Des chercheurs ont observé une espèce d’araignée capable d’allaiter ses bébés, et ce sur une longue période : plus d’un mois.

L’allaitement est considéré comme l’une des innovations clés des mammifères. En effet, le lait contient une quantité importante de nutriments vitaux et nécessaires pour la croissance rapide des petits.

Mais d’autres animaux non-mammifères , comme les pigeons ou certains cafards, nourrissent leurs bébés en produisant des sécrétions ressemblant au lait maternel. Ces espèces se comptent sur les doigts de la main, mais une autre peu à présent être ajoutée à la liste.

Une équipe de l’Académie chinoise des sciences a observé le comportement de Toxeus magnus, une araignée sauteuse ressemblant fortement à une fourmi. Ils ont remarqué chez cette espèce, qui ne forme normalement pas de colonies, que les jeunes araignées restaient auprès de la mère au lieu de vivre indépendamment. Cette observation les incita à les étudier de près.

Dans leur laboratoire, les chercheurs ont constaté autre chose : à leur naissance, les nouveaux-nés s’agrippaient à leur mère, faisant ainsi penser aux bébés mammifères s’accrochant aux tétons de leur maman.

Vous allez aussi aimer : L’origine de la formidable résistance de la soie d’araignée enfin mise en évidence

De plus, les araignées restaient auprès de leur mère 20 jours après leur naissance, alors qu’elle ne leur apportait aucune nourriture. Après une analyse plus approfondie, il ont découvert que la mère sécrétait une substance ressemblant au lait, contenant des glucides et des lipides, et étant 4 fois plus riche en protéines que le lait de vache.

Lorsque les œufs éclosent, la mère verse de minuscules gouttelettes de cette substance depuis l’ouverture de son abdomen. Les bébés les consomment durant les premiers jours de leur vie, mais en grandissant, ils arrivent ensuite à se nourrir directement à l’ouverture de l’abdomen.

Généralement, au bout d’une vingtaine de jours, la plupart des mammifères stoppent l’allaitement. Mais les jeunes araignées sauteuses continuaient à le faire, alors qu’à ce stade, celles-ci étaient tout à fait capables de quitter leur nid et chercher elles-mêmes de quoi se nourrir. Cela a duré 20 jours supplémentaires, avant qu’elles ne deviennent totalement indépendantes, ce qui fait un total de 40 jours auprès de leur mère.

Malgré qu’elles soient déjà des araignées « adolescentes », ces 20 derniers jours ont une influence significative sur leur taux de survie, qui est de 76% si elles sont allaitées correctement durant toute la période.

Lorsqu’elles étaient privées du « lait » maternel alors qu’elles étaient nées il y a moins de 20 jours, les araignées ne survivaient pas. Les jeunes « adolescents » de plus de 20 jours ne grandissaient pas aussi rapidement lorsqu’on les séparaient de leurs mères. En quittant leur nid plus tôt, cela abaissait également leurs chances de survie.

Les chercheurs pensent que le liquide sécrété par la mère proviendrait d’œufs qu’elle n’aurait pas fertilisé et qui se seraient liquéfiés. D’autres animaux, comme les grenouilles ou les abeilles, nourrissent leurs progénitures de cette manière, mais sans liquéfier les œufs.

Cette recherche montre non seulement la découverte d’un autre invertébré allaitant ses bébés, mais également que les mères peuvent prendre soin de leurs progénitures aussi longtemps que la plupart des mammifères, sachant que peu d’entre eux les gardent pendant plus de 40 jours (avec des exceptions comme les humains ou les éléphants).

« Les soins maternels prolongés indiquent que les invertébrés ont également développé cette capacité » a déclaré Quan Rui-Chang, de l’Académie chinoise des sciences.

Une vidéo montrant leur allaitement :

Source : Science

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.