreux sites majeurs à travers le monde, qu’il s’agisse d’Angkor Vat, de Tikal en Amérique centrale ou de grands sites en Égypte », a déclaré Parcak.

Bien entendu, malgré toute sa puissance, la technologie lidar ne peut supplanter l’archéologie classique. Pour 8% des données lidar, les archéologues se sont tout de même rendus sur le terrain afin de confirmer ces dernières. Cette « vérification au sol » suggère que l’analyse lidar était bel et bien correcte : les archéologues ont trouvé les structures prédites, et d’autres encore. « Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir et de travail à faire », a déclaré Acuña, qui continuera d’étudier la grande ville maya d’El Tindal.

Avec une technologie telle que lidar, imaginez seulement ce que pourrait révéler un survol de la forêt amazonienne par exemple… Dans tous les cas, il s’agit d’une affaire à suivre de très près.

Sources : Science, Journal of Archeological ResearchWiley, Smithsonian National Air and Space Museum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.